Les Américains se préparent à une longue soirée

Des gens font la file à l'extérieur d'un... (AP, John Minchillo)

Agrandir

Des gens font la file à l'extérieur d'un bureau de vote de Clncinnati, en Ohio.

AP, John Minchillo

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Nicolas Revise
Agence France-Presse
Washington

L'Amérique se préparait mardi à une exceptionnelle soirée électorale à rallonge avant de savoir qui de Hillary Clinton ou de Donald Trump sera élu 45e président des États-Unis.

270, le nombre magique

Les électeurs américains ne votent pas mardi pour une unique élection présidentielle sur tout le territoire, mais pour 51 mini-scrutins dans chaque État et dans la capitale fédérale Washington. Il faudra les suivre un par un devant son écran - avec une douzaine d'États-clés susceptibles de basculer d'un côté comme de l'autre - pour voir se dessiner une carte électorale de l'Amérique colorée en rouge (pour les républicains) et en bleu (pour les démocrates).

Cette carte interactive fait tous les quatre ans les délices des télévisions et des médias sur Internet, car elle donne une photographie implacable, heure par heure, du rapport de force républicains/démocrates.

Des millions d'Américains ont déjà voté de manière anticipée. Le vote se déroule au scrutin indirect puisque les citoyens choisissent des grands électeurs qui désigneront le 19 décembre Hillary Clinton ou Donald Trump. Il y a au total 538 grands électeurs, leur nombre variant selon les États en fonction de leur population.

Pour entrer à la Maison-Blanche le 20 janvier 2017, le nombre magique est donc 270, soit la majorité absolue des 538 grands électeurs. Dans 48 États, le scrutin est majoritaire à un tour, ce qui signifie que le candidat arrivant en tête rafle la totalité des grands électeurs de l'État.

Soirée à surprises

Les Américains choisissent leurs président et vice-président en votant dans un immense territoire partagé par quatre fuseaux horaires. Les premiers bureaux fermeront sur la côte Est à 00H00 GMT mercredi et les derniers en Alaska à 06H00 GMT mercredi.

Les festivités commenceront donc à 19H00 (00H00 GMT mercredi) quand tous les bureaux de vote de Géorgie, Caroline du Sud, Virginie et du Vermont, ainsi que de l'Indiana et du Kentucky, auront bouclé les urnes.

Les premières surprises pourraient alors surgir de Géorgie si Donald Trump perd cet État du sud acquis normalement aux républicains, et de Virginie si cet État, remporté en 2012 par le président démocrate Barack Obama, échappe à Hillary Clinton.

Une demi-heure plus tard, à 00H30 GMT, le choc pourrait survenir dans les États-clés de l'Ohio et de la Caroline du Nord qui comptent respectivement 18 et 15 grands électeurs: l'Ohio, rural et industriel, est historiquement démocrate et la Caroline du Nord traditionnellement républicaine.

Mais les deux peuvent basculer dans l'autre camp.

Entre 01H00 GMT et 02H00 GMT, c'est une rafale d'une trentaine d'États et leurs dizaines de grands électeurs qui vont colorer en rouge et bleu la carte électorale.

Il faudra guetter la très cruciale Floride et ses 29 grands électeurs, remportés de justesse par Barack Obama en 2012 au terme de quatre jours passés à recompter des bulletins. Cet État du sud avait surtout tenu en haleine la planète en 2000 pour départager George W. Bush et Al Gore.

A surveiller aussi le petit New Hampshire, État rural à l'esprit indépendant, normalement démocrate, mais très disputé cette année, et la Pennsylvanie, bastion industriel de cols bleus avec 20 grands électeurs.

Au coeur de la nuit en Europe, à 02H00 GMT mercredi, tomberont les résultats de l'Arizona et du Texas, États conservateurs et frontaliers du Mexique qu'avait pu un temps convoiter la démocrate, mais où les derniers sondages donnaient une confortable avance à Donald Trump. Fiefs démocrates avec au total 35 grands électeurs, le Colorado, le Michigan et le Wisconsin pourraient eux rebattre les cartes en faveur du républicain.

Hillary et Bill Clinton viennent de voter, à... (AFP, Eduardo Munoz) - image 2.0

Agrandir

Hillary et Bill Clinton viennent de voter, à Chappaqua, dans l'État de New York.

AFP, Eduardo Munoz

Clinton ou Trump jusqu'au bout de la nuit?

Les télévisions, qui donneront les résultats État par État grâce à un système sophistiqué de remontées de dépouillements partiels, sondages de sorties des urnes et leurs propres projections, n'attendent en général pas les 55 grands électeurs de la Californie (à 04H00 GMT) acquis aux démocrates pour «flasher» le nom du nouveau président des États-Unis.

Cette année, compte tenu du resserrement des sondages ces derniers jours, la soirée aux États-Unis - la nuit en Europe - pourrait être très longue, surtout si aucun résultat net n'émerge en Floride.

L'élection présidentielle américaine, mode d'emploi

L'élection présidentielle américaine a toujours lieu le mardi suivant le premier lundi de novembre, obligation inscrite dans une loi de 1845.

Le mode de scrutin

Suffrage universel indirect à un tour, dans les 50 États et le District de Columbia (la ville de Washington, qui ne fait partie d'aucun État).

Les électeurs votent pour les candidats à la présidence et à la vice-présidence. Dans chaque Etat, en fonction des résultats du vote, les candidats engrangent des grands électeurs.

Les grands électeurs

Ils sont 538 au total, et leur nombre varie selon les États, en fonction de leur population. Chaque Etat a autant de grands électeurs que d'élus à la Chambre des représentants (nombre qui dépend de leur population) et au Sénat (deux, nombre fixe dans tous les États).

La Californie en a par exemple 55, le Texas 38, l'État de New York 29, la Floride 29, et à l'autre bout, le Vermont, l'Alaska, le Wyoming et le Delaware n'en ont que 3.

Ces grands électeurs, qui composent le collège électoral, éliront ensuite officiellement le 19 décembre le président et le vice-président, une formalité.

Que faut-il pour gagner ?

Un candidat doit obtenir la majorité absolue des 538 grands électeurs, soit 270.

Dans tous les Etats sauf deux, le candidat qui remporte la majorité des voix rafle tous les grands électeurs de l'État.

Dans le Nebraska et le Maine, ces grands électeurs sont attribués à la proportionnelle.

Les États-clés

Certains États sont historiquement démocrates, d'autres résolument républicains. Vu le mode de scrutin, les candidats se concentrent donc sur une douzaine d'États qui peuvent basculer d'un côté ou de l'autre, et avoir un impact sur le résultat de l'élection.

Les plus importants sont ceux qui ont le plus de grands électeurs, comme la Floride (29), la Pennsylvanie (20) ou l'Ohio (18).

Selon les élections, ces «swing states» peuvent changer.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer