Cruz se retire de la course

Ted Cruz quitte le devant de la scène.... (AP, Darron Cummings)

Agrandir

Ted Cruz quitte le devant de la scène. Le sénateur du Texas se retire de la course à l'investiture républicaine.

AP, Darron Cummings

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Monde
Monde

soleil monde TOC »

Associated Press
Indianapolis

Le sénateur Ted Cruz et principal rival de Donald Trump abandonne la course à l'investiture républicaine.

Donald Trump avait effectué une autre grande enjambée vers la nomination dans la course républicaine, mardi, avec une victoire à la primaire de l'Indiana, réduisant encore plus les espoirs de M. Cruz et d'autres acteurs importants du Parti républicain qui craignent que l'homme d'affaires controversé ruine les chances de leur formation en élection générale.

Mardi soir, M. Cruz a affirmé avoir voulu se tenir dans la course jusqu'à la fin, mais que les électeurs avaient «choisi une autre voie».

«Il semble que cette voie a été écartée, a-t-il déclaré à ses partisans à Indianapolis. Ensemble, nous avons tout donné sur le terrain dans l'Indiana. Nous avons tout donné, mais les électeurs ont choisi une autre voie, et c'est donc avec le coeur lourd, mais avec un optimisme sans borne pour l'avenir à long terme de notre pays que nous suspendons notre campagne.»

Reince Priebus, président du Comité national républicain, a affirmé sur Twitter que M. Trump serait le «probable» candidat du Parti républicain, et que la formation politique se devait de se rassembler pour vaincre Hillary Clinton.

M. Trump devrait obtenir les 57 délégués en jeu dans l'Indiana, et un peu moins de 200 délégués lui seraient nécessaires dans les prochaines primaires pour remporter l'investiture avant le congrès républicain.

«Je ne sais pas si M. Cruz m'apprécie ou pas, mais je dois dire qu'il a été un compétiteur hors pair, et qu'il a un avenir incroyable devant lui», a déclaré M. Trump, ajoutant qu'il s'agissait d'un geste courageux qui cadrait avec la nécessité d'unir le Parti républicain.

Ne ménageant pas leurs attaques l'un envers l'autre, le favori Donald Trump et M. Cruz avaient échangé des insultes et des accusations, mardi, alors que les électeurs de l'Indiana se rendaient aux bureaux de scrutin.

M. Cruz, sénateur du Texas, a qualifié avant le vote M. Trump d'homme d'affaires «amoral», de «menteur pathologique» et a prévenu que le pays pourrait «plonger dans le précipice» s'il était élu président.

Pas le tempérament

M. Trump, de plus en plus confiant dans ses chances de décrocher la nomination, a rétorqué que M. Cruz n'avait «pas le tempérament pour être président des États-Unis». Plus tôt mardi, M. Trump a ressorti des allégations non fondées selon lesquelles le père du sénateur du Texas, Rafael Cruz, était présent sur une photo prise en 1963 avec l'assassin de John F. Kennedy, Lee Harvey Oswald - faisant référence à une information d'abord publiée par le National Enquirer.

Les occasions pour M. Cruz - et celles du troisième candidat, le gouverneur de l'Ohio John Kasich - de bloquer la voie à M. Trump semblaient s'évaporer. Alors que la primaire dans l'Indiana semblait, il n'y a pas si longtemps, comme une belle occasion pour M. Cruz de regagner du terrain, des conseillers semblaient pessimistes quant aux perspectives de victoire.

Pourtant, en vertu d'une alliance stratégique annoncée il y a un peu plus d'une semaine, l'équipe de M. Kasich ne faisait pas campagne dans l'Indiana, pendant que l'équipe de M. Cruz s'engageait à faire de même pour M. Kasich au Nouveau-Mexique et dans l'Oregon, plus tard dans la course.

M. Trump remporte avec l'Indiana une septième primaire consécutive et compte 80 % des délégués nécessaires pour obtenir la nomination républicaine.

Victoire pour Sanders

Du côté démocrate, le sénateur du Vermont, Bernie Sanders, a obtenu une trop rare victoire contre Hillary Clinton, alors que le gain dans l'Indiana risque peu de ralentir la marche de l'ancienne secrétaire d'État vers la nomination. La lutte avait été très serrée dans cet État comptant 92 délégués pour les démocrates.

Avant mardi soir, Mme Clinton comptait 91 % des délégués dont elle a besoin pour devenir la première femme désignée candidate à la présidence par un grand parti.

En milieu de soirée, M. Sanders a pris la parole à Louisville, dans le Kentucky, soutenant que sa campagne recueillait la plus large partie des votes des 45 ans et moins, lui faisant dire que les idées pour lesquelles il se bat sont les «idées de l'avenir du pays, et du Parti démocrate». Il a dit croire que les inégalités constituaient le plus grand enjeu moral, économique et politique de l'ère moderne.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer