La tirelire des générations futures tiendra-t-elle le coup?

La sculpture «Cassé» se veut une critique de... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

La sculpture «Cassé» se veut une critique de l'austérité, le cochon de neig.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 30 janvier au 15 février 2015. »

(Québec) L'oeuvre de neige représentant un cochon brisé se veut une critique de l'austérité. Mais la sculpture elle-même risque de céder sous un tout autre poids: celui de la chaleur et des intempéries.

«Habituellement, on ne fait pas des sculptures "sociales"», dit Michel Proulx qui, avec Mathieu Béchard et Jessie Armand, fignolait le cochon de neige. «Mais maintenant, on est trois pères de famille, nos enfants vont à l'école. Et on se rend compte qu'il y a eu beaucoup de coupures en éducation [...]. Nos jeunes sont hypothéqués.»

La description de l'oeuvre intitulée «Cassé» se lit comme suit: «Recommander l'austérité... c'est comme demander à notre futur de payer nos erreurs du passé.»

La tirelire représenterait les premières économies qu'accumulent les enfants, explique l'équipe.

L'avenir à long terme préoccupe les sculpteurs mais à court terme, leur sculpture, tout comme les générations futures, est menacée. «Demain, il annonce très chaud avec de la pluie. D'après moi, elle ne durera pas très longtemps. On a des points qui sont vraiment fragiles dessus», prédit Michel Proulx.

Les côtés minces de la tirelire la rendent très délicate. Les deux morceaux du cochon ne tiendront que par des petits crochets, qui seront enlevés avant le jugement. Il en faudrait peu pour que le tout s'effondre.

«On voulait pousser les limites. Si ça tient, tant mieux», espère Jessie Armand, capitaine de l'équipe. «D'un autre côté, si ça casse, ça fitte tellement bien avec le concept.»

D'une manière ou d'une autre, l'équipe dit s'en sortir gagnante. «Chaque petit clin d'oeil qu'on peut faire, qui peut sensibiliser la société, est positif», résume Michel Proulx.

Autour du cochon de neige, les autres équipes s'affairent à toute vitesse. Au bout de l'allée, l'équipe de Québec admet avoir modifié ses plans pour éviter que le temps doux ne brise leur oeuvre.

Le mercure à la hausse aurait toutefois un côté positif. L'affluence devant les oeuvres de neige était importante samedi.

«On a des bons compétiteurs, le niveau est relevé», constate Martin Proulx. «Mais à l'époque, on avait un beau gros site de sculptures. En ce moment, on a seulement une dizaine de blocs... J'espère que ça va revenir, c'est un beau Carnaval.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer