Présidentielle américaine: le pari des sportifs

Si Donald Trump peut compter sur le soutien... (Archives AFP)

Agrandir

Si Donald Trump peut compter sur le soutien de vedettes comme Mike Tyson et Dennis Rodman, Hillary Clinton a la voix de LeBron James et de Martina Navratilova.

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
LOS ANGELES

La campagne présidentielle américaine suscite beaucoup d'attention dans toutes les sphères de la société. Le monde du sport n'y échappe pas. Plusieurs sportifs prennent position, plus ou moins ouvertement, dans la course à la Maison-Blanche qui se terminera le 8 novembre.

Pour Hillary Clinton (Parti démocrate)

LeBron James (basket) : La superstar de la NBA a affiché son soutien à Clinton début octobre dans une tribune publiée par un journal d'Akron, sa ville natale, près de Cleveland. «Il n'y a qu'un seul candidat qui croit aux mêmes choses que moi, qui comprend vraiment les défis qu'a dû relever un gamin d'Akron, né dans la pauvreté, et quand je pense aux idées et aux engagements du gouvernement dont ont besoin les enfants dont s'occupe la fondation, le choix est clair, c'est Hillary Clinton.»

Stephen Curry (basket) : Le double joueur par excellence en titre de la NBA a annoncé en septembre qu'il voterait Clinton. Un soutien du bout des lèvres, mais de poids, du joueur vedette de Golden State, dont le maillot est le plus vendu aux États-Unis. Magic Johnson et Kareem Abdul-Jabbar - deux légendes des Lakers de Los Angeles - ainsi que Mark Cuban, le coloré propriétaire des Mavericks de Dallas, soutiennent aussi ouvertement la candidate démocrate.

Martina Navratilova (tennis)  : L'ancienne numéro un mondiale, figure de proue de la cause homosexuelle aux États-Unis, ne fait pas mystère de son soutien pour Clinton sur son compte Twitter, où elle multiplie aussi les critiques de Donald Trump. Une autre légende du tennis féminin, Billie Jean King, soutient également la candidate démocrate.

Hope Solo (soccer) : La gardienne de but de l'équipe des États-Unis, championne du monde 2015 et double championne olympique (2008, 2012), considère «Hillary comme la meilleure candidate, la meilleure leader, la meilleure diplomate». Pas sûr que ce soutien rapporte beaucoup de voix à la candidate démocrate, tant Solo est une personnalité controversée aux États-Unis.

Pour Donald Trump (Parti républicain)

Mike Tyson (boxe) : L'ancienne terreur des rings a mis tout son poids derrière la candidature de Trump depuis plusieurs mois déjà. «Trump est un outsider, mais c'est un gagnant, je le connais bien, c'est quelqu'un de bien, il faut voter Trump», a-t-il insisté. Le célèbre promoteur Don King soutient lui aussi Trump.

Jack Nicklaus (golf) : Le joueur aux 18 titres du grand chelem a fait part en mai de son admiration pour Trump. «J'aime ce qu'il fait, il remet les États-Unis en ordre, il réveille le pays.» John Daly, vainqueur de deux titres majeurs dans les années 90, n'a jamais caché ses sympathies républicaines. «Trump est ce dont ce pays a besoin.»

Dana White (MMA) : Le puissant patron de l'UFC, la principale organisation qui chapeaute les combats d'arts martiaux mixtes aux États-Unis, est l'une des rares célébrités à avoir accepté de participer à la convention républicaine, en juillet à Cleveland. «Donald a le sens des affaires, c'est un travailleur et c'est un ami. J'ai fait toute ma carrière dans les sports de combat, je connais les gens combatifs et Donald en est un. Je sais qu'il se battra pour son pays.» L'ancienne star de la lutte Hulk Hogan soutient également Trump.

Tom Brady (football) : Le quart vedette des Patriots de La Nouvelle-Angleterre est un proche de Trump, mais il ne lui a pas publiquement apporté son soutien, à la différence de Rex Ryan, entraîneur-chef des Bills de Buffalo, et de Woody Johnson, propriétaire des Jets de New York.

Caitlyn Jenner (athlétisme)  : Médaillée d'or du décathlon aux Jeux olympiques de 1976 sous l'identité de Bruce, l'icône transgenre, liée à la famille Kardashian, est une proche de Trump.

Dennis Rodman (basket) : L'ancien coéquipier de Michael Jordan avec les Bulls de Chicago espère une victoire de Trump pour donner un coup de pied dans la fourmilière. «Nous n'avons pas besoin d'un nouveau politicien, mais d'un homme d'affaires comme M. Trump», a tweeté Rodman, aussi connu pour ses exploits dans la NBA que pour ses frasques, ses tatouages et ses voyages controversés en Corée du Nord.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer