Le caribou invité à revenir au Carnaval

Les duchesses du Carnaval de Québec se préparaient... (Le Soleil, Frédéric Matte)

Agrandir

Les duchesses du Carnaval de Québec se préparaient mercredi pour le couronnement de la reine.

Le Soleil, Frédéric Matte

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 30 janvier au 15 février 2015. »

(Québec) Pour la présentation 2016, le président Alain April souhaite que le bon vieux caribou reprenne sa place au défilé du Carnaval, afin de redonner à la fête «un peu de vice, un peu de fun».

«Amenons une petite flasque [ou une canne]. Il n'y a rien de mal à ça. Ça fait partie de la game», affirme-t-il. «C'est un carnaval, c'est une fête.» Et une fête implique toujours un peu de dérangement. 

Le défilé serait devenu un peu trop politically correct, admet-il. Les carnavaleux sont invités non seulement à se réapproprier la fête, mais à «partir sur le party».

Est-ce dire que les chars allégoriques doivent laisser leur place au défilé des alcooliques? «Un instant», répond Alain April, qui ajoute que, selon lui, la population de Québec aurait démontré, avec les fêtes de la Saint-Jean, qu'elle est capable de fêter de manière responsable. «Il y en aura toujours trois, quatre qui seront malades, mais ça...»

«Dans un carnaval, il faut en avoir pour tous les types de clientèles. Ça prend des jeunes, ça prend du monde qui vont s'amuser, festoyer, qui vont prendre un verre et qui vont peut-être un peu déranger», constate-t-il. 

Sans critiquer le volet familial des festivités, M. April considère que de «mettre le focus là-dessus a peut-être été une erreur». Si les activités des Plaines et le Palais de Bonhomme s'adressent davantage aux jeunes familles, les adultes peuvent aussi y trouver leur compte. M. April donne l'exemple de Bulles et whisky et du Bal des célibataires, notamment.

«Il faut arrêter de penser que le Carnaval, c'est juste pour la famille. C'est pas vrai!»

Pour les prochaines années, s'il n'en tenait qu'à lui, les changements apportés serviraient à entretenir ce côté festif. «Un char allégorique, c'est un char allégorique. Mais je ne dis pas que dans trois ans, il n'y aurait pas des artistes sur des chars allégoriques qui vont mettre le fun. C'est ça qu'il faut changer, il faut mettre plus d'animation.»

Nouveautés pour tous

Si le président invite la population à lâcher son fou, l'organisation, elle, a été plutôt sage dans la programmation. Pas de grandes surprises à annoncer, la 62e présentation en sera plutôt une de réflexion. 

Certaines nouveautés y feront toutefois leur apparition, dont le jeu de quilles géant, le Grand Prix de trois-skis, le fort de la Guerre des tuques et le manège extrême Super Shot, qui devrait ravir les plus vieux, prédit M. April.

Deux activités reviennent cette année, soit la tour d'escalade et le volet international de sculptures sur neige, sauvé par Cominar pour l'édition 2016. 

Le 62e Carnaval sera scruté à la loupe par l'organisation, et les gens de Québec sont invités à partager leurs observations. L'organisation se dit ouverte aux suggestions, autant des milieux d'affaires et artistiques que de la population. M. April invite les organisateurs d'événements parallèles à s'associer avec le Carnaval. 

Il envoie même un clin d'oeil à la Revengeance des duchesses. «Tant mieux si un jour on fait quelque chose avec eux autres, en parallèle ou pas. On peut s'associer avec tout le monde.»

Bonhomme et le maire ont fraternisé, mercredi, à... (Le Soleil, Frédéric Matte) - image 4.0

Agrandir

Bonhomme et le maire ont fraternisé, mercredi, à l'hôtel de ville de Québec.

Le Soleil, Frédéric Matte

L'an 0 du Carnaval

Trois ans. Ce sera le temps nécessaire pour remettre le Carnaval sur les rails, juge le maire Régis Labeaume. 

«La première année, tu fais le ménage dans les finances, tu t'organises pour le [l'évènement] a garder en place. Les changements, ce sera plutôt pour l'année 2 et 3.»

Le Carnaval «est à l'an 0», constate Alain April, président du conseil d'administration. L'édition 2016 en sera surtout une de questionnements, qui servira de tremplin pour les prochaines éditions. 

«Au mois de juillet, face à la problématique financière, on ne pouvait pas revirer le bateau», explique M. April, qui espère que «2017 sera peut-être l'an 1 d'une vision sur trois ans».

L'organisation prévoit équilibrer le budget cette année, l'édition 2016 laisse peu de place au risque.

Le déficit du Carnaval s'élève à près de 600 000 $. En juillet, la Ville et le gouvernement provincial ont injecté 500 000 $ dans l'organisation, en plus de revoir le conseil d'administration.

L'édition 2015 du Carnaval avait enregistré une importante baisse de l'achalandage local et de la vente de bougies. 

«Quand il y a une très mauvaise année, ça veut dire que l'organisation allait mal. On ne peut pas remettre ça debout en très peu de temps», affirme le maire Régis Labeaume. 

Le maire et le président de l'organisation se sont toutefois dits satisfaits de la vente des bougies, en augmentation de 20 % par rapport à l'année dernière. 

Alain April se réjouit également de la vente des billets de la Symphonie hivernale, même si l'objectif de vente de 6000 billets n'a pas été atteint. «Pour moi, ce n'est pas un échec, on a essayé quelque chose de nouveau, on a osé.» L'organisation du Carnaval fait ses frais avec 3000 billets, précise le président. Mercredi soir, près de 4000 billets avaient trouvé preneurs.

«C'est la première fois dans l'histoire du Carnaval qu'on fait des profits avec le couronnement de la reine», ajoute le maire Labeaume, qui jouera les chefs d'orchestre jeudi soir, au Centre Vidéotron.

Le sort en est jeté pour les duchesses

Elles sont sept duchesses, bientôt elles ne seront plus que six. Mercredi, à l'hôtel de ville de Québec, les sept jeunes femmes ont déposé leurs capsules pour le tirage au sort qui désignera la reine du 62e Carnaval. Pour le moment, Amélie Godin-Gosselin, de Sainte-Foy-Sillery-Cap-Rouge, a une bonne longueur d'avance avec 80 capsules, alors que ses camarades s'approchent plutôt de 60. Dévoilée mercredi, la couronne de la nouvelle reine est l'ancien couvre-chef de l'édition de 1954, restauré pour l'occasion par le joaillier Robert Langlois, le créateur derrière la bague de l'amphithéâtre. Le couronnement de la reine aura lieu jeudi à 18h45 au parc Jean-Béliveau.

Au Carnaval aujourd'hui

Le Couronnement de la Reine 

  • Où: Parc Jean-Béliveau (près du Centre Vidéotron)
  • Heure: 18h45
La Symphonie hivernale

  • Où: Centre Vidéotron
  • Heure: 19h30
Stationnement gratuit sur les terrains d'ExpoCité et du Centre Vidéotron

Avec ou sans effigie

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer