La nouvelle formule de retour l'an prochain

  •  (Patrice Laroche)

    Plein écran

    Patrice Laroche

  • 1 / 9
  • L'orignal mécanique du Camp à Jos (Le Soleil Patrice Laroche)

    Plein écran

    L'orignal mécanique du Camp à Jos

    Le Soleil Patrice Laroche

  • 2 / 9
  • Glissade glacée du Carnaval (Le Soleil, Patrice Laroche)

    Plein écran

    Glissade glacée du Carnaval

    Le Soleil, Patrice Laroche

  • 3 / 9
  • Les duchesses et la reine entourant Bonhomme (Le Soleil, Erick Labbé)

    Plein écran

    Les duchesses et la reine entourant Bonhomme

    Le Soleil, Erick Labbé

  • 4 / 9
  • La directrice générale du Carnaval, Mélanie Raymond, dans le Palais de Bonhomme (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    La directrice générale du Carnaval, Mélanie Raymond, dans le Palais de Bonhomme

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 5 / 9
  • La course en canot du Carnaval (Le Soleil)

    Plein écran

    La course en canot du Carnaval

    Le Soleil

  • 6 / 9
  • Sculpure de neige (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

    Plein écran

    Sculpure de neige

    Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

  • 7 / 9
  • Un petit ours sur son char allégorique pendant le défilé de la Haute-Ville. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Un petit ours sur son char allégorique pendant le défilé de la Haute-Ville.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 8 / 9
  • Les loups étaient de retour au défilé du Carnaval. (Le Soleil, Caroline Grégoire)

    Plein écran

    Les loups étaient de retour au défilé du Carnaval.

    Le Soleil, Caroline Grégoire

  • 9 / 9

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 30 janvier au 15 février 2015. »

(Québec) Tout juste avant que Bonhomme remette les clés de la ville dimanche, marquant la fin du 63e Carnaval de Québec, la directrice générale de l'événement a indiqué que la nouvelle formule à plusieurs sites serait de retour l'an prochain.

«Nous tirons un constat positif de cette refonte-là, c'est vraiment l'alignement qui était privilégié et on en est très heureux», a souligné Mélanie Raymond lors d'un point de presse pour faire un premier bilan du Carnaval et des changements apportés. 

«On peut vous dire que cette formule-là de sites éclatés sera également en vigueur pour la prochaine édition. On va peaufiner évidemment nos activités et nos sites mais on s'enligne dans cette direction-là», a ajouté Mme Raymond.

Rappelons que le Carnaval avait choisi pour son édition 2017 de délaisser le site des plaines d'Abraham pour investir de nouveaux endroits : le parc de l'Esplanade (Monde de Bonhomme), le parc de la Francophonie (Camp à Jos), une portion de Grande Allée en face de la place George-V (jeu de quilles et jeu vidéo géants) et le parc de l'Amérique-Française (sculptures sur neige). À ces sites s'ajoute la place de l'Assemblée-Nationale, où était déjà installé le palais de Bonhomme dans les dernières années.

Confirmant l'intention du Carnaval de revenir sur les mêmes sites - un retour partiel sur les Plaines est exclu l'an prochain - la directrice générale reconnaît qu'il y aura bien sûr certains ajustements à apporter. «On travaille des sites qu'on ne connaissait pas [...] Il y aura des ajustements à faire en termes d'ergonomie de terrain, par exemple avec la pente naturelle au parc de la Francophonie, et de capacité physique qu'on n'a pas bien exploitée parce que sur papier ça avait l'air restreint et finalement on aurait pu en faire davantage.»

Mélanie Raymond reconnaît également qu'il y a des améliorations à apporter à la signalisation pour se diriger entre les sites, notant toutefois que certaines modifications ont été faites au cours de l'événement, notamment en installant des affiches montrant où étaient situés les autres sites et la distance de marche entre eux.

Bien au fait des commentaires de certains festivaliers qui disaient trouver les sites trop éloignés, Mme Raymond affirme que les distances ne sont pas plus grandes que lorsque les activités avaient lieu sur les Plaines. «Si on compare physiquement l'espace qu'on occupait sur les Plaines, nos sites allaient jusqu'au Concorde et c'est encore le cas avec nos sites [actuels]. La distance de marche est la même, mais il faut travailler l'expérience des festivaliers entre nos sites. Quelqu'un qui va d'un site à l'autre, il y a un vide entre les deux alors ça donne l'impression que c'est plus long, mais ce n'est qu'une impression», dit-elle.

Mieux définir les clientèles cibles

Si les déplacements d'un endroit à l'autre peut être un peu plus ardu pour les familles avec de jeunes enfants et des poussettes, Mélanie Raymond indique que les sites ont été repensés cette année pour atteindre des clientèles cibles.

«Les gens veulent tout voir et se faire une opinion. Mais si je suis toute seule avec un enfant de trois ans, je n'ai rien à faire au Camp à Jos; je ne peux pas le laisser seul pour faire le lancer de la hache, il est trop petit pour essayer l'orignal mécanique [...] Oui ils peuvent fréquenter le site, mais ils n'y trouveront pas leur compte», indique la dg, précisant que le «coeur familial» se trouve plutôt du côté du parc de l'Esplanade et devant le Parlement, qui sont très près l'un de l'autre.

L'éclatement des sites fait également en sorte que les services offerts sont répartis en plusieurs endroits et que l'espace sous les tentes chauffées était parfois insuffisant, notamment au Monde de Bonhomme. «Je comprends le désir d'avoir un endroit pour asseoir les enfants et manger tous en même temps. On ne pouvait pas répondre à ce besoin-là cette année, mais ce sont des ajustements qu'on fera assurément [...] L'espace qui est utilisé, il y a peut-être des endroits où on peut agrandir les tentes pour avoir plus de places assises», note Mme Raymond.

L'organisation du Carnaval se dit malgré tout très contente de la réponse du public face au virage effectué, et se félicite d'avoir vu revenir des enfants de carnavaleux qui avaient délaissé l'événement, notamment avec l'offre du Camp à Jos.

Satisfaction sur Grande Allée, déception sur Cartier

Les commerçants de la Grande Allée et de... (Le Soleil, Alice Chiche) - image 3.0

Agrandir

Les commerçants de la Grande Allée et de l'avenue Cartier ont vécu bien différemment le Carnaval cette année. Si les premiers sont «très heureux» des retombées de la fête d'hiver chez eux, ceux de l'artère commerciale du quartier Montcalm disent en revanche en avoir très peu ressenti les effets.

Le Soleil, Alice Chiche

Les commerçants de la Grande Allée et de l'avenue Cartier ont vécu bien différemment le Carnaval cette année. Si les premiers sont «très heureux» des retombées de la fête d'hiver chez eux, ceux de l'artère commerciale du quartier Montcalm disent en revanche en avoir très peu ressenti les effets.

Interrogé par Le Soleil au lendemain du défilé de la haute ville, qui s'est déroulé samedi soir, le directeur d'Action Promotion Grande Allée, André Verreault, a indiqué que «tout le monde est très heureux» du Carnaval cette année. «Les commerçants ont augmenté leurs ventes. Les restaurants étaient tous pleins, c'était meilleur que l'an passé, et pour les hôteliers aussi», s'est réjoui M. Verreault. 

Selon M. Verreault, la nouvelle formule de la fête d'hiver, qui se déploie sur plusieurs sites, est positive : «c'est l'fun que le Carnaval soit revenu dans les rues, l'action est là», indique-t-il, précisant se prononcer à la fois comme «carnavaleux» et comme représentant des commerçants de la Grande Allée. 

Soulignons qu'une portion de l'artère, devant la place George-V, était fermée à la circulation pour accueillir des activités, et que le parc de la Francophonie était devenu depuis le 27 janvier le festif Camp à Jos, destiné avant tout aux adultes, jeunes et moins jeunes.

«Pas mal tranquille»

Du côté de l'avenue Cartier, le directeur général de la Société de développement commercial (SDC) de Montcalm a signalé dimanche au Soleil que «c'était pas mal tranquille cette année» pendant le Carnaval, davantage que l'an dernier. «Cartier restait dans ses allures habituelles, en étant fréquentée surtout par la population locale», a mentionné Jean-Pierre Bédard, soulignant ne pas y avoir vu vraiment plus de touristes dans les dernières semaines.

«Pour le défilé hier [samedi], les établissements étaient pleins, mais pas davantage qu'un bon samedi [...] Il y avait du monde tout le long des clôtures pour la parade, mais la densité n'était pas si grande», ajoute M. Bédard, qui convient que le froid en aura certainement freiné plus d'un.

C'est la deuxième année que l'avenue Cartier n'est pas incluse dans la programmation du Carnaval, elle qui était une des «rues carnavalesques» offrant des activités en 2015. En 2016, la SDC n'a pas demandé au Carnaval de collaborer à nouveau : il y avait eu une certaine déception en 2015 par rapport à l'investissement que ça demandait versus les retombées générées, explique M. Bédard, qui n'était pas encore en poste à ce moment.

Rien n'est prévu non plus pour l'an prochain, pour l'instant. «On est en mode attente auprès du Carnaval», affirme le dg de la SDC, qui n'exclut pas une nouvelle collaboration s'il est approché par l'organisation de la fête d'hiver.  

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer