Le cabinet de Trump se dessine

La silhouette de Trump à sa sortie du... (AFP)

Agrandir

La silhouette de Trump à sa sortie du Capitole.

AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Brigitte Dusseau
Agence France-Presse
Washington

Trois jours après son élection surprise, le président désigné Donald Trump a accéléré le rythme vendredi, modifiant et étoffant l'équipe chargée de mettre sur pied d'ici au 20 janvier sa nouvelle administration.

Il a aussi semblé mettre de l'eau dans son vin dans une première entrevue, affirmant qu'il pourrait simplement «amender» la loi sur l'assurance maladie surnommée «Obamacare», dont il avait promis l'abrogation durant sa campagne.

M. Trump a confié la direction de son équipe de transition à son vice-président désigné Mike Pence, qui remplace le gouverneur du New Jersey, Chris Christie.

Ce dernier devient vice-président de cette équipe, aux côtés de plusieurs des soutiens indéfectibles de Trump durant sa campagne, notamment l'ancien maire de New York Rudy Giuliani, l'ancien président de la Chambre des représentants Newt Gingrich et un sénateur très dur contre l'immigration illégale, Jeff Sessions.

Trois enfants adultes de Donald Trump - Ivanka, Donald Jr et Eric - y font leur entrée, ainsi que le mari d'Ivanka, Jared Kushner, et Steve Bannon, directeur général de la campagne Trump. Également dans la liste, le président du Parti républicain, Reince Priebus.

L'establishment pour assurer le changement

«La mission de notre équipe sera claire : assembler le groupe le plus hautement qualifié de responsables brillants, qui seront capables de mettre en oeuvre notre programme de changement à Washington», a expliqué M. Trump.

Beaucoup sur cette liste sont membres de l'establishment si décrié par M. Trump durant sa campagne.

Le milliardaire a passé la journée enfermé dans la tour Trump à New York, où il a ses bureaux et sa résidence, à travailler avec son équipe à la transition.

Lors d'un discours au cimetière national d'Arlington, près de Washington, pour la journée des anciens combattants, le président Barack Obama a une fois encore insisté sur la nécessité d'unir le pays, sorti de l'élection profondément divisé par une campagne extrêmement violente. Des manifestations anti-Trump continuaient d'ailleurs d'émailler dans une vingtaine de villes.

Conseils d'Obama

M. Trump avait rencontré jeudi le président Obama. C'est après cette rencontre qu'il a évolué sur la loi Obamacare, qui a permis à 22 millions d'Américains d'avoir une assurance maladie.

Il a expliqué au Wall Street Journal (WSJ) que le président Obama lui avait suggéré de conserver plusieurs pans de l'Affordable Care Act. «Je lui ai dit que j'étudierai ses suggestions et, par respect, je le ferai.» La loi «Obamacare sera soit amendée, soit abrogée, soit remplacée», a-t-il ajouté.

Assurer la sécurité des frontières contre la drogue et les immigrants clandestins reste une priorité des premières semaines, a encore dit M. Trump au WSJ.

L'élection surprise du milliardaire, portée par la colère d'un électorat se sentant ignoré des élites et menacé par la mondialisation, a brisé net les rêves de la démocrate Hillary Clinton de devenir la première femme présidente.

Une photo sur Twitter l'a montrée dans les bois près de sa maison de Chappaqua au nord de New York. Elle y pose, souriante, avec une jeune femme un bébé sur le dos, qui a raconté vendredi l'avoir croisée alors que Mme Clinton promenait ses chiens avec l'ancien président Bill Clinton.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer