Candidats: le Bloc québécois traîne de la patte

Le retour de Gilles Duceppe à la tête... (La Presse Canadienne, Graham Hughes)

Agrandir

Le retour de Gilles Duceppe à la tête du Bloc québécois a eu un impact positif sur les candidatures de ce parti à reconstruire, selon l'attachée de presse de l'organisation, Julie Groleau.

La Presse Canadienne, Graham Hughes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Élections fédérales

Politique

Élections fédérales

Les Canadiens sont appelés aux urnes le 19 octobre. »

(Québec) Le Bloc québécois assure qu'on saura «d'ici une dizaine de jours» qui sont ses candidats dans la région de Québec et ailleurs dans la province. Pour l'instant, le parti de Gilles Duceppe traîne de la patte avec seulement quatre candidats connus sur les 11 de la grande région de Québec et aucun sur le territoire immédiat de la capitale.

«D'ici 10 jours, on devrait avoir plus de 70 candidats et il ne restera plus que 5 ou 6 assemblées d'investiture où il y a plus d'un candidat. Ça va aller rapidement», a assuré lundi l'attachée de presse du Bloc québécois, Julie Groleau. Le Québec compte 78 sièges à Ottawa.

Alors que le parti souverainiste n'avait que trois candidats confirmés au déclenchement de la campagne dimanche, Sébastien Dufour s'est ajouté lundi dans la circonscription de Beauport-Île d'Orléans-Côte-de-Beaupré-Charlevoix.

Dimanche, le Parti libéral du Canada a convoqué la presse à peine quelques heures après le déclenchement des élections pour montrer que son équipe est prête : locaux électoraux, 11 candidats dans la grande région de Québec incluant la Rive-Sud, Portneuf, Charlevoix, Montmagny. Un seul candidat, Joël Lightbound, n'a pas encore eu son investiture, qui aura lieu jeudi soir. Le Parti conservateur a aussi des candidats partout dans la région et le Nouveau parti démocratique (NPD) n'en a plus que deux à confirmer, dans Lévis-Lotbinière et Beauce.

Julie Groleau ne cache pas qu'au Bloc, le rythme des nominations va s'accélérer avec le déclenchement hâtif des élections en prévision du scrutin du 19 octobre. «On avait pris une pause au mois de juillet, a-t-elle dit. Mais là, ça va aller rapidement.»

Le fait de tenir des votes à l'investiture en pleine campagne électorale, notamment dans la circonscription de Québec, est-il souhaitable? «Oui, ça demande des ressources et plus de flexibilité, a reconnu Mme Groleau. Mais c'est aux membres de voter pour le candidat de leur choix. C'est le choix démocratique.»

«Effet Duceppe»

Aux élections de mai 2011, le Bloc québécois dirigé par Gilles Duceppe a subi un important revers en faisant élire seulement quatre députés dans la foulée de la «vague orange» qui a déferlé sur le Québec à la faveur de candidats néo-démocrates. M. Duceppe lui-même a été emporté par la vague, défait dans Laurier-Sainte-Marie. De retour aux commandes du Bloc depuis juin, il a confirmé dimanche qu'il se représentait dans cette circonscription où il avait été réélu sans interruption de 1990 à 2011.

Le retour de M. Duceppe après les passages de Daniel Paillé et de Mario Beaulieu à la tête d'un parti à reconstruire a eu un impact positif sur les candidatures, a assuré Julie Groleau. «L'impact a été positif financièrement, sur le membership et plusieurs personnes se sont montrées intéressées à se porter candidates», a-t-elle conclu.

L'éditeur Michel Brûlé veut se présenter dans Québec

Tout indique qu'il n'y aura pas de couronnement de candidat bloquiste dans la circonscription de Québec où au moins deux personnes souhaitent tenter leur chance. 

Il s'agit de Simon Domingue, élu président du conseil de direction de cette circonscription il y a deux ans, et de Michel Brûlé. Ce dernier est le coloré éditeur, fondateur des éditions Les Intouchables et candidat défait à la mairie de Montréal en 2013. «Ma mission, c'est de défendre l'identité des Québécois», a dit M. Brûlé au Devoir en juillet. 

Le Soleil n'a pu s'entretenir avec l'éditeur qui est actuellement à l'extérieur du pays. Simon Domingue est pour sa part resté avare de commentaires, tout en laissant entendre que M. Brûlé est effectivement toujours dans la course. La circonscription de Québec, qui correspond au centre-ville, a été représentée pendant 18 ans, de 1993 à 2011, par la bloquiste Christiane Gagnon, battue en 2011 par Annick Papillon du NPD. 

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer