Énergie Est: Duceppe somme Mulcair de clarifier sa position

Le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe a... (La Presse, Simon Giroux)

Agrandir

Le chef du Bloc québécois Gilles Duceppe a rencontré des citoyen dans un parc de Vaudreuil-Dorion, mardi.

La Presse, Simon Giroux

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

Vicky Fragasso-Marquis
La Presse Canadienne
Vaudreuil-Dorion

Le chef du Bloc québécois, Gilles Duceppe, somme le chef néo-démocrate Thomas Mulcair de clarifier sa position sur la construction de l'oléoduc Énergie-Est, l'accusant de changer d'opinion selon la province où il se trouve.

De passage mardi à Vaudreuil-Dorion, à l'ouest de Montréal - une région sur le tracé de l'oléoduc -, M. Duceppe a accusé le chef du NPD d'avoir exprimé son appui pour le projet à Toronto, alors qu'il se serait prononcé contre en entrevue avec le magazine québécois «L'Actualité».

«C'est la même question, nous devrions avoir la même réponse. Est-il pour ou contre? (...) Il doit le dire pas seulement au Québec, mais aussi dans l'ouest du pays. J'aimerais l'entendre dire qu'il est contre à Calgary», a-t-il affirmé en anglais lors d'un point de presse.

Selon le chef bloquiste, M. Mulcair change de position pour ne pas «perdre des votes dans l'ouest». «Il est temps pour lui d'être clair. (...) Tu ne peux pas être pour et contre en même temps», a-t-il pesté.

M. Mulcair, qui qualifiait l'oléoduc «d'option sensée» il y a près d'un an lors d'un entretien avec La Presse Canadienne, a plutôt indiqué dans le numéro du mois d'août de «L'Actualité» qu'il «ne pouvait pas approuver Énergie-Est» sans évaluation environnementale.

Par ailleurs, M. Duceppe s'est dit convaincu que son parti pourra se relever après la défaite cuisante qu'il a subie aux dernières élections de 2011, comparant sa situation à celle du Parti conservateur qui avait été réduit à seulement deux députés en 1993.

M. Duceppe a minimisé l'impact des dernières élections à long terme, puisque selon lui, de tels revers touchent tous les grands partis. «Le NPD a été 50 ans sans député élu au Québec et il n'a pas lâché», a-t-il lancé.

Il a d'ailleurs assuré que son parti aurait 70 candidats dans les 78 comtés de la province d'ici les 10 prochains jours.

Un porte-parole du Bloc québécois, Dominic Vallières, a expliqué à La Presse Canadienne que ce processus pourrait s'avérer encore plus rapide étant donné que les nominations se font plus rapidement lorsque les élections sont officiellement déclenchées en vertu des règlements du parti.

M. Vallières a ajouté que le Bloc a bel et bien l'intention de présenter un candidat dans chacune des 78 circonscriptions québécoises. Gilles Duceppe, qui se présente une fois de plus dans Laurier-Sainte-Marie, à Montréal, sera le dernier candidat investi. Il devrait être confirmé à la fin août ou au début septembre.

M. Vallières a précisé que le parti tiendra prochainement - possiblement à la fin du mois d'août - un Conseil général, pendant lequel la plateforme électorale et le slogan officiels seront choisis. Le slogan n'est donc pas «Ce qui se passe ici passe par nous», contrairement à l'information qui circulait dans certains médias.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer