Les républicains anticipent une défaite de Trump

Le président républicain de la Chambre des représentants... (MANDEL NGAN, AFP)

Agrandir

Le président républicain de la Chambre des représentants des États-Unis, Paul Ryan, a annoncé qu'il «ne défendrait pas ou ne ferait pas campagne» pour Donald Trump sans pour autant lui retirer son soutien, prenant encore davantage ses distances avec un candidat qu'il n'a jamais souhaité.

MANDEL NGAN, AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Agence France-Presse
White Plains

L'establishment du parti républicain semblait lundi abandonner tout espoir de reconquérir la Maison Blanche avec Donald Trump et cherchait avant tout à sauver sa majorité au Congrès, au lendemain d'un débat d'une violence inédite entre l'homme d'affaires et Hillary Clinton.

Cette concession est venue du principal dirigeant du Congrès américain, Paul Ryan, président de la Chambre des représentants. Devant des élus de son parti, il a annoncé qu'il «ne défendrait pas ou ne ferait pas campagne» pour Donald Trump sans pour autant lui retirer son soutien, prenant encore davantage ses distances avec un candidat qu'il n'a jamais souhaité.

Mais le chef républicain entend sauver les meubles au Congrès, qui sera renouvelé le même jour que la présidentielle. Il ne veut pas donner à Hillary Clinton un «chèque en blanc avec un Congrès contrôlé par les démocrates», selon une source de son parti.

«Tout ce que vous avez à faire, c'est faire de votre mieux dans votre circonscription», a-t-il lancé lundi aux élus de son camp.

M. Ryan «devrait consacrer davantage son temps au budget, à l'emploi et à l'immigration» plutôt que de «se battre contre le candidat républicain», a rétorqué Trump sur Twitter.

Le 8 novembre, les Américains éliront leur président mais aussi les élus de la Chambre des représentants et une partie des sénateurs.

M. Ryan s'était dit «écoeuré» vendredi soir par les propos dégradants sur les femmes tenus par M. Trump dans une vidéo datant de 2005, qui a entraîné une cascade de critiques et de désaveux dans les rangs républicains.

Plusieurs ténors, comme l'influent sénateur John McCain, ont purement et simplement retiré leur soutien à l'homme d'affaires. Et des élus républicains avaient exprimé leur volonté de se concentrer sur les législatives.

Un sondage donne 11 % d'avance à Hillary 

La vidéo a été au centre du débat singulièrement violent qui a opposé dimanche soir les candidats à la présidentielle, repartis lundi en campagne dans des Etats-clé - Trump en Pennsylvanie et Clinton dans le Michigan et l'Ohio.

Les analystes politiques estiment que la tendance favorable à Hillary Clinton n'a pas été inversée. Reprenant des propos de sa femme Michelle, le président Barack Obama a tweeté lundi que Hillary Clinton avait «élevé» le débat quand son rival l'avait abaissé.

Un sondage lundi pour la chaîne NBC et le quotidien Wall Street Journal réalisé après la publication de la vidéo scandale, mais avant le débat, lui octroie 11 points d'avance.

Ce même sondage donne les démocrates gagnants au Congrès avec 7 points d'avance, de quoi «donner des frissons» au parti républicain, selon David Axelrod, ancien chef de campagne de Barack Obama.

Pour tenter d'éteindre l'incendie causé par la divulgation de la vidéo de 2005, Trump avait lancé dimanche lors du débat une contre-attaque violente, ciblant les frasques sexuelles de Bill Clinton.

«Si vous regardez Bill Clinton, c'est bien pire», a-t-il accusé. Dans le public, geste extraordinaire, il avait invité trois femmes qui accusent depuis des décennies l'ancien président démocrate d'agressions sexuelles, déplaçant le débat politique sur un terrain particulièrement dangereux.

Donald Trump est «passé à autre chose» et «désireux d'avancer», a estimé son colistier Mike Pence, niant vouloir quitter son mentor, alors qu'il s'était dit «outré» samedi par les propos vulgaires de Trump.

Le candidat républicain s'est montré, il est vrai, plus solide et discipliné dans ses arguments lorsqu'il s'est agi des dossiers de fond.

Mais il a aussi frappé les esprits en employant plusieurs formules chocs contre son adversaire. Traitant Hillary Clinton de «diable», il a affirmé qu'elle était pleine de haine, et a promis de nommer un procureur spécial pour enquêter sur elle, la menaçant de prison.

Hillary Clinton n'a pas dévié de sa ligne directrice consistant à faire de l'élection un référendum sur la personnalité de Donald Trump, présenté comme instable et sectaire.

Dans un long réquisitoire solennel, elle est revenue sur la façon dont Trump parle des femmes mais aussi des immigrés et des musulmans.

«Donald Trump essaie de changer le cours (de la campagne). Mais je dirais qu'il est juste en train de s'enfoncer encore plus avec ces attaques», a estimé lundi Robby Mook, directeur de campagne de l'ancienne Première dame.

M. Mook a jugé «effrayant que Donald Trump pense que la présidence c'est comme une république bananière où vous pouvez emprisonner vos opposants politiques».

Kenneth Bone, le héros du débat

Alors que les sympathisants du républicain Donald Trump et de la démocrate Hillary Clinton s'évertuaient à défendre leurs candidats dans la foulée du dernier débat présidentiel, un participant semble s'être attiré les compliments de tous: Kenneth Bone.

L'électeur indécis moustachu originaire de l'Illinois, vêtu d'un cardigan rouge et d'un pantalon kaki, est devenu une réelle vedette instantanée sur les réseaux sociaux, dimanche soir, lorsqu'il a posé une question sur l'énergie à l'assemblée publique.

En entrevue à la station de radio locale KFNS, l'employé d'une centrale électrique a expliqué qu'il avait été informé plus tard de sa nouvelle popularité parce que les participants au forum ne pouvaient pas avoir de téléphone intelligent avec eux.

«Quand je suis retourné dans ma voiture et que je l'ai allumée, j'avais 423 demandes d'amitié sur Facebook. Je les ai toutes acceptées et ça m'a fait sentir bien pendant un instant», a-t-il témoigné.

Kenneth Bone a également acquis des milliers de nouveaux abonnés sur son fil Twitter quelques heures après le débat.

Kenneth Bone est peut-être devenu une vedette, mais il... (AP) - image 3.0

Agrandir

Kenneth Bone est peut-être devenu une vedette, mais il ne sait toujours pas pour qui il va voter.

AP

Les utilisateurs de Twitter n'ont pas manqué de créativité pour accueillir la nouvelle célébrité. Un internaute a modifié une affiche célèbre de Barack Obama et pour y accoler la photo de Kenneth Bone. Le magazine GQ s'est même amusé à partager une photo d'un costume d'Halloween à l'effigie de Kenneth Bone.

«Je vais me déguiser en moi-même à l'Halloween. Ce sera le meilleur costume», a-t-il raillé.

Kenneth Bone, qui a été inondé de demandes d'entrevues depuis le débat, a également confirmé sa présence à l'émission de variétés de Jimmy Kimmel.

L'électeur indécis est peut-être devenu une vedette, mais il ne sait toujours pas pour qui il va voter. Il prévoit faire son choix après le dernier débat, la semaine prochaine. 

AP

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer