La Ville fournira un dollar sur cinq dans les coffres du Carnaval

En tout, l'administration Labeaume fournira 1,7 million $... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

En tout, l'administration Labeaume fournira 1,7 million $ au Carnaval en 2016, soit 8 % de plus que l'année précédente.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 30 janvier au 15 février 2015. »

(Québec) Près d'un dollar sur cinq qui aboutira dans les coffres du Carnaval de Québec cette année provient de la Ville de Québec et de son office du tourisme.

Le comité exécutif de la Ville de Québec a autorisé cette semaine le versement d'une subvention régulière de 635 000 $ à la grande fête hivernale. Le montant est le même qu'en 2015. S'ajoutent les 500 000 $ annoncés en juillet pour relancer l'événement déficitaire. Ces fonds sont puisés dans l'enveloppe du Service du développement économique et des grands projets, financé en grande partie par le gouvernement provincial. 

La Ville de Québec fournira aussi 270 000 $ en biens et services, tout comme l'an dernier. Quant à l'Office du tourisme de Québec, il fait plus que doubler sa contribution, qui passe de 125 000 $ à 287 500 $. 

Au final, l'administration Labeaume fournira donc 1,7 million $ au Carnaval, soit 18 % du budget de l'édition 2016. Le million de dollars décaissé l'an dernier équivalait plutôt à 10 % des revenus. 

Le gouvernement du Québec a pour sa part réduit sa participation à 910 000 $, comparativement à un peu plus d'un million de dollars en 2015. Le fédéral a débloqué 648 000 $, ce qui représente une légère hausse. 

Pour une année

Le président du conseil d'administration du Carnaval, Alain April, a répété jeudi qu'il n'avait pas l'intention de dépendre des subventions municipales plus d'une année. «C'est aucunement notre objectif», a-t-il assuré, invoquant l'orgueil des membres de son conseil. 

Sur papier, le Carnaval a ajusté à la baisse ses prévisions de commandites (privées et en biens et services) et de revenus autonomes - provenant principalement de la vente de la bougie et de l'effigie - pour 2016. 

C'est parce qu'il prend pour cibles les revenus réels de la dernière édition, indique M. April, qui ne cache pas son désir de les dépasser. Au niveau des commandites, le départ de Desjardins, de la SEPAQ et de TELUS sera en partie compensé par l'arrivée de Vidéotron et d'autres partenaires, plus petits, mais «tous importants». Le président du C. A. mentionne que les discussions ont repris avec Desjardins et la SEPAQ. Il estime réaliste d'espérer un nouvel accord pour 2017. 

Quant aux ventes de bougies et d'effigies, elles vont bien, affirme M. April. «On espère certainement de faire mieux» que l'an passé, dit-il. 

Ce dernier fonde également beaucoup d'espoir sur le spectacle symphonique de Louis-Jean Cormier au Centre Vidéotron. Les profits sur la vente des billets permettront de créer une nouvelle réserve en vue de l'édition 2017 du Carnaval.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer