L'équipe de 103 ans du derby Saint-Hubert

Malgré le froid et l'agitation autour de lui,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Malgré le froid et l'agitation autour de lui, Patriote observait son maître Émile Bruneau avec un calme serein, juste avant le deuxième tour des qualifications au derby Saint-Hubert.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 30 janvier au 15 février 2015. »

(Québec) Émile Bruneau, 73 ans, et Patriote, 30 ans, sont les doyens du derby Saint-Hubert. Le cavalier et son cheval courent les derbys depuis sept ans, une carrière tardive pour l'équipe, qui ne compte pas laisser les années les arrêter.

«J'ai toujours eu des chevaux, raconte le septuagénaire, mais ce n'était pas un métier.»

La moustache givrée, le cavalier était tout sourire quand Le Soleil l'a rencontré, juste avant le deuxième tour des qualifications. Le froid transperçait les os dimanche, près du site d'ExpoCité.

Malgré le froid et l'agitation autour de lui, Patriote observait son maître avec un calme serein. «Pour lui, c'est facile [le froid], c'est pour le cavalier que c'est plus dur», explique M. Bruneau. «Mes chevaux sont hivernés dehors. L'hiver, leurs poils allongent. Alors lui, une journée comme aujourd'hui, ça ne le dérange pas.»

Il en est autrement pour le public du derby, qui ne comptait que quelques dizaines de personnes. Une nette diminution par rapport à l'an dernier, alors que l'événement avait pris place sur la Grande Allée, près du manège militaire.

«La première année, il y a toujours un peu d'adaptation. Aujourd'hui, c'est difficile d'avoir une bonne foule. Il faut être très mordu, car d'après moi c'est la journée la plus froide de l'année», souligne Denis Martin, organisateur de l'événement, qui se dit tout de même satisfait de l'expérience.

«On a réussi à trouver in extremis un endroit qu'on aime beaucoup», dit-il. «On est dans un petit boisé, on a un bon sol. C'est un site qui s'y prête bien.»

Habitué des derbys, Émile Bruneau a, quant à lui, trouvé le circuit «assez rude et assez difficile». Mais lui et Patriote ne visent pas forcément la victoire. «C'est un hobby», dit-il, ajoutant que s'il devait compter sur les bourses pour vivre, il n'y arriverait pas.

Ensemble depuis plus de 10 ans, l'homme et sa monture ont appris à se connaître à travers les années. Sur la piste, ils ne forment plus qu'un. «Il faut que le cheval et le conducteur soient aussi réveillés l'un que l'autre», dit-il en rigolant.

Le secret de la longévité d'Émile Bruneau, «vivre sans pilules» et «sortir dehors tous les jours.» Mais à 30 ans, Patriote est le véritable «aîné» de l'équipe. «C'est très vieux, c'est environ l'équivalent de 90 ans pour une personne.»

Avec l'âge vient l'expérience. «Il est plus habitué à entendre le bruit, à voir les obstacles.»

Émile Bruneau et Patriote se préparent à la deuxième vague de qualification. Assis dans l'attelage, le cavalier semble enveloppé dans un nuage de vapeur. Le public ne sera pas nombreux pour les encourager, Patriote et lui, en cette journée froide. Mais l'important, selon M. Bruneau, c'est d'être là pour le plaisir.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer