Un déficit en situation «extrême» est justifié, dit un candidat libéral

Greg Fergus, qui est le candidat libéral dans... (Simon Séguin-Bertrand, LeDroit)

Agrandir

Greg Fergus, qui est le candidat libéral dans la circonscription de Hull-Aylmer, a fait valoir, mercredi, que des événements tels que la récession de 2008 requéraient des actions du gouvernement pour stimuler l'économie et empêcher des pertes majeures d'emplois.

Simon Séguin-Bertrand, LeDroit

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

La Presse Canadienne
Ottawa

L'ancien directeur national du Parti libéral du Canada (PLC) affirme que les gouvernements peuvent à juste titre enregistrer un déficit dans des circonstances extrêmes, notamment lors de récessions et de guerres.

Greg Fergus, qui est le candidat libéral dans la circonscription de Hull-Aylmer, a fait valoir, mercredi, que des événements tels que la récession de 2008 requéraient des actions du gouvernement pour stimuler l'économie et empêcher des pertes majeures d'emplois.

M. Fergus a tenu ces propos en conférence de presse à Ottawa, aux côtés du pilier libéral et ancien ministre des Finances Ralph Goodale, qui a affirmé que le gagnant du scrutin du 19 octobre hériterait d'un déficit budgétaire d'au moins 1 milliard $.

M. Goodale n'a pas voulu dire si le plan économique de son parti, une fois tous les coûts pris en compte, démarrerait en position de déficit.

En entrevue à la radio, mardi, M. Fergus a affirmé que bien que les libéraux aimeraient avoir un budget équilibré, ils n'en feraient pas une obsession si l'économie demeure fragile.

Les conservateurs fédéraux ont tenu à dire à plusieurs reprises que le budget du gouvernement, sous leur gouverne, serait équilibré pour l'exercice 2015-16.

Mais un récent rapport du directeur parlementaire du budget a projeté un déficit d'environ 1 milliard $ à la fin du présent exercice, en fonction des perspectives économiques révisées de la Banque du Canada.

La banque centrale a réduit le mois dernier de moitié sa prédiction de croissance économique pour 2015, en baisse à 1,1 pour cent par rapport à 1,9 pour cent plus tôt dans l'année.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer