Trump reçoit le soutien de... Poutine

Un citoyen de Boca Raton, en Floride s'est... (AP, Lynne Sladky)

Agrandir

Un citoyen de Boca Raton, en Floride s'est habillé en pancarte électorale pour manifester son soutien au candidat Donald Trump.

AP, Lynne Sladky

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Agence France-Presse

Vladimir Poutine a apporté samedi son soutien au candidat pro-russe à la Maison-Blanche, Donald Trump, sans toutefois le nommer, en annonçant qu'il était favorable à l'élection d'un président aux États-Unis qui veut de bonnes relations avec la Russie.

«Nous suivons attentivement, bien sûr, ce qui se passe aux États-Unis, et nous regardons évidemment avec sympathie ceux qui disent publiquement qu'il est nécessaire de construire des relations avec la Russie sur la base d'égalité», a déclaré M. Poutine à la presse, lors d'un briefing diffusé à la télévision russe.

«Nous soutenons toute personne dans tout pays qui veut avoir des relations de bon voisinage et de partenariat avec nous», a-t-il ajouté.

Ces déclarations semblent être une allusion claire à Donald Trump, candidat républicain à la présidentielle américaine de novembre, qui a affiché à plusieurs reprises sa sympathie envers la Russie et récemment loué avec force et insistance les qualités de dirigeant du président russe, supérieures selon lui à celle de Barack Obama.

Vladimir Poutine, qui n'a jamais dit soutenir Donald Trump, s'est exprimé à deux reprises sur sa candidature.

Alors que les relations entre Washington et Moscou sont au plus bas depuis la fin de la Guerre froide en 1991, M. Poutine a en juin salué la volonté de Donald Trump de rétablir entièrement les relations entre les deux pays.

En décembre, il l'avait qualifié d'«homme brillant et plein de talent».

La rivale de M. Trump, la candidate démocrate Hillary Clinton est connue comme partisane d'une ligne dure envers la Russie.

Fin juillet, après une vaste fuite de courriels du Parti démocrate, des responsables du parti et des experts en piratage ont montré du doigt la Russie. Le Kremlin a alors démenti toute ingérence dans la campagne présidentielle américaine.

Trump «irrécupérable», Clinton trop vague

L'ancien secrétaire à la Défense Robert Gates, un républicain, a critiqué les deux candidats à la présidentielle américaine, la démocrate Hillary Clinton et son rival Donald Trump, mais s'est montré beaucoup plus sévère à l'encontre de ce dernier, qu'il juge «irrécupérable».

M. Gates, qui a dirigé le Pentagone sous l'administration des présidents George W. Bush et Barack Obama et qui a collaboré étroitement avec Hillary Clinton quand celle-ci était secrétaire d'État, a mentionné dans une tribune publiée vendredi sur le site du Wall Street Journal qu'en terme de crédibilité, «Trump est dans une catégorie qui lui est propre».

«Je pense que M. Trump est irrécupérable». Il «est obstinément ignorant» sur le monde, les questions militaires américaines et «sur le gouvernement même». Il s'est montré «désinvolte sur le recours aux armes nucléaires» et a insulté des soldats américains, leurs familles et les chefs militaires.

Il a «un tempérament inapproprié pour commander les hommes et les femmes en uniforme. Il n'est pas qualifié et est inapte pour être le commandant en chef», a poursuivi M. Gates, qui a spécifié qu'il ne votera pas pour lui.

Toutefois, Robert Gates a aussi durement critiqué Hillary Clinton, notamment son opposition à l'accord commercial transpacifique qu'elle avait pourtant soutenu initialement.  

Les intentions de Clinton

M. Gates estime aussi que Mme Clinton est trop vague sur ses intentions quant à Vladimir Poutine. Elle n'a fait que peu de propositions sur le problème que représente la Corée du Nord et n'a pas présenté de stratégie très claire sur le Proche-Orient «qui est en feu».

Enfin Robert Gates, qui a aussi dirigé le CIA, reproche à Clinton son échec à prédire la situation chaotique qui a suivi l'intervention occidentale en Libye ou encore son changement de position sur la guerre en Irak.

Pour lui, tout cela suscite des questions sur la crédibilité de la candidate démocrate à la Maison-Blanche. Robert Gates attend donc de voir ce que Mme Clinton proposera d'ici l'élection du 8 novembre avant décider s'il votera pour elle.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer