Baisse d'achalandage: le climat aurait refroidi les ardeurs

Le responsable marketing et stratégie événementielle du Carnaval,... (Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve)

Agrandir

Le responsable marketing et stratégie événementielle du Carnaval, Yann Latouche, ne croit pas que le prix de l'effigie ait joué un rôle dans l'achalandage.

Le Soleil, Jean-Marie Villeneuve

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 30 janvier au 15 février 2015. »

(Québec) Le Carnaval de Québec reconnaît que la première semaine a été difficile pour la fréquentation de ses sites. Mais il est encore trop tôt pour dresser un bilan, si ce n'est que de constater que le temps froid a joué dans la balance.

«Oui, il y a eu une baisse d'achalandage. Jusqu'à quel point elle est dramatique? On ne peut pas la chiffrer pour l'instant», a indiqué au Soleil le responsable marketing et stratégie événementielle du Carnaval, Yann Latouche. Il assure toutefois que depuis l'ouverture des festivités, le 30 janvier, le Carnaval a connu «deux excellents samedis». «Mais les dimanches ont été plus difficiles», a-t-il laissé tomber.

Mais encore là, difficile de dire combien de gens en moins que les années précédentes.

«On peut rarement faire des bilans significatifs à mi-parcours», a ajouté M. Latouche.

Même s'il est bien ironique de blâmer le climat autour d'une fête qui célèbre l'hiver et la nordicité depuis 61 ans, M. Latouche reconnaît que dame Nature a pu refroidir les carnavaleux.

Chose certaine, il refuse de blâmer le prix de l'effigie qui donne accès aux activités sur les plaines d'Abraham.

«C'est la troisième année qu'elle coûte 15 $. Et 96 % des gens étaient satisfaits. Pourquoi ça aurait changé?», a-t-il poursuivi, alors que l'an dernier, le 60e Carnaval avait connu 33 % d'augmentation d'achalandage. «Et une dizaine de degrés de plus», a-t-il ajouté, en allusion au climat glacial des derniers jours.

M. Latouche tient aussi à souligner le succès du défilé de nuit et d'activités intérieures, dont la nouveauté qu'il a pilotée, les deux soirées de dégustation Bulles, whisky & Cie, qui ont affiché complet avec la visite de 1900 personnes en deux soirs à la salle de bal du Concorde.

Le vrai bilan, a ajouté M. Latouche, se fera lorsqu'on pourra déterminer combien d'effigies ont été vendues dans les 450 points de vente. Quant aux idées d'activités, la réflexion est constante, a-t-il assuré.

Interrogée en marge d'une annonce dans le quartier Petit Champlain, la conseillère responsable des grands événements, Julie Lemieux, a refusé de s'inquiéter sur la popularité de la fête d'hiver.

«Effectivement, sur le site, on disait avoir observé une baisse, mais à - 25 °C avec le vent, c'est sur que ce n'est pas facile», a-t-elle aussi constaté. «Mais moi, je peux vous dire que j'ai vu beaucoup de touristes, beaucoup d'Américains. Mais on va attendre la fin du carnaval. Mais je trouve que les activités sont intéressantes. Ça se passe bien pour l'offre touristique.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer