Le Carnaval forcé de fermer ses portes

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 30 janvier au 15 février 2015. »

(Québec) Si le temps exceptionnellement doux des derniers jours fait le bonheur des ceux qui rêvent déjà au printemps, les activités hivernales en prennent pour leur rhume. À commencer par le Carnaval, forcé de fermer ses portes temporairement jusqu'à mardi midi.

Les sautes d'humeur de dame nature causent des maux de tête aux organisateurs du Carnaval. Si le froid extrême avait nui à l'évènement en 2015, c'est plutôt la pluie et la chaleur qui ont forcé la fermeture temporaire du site des plaines d'Abraham, lundi. 

«C'est sûr que ce n'est pas une température idéale pour un évènement hivernal», reconnaissait Daniel Bouchard, directeur des opérations du Carnaval, lundi après-midi, après avoir décidé de fermer le site. 

Une décision prise principalement pour protéger l'équipement et faciliter l'entretien du site. «On voulait permettre à nos équipes de circuler librement sur le site, ce qui n'aurait pas pu se faire au milieu des visiteurs.»

Bien que la situation est loin d'être idéale, M. Bouchard assure que la fermeture, pour une journée, n'est pas dramatique pour les finances du Carnaval. «Ce n'est pas la première fois que ça arrive. Le lundi, ce n'est pas une grosse journée en terme d'achalandage. C'est principalement des touristes qui sont là pour la semaine, donc ils pourront se reprendre dans les prochains jours.»

L'organisation prévoit rouvrir les portes du site mardi midi, mais la situation sera réévaluée en matinée, admet Denis Bouchard. 

Moins de 24 heures après le couronnement des gagnants des compétitions nationales et de la relève de sculpture sur neige, les oeuvres érigées sur le site du Carnaval avaient déjà commencé à rendre l'âme, lundi. En fin d'avant-midi, plusieurs sculptures jonchaient déjà en morceaux sur le sol des plaines d'Abraham et de la Zone Loto-Québec, devant l'Assemblée nationale. 

Le début de la conception des sculptures les plus imposantes, celles du concours international, a été repoussé de lundi à mardi. «Les blocs de neige pour l'International de sculpture sont suffisamment imposants que l'on n'a pas à craindre qu'ils fondent», explique le directeur des opérations du Carnaval, Daniel Bouchard.

Ski de fond urbain: bonne idée, mauvais hiver?

Nouveauté attendue de 2016, la piste de ski de fond urbaine autour de la rivière Saint-Charles connaît un hiver difficile. Des portions de pistes n'ont pu être tracées que quelques jours depuis le début de l'hiver, rien dans les dernières semaines. 

«Évidemment, la piste est présentement fermée, mais on espère toujours être en mesure de la retracer d'ici la fin de l'hiver. On a idéalement besoin d'un fond de neige dur et 30 cm de neige. Si on obtient cela, on peut la tracer le matin même», explique Wendy Whittom, conseillère en communication à la Ville de Québec. 

Pour ce qui est des patinoires, la plupart ont dû fermer leurs portes, tôt dans la journée, lundi. «On conseille aux gens de contacter directement leur patinoire de quartier avant de s'y rendre, dans les prochains jours, afin de s'assurer qu'elle est ouverte», souligne Mme Whittom.

Trop froid en janvier et février !

Signe que les hivers se suivent, mais ne se ressemblent pas à Québec, l'organisation du Carnaval avait confié aux journalistes, en novembre dernier, évaluer la possibilité de repousser l'évènement de quelques semaines en 2017. La raison : le temps trop froid de fin janvier et début février avait rebuté les visiteurs en 2015. «C'est sûr que l'hiver actuel fait réfléchir», admet le directeur des opérations Daniel Bouchard. «Je pense que c'est moi le responsable, j'ai fait de la visualisation au mois décembre en souhaitant un mois de février plus chaud que l'an dernier. Peut-être un peu trop», lance-t-il à la blague.

Température record à Québec

La journée de lundi a donné lieu à un nouveau record de chaleur pour un 1er février dans la capitale alors que le mercure a atteint 6,4 °C à l'aéroport Jean-Lesage, dépassant de plus de deux degrés l'ancien record de 4,2 °C établi le 1er février 1988. «Ce sont les vents du sud-ouest qui ont permis aux températures de grimper», explique le météorologue Bruno Marquis d'Environnement Canada. Un record de 1988 a également été battu à Sherbrooke, où le mercure est monté jusqu'à 9,4 °C, surpassant l'ancienne marque de 8,8 °C, et des températures élevées ont également été notées ailleurs au Québec, notamment à Thetford Mines (6,4 °C), Villeroy (7,6 °C), Sainte-Clotilde en Montérégie (11,5 °C) et Saint-Anicet, près de la frontière ontarienne, où la température est montée jusqu'à 12,3 °C. Avec 8,6 °C, Montréal n'a toutefois pas réussi à battre la marque de 10 °C du 1er février 1988. «En raison d'une autre dépression, il y aura un retour à la normale mardi, puis un autre redoux à prévoir mercredi avant un autre retour aux normales de saison, soit environ - 8 °C le jour et - 16 °C la nuit, jeudi. C'est notre hiver El Niño!» résume M. Marquis.  Avec Ian Bussières

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer