Volte-face du Carnaval: le concours de sculpture sur neige aura lieu

Les volets international et national du concours de... (Photothèque Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Les volets international et national du concours de sculptures sur neige du Carnaval de Québec sont sauvés.

Photothèque Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Carnaval de Québec

Actualité

Carnaval de Québec

Bonhomme invite la population à s'amuser, du 30 janvier au 15 février 2015. »

(Québec) Le concours international de sculpture sur neige du Carnaval de Québec aura finalement lieu en 2015. Ce changement de cap de la direction du Carnaval survient après une vague de dénonciations des élus municipaux et provinciaux qui ont sévèrement critiqué la décision d'abandonner cette activité indissociable de la fête hivernale depuis 1973.

Éventée mardi, la nouvelle a rapidement soulevé un tollé. La conseillère responsable des grands événements à la Ville de Québec, Julie Lemieux, était en furie. Dans Le Soleil de jeudi, elle demandait au Carnaval de revoir sa décision. Jeudi matin, le ministre responsable de la région, Sam Hamad, en a remis, allant jusqu'à menacer de revoir les 1,4 million $ de subventions provinciales si le Carnaval ne «corrige pas le tir».

Le président du Carnaval, Denis Simard, affirmait pour sa part jeudi qu'il était «minuit moins une», mais qu'il espérait toujours trouver un commanditaire. Sans quoi, la décision finale serait prise par le conseil d'administration du Carnaval le 10 décembre.

Le Groupe Voyages Québec a finalement «répondu à ce cri du coeur» et devient le commanditaire majeur de l'activité après le retrait de TELUS, qui finançait l'International de sculpture sur neige ces dernières années. M. Simard n'a pas dévoilé jeudi le montant de la commandite, mais l'organisation des volets national et international du concours coûte environ 100 000 $. TELUS, a dit le président, avait «modifié» son financement.

«On a fait un appel à la population de Québec et on est très heureux», a dit M. Simard en point de presse en fin de journée jeudi. «Les gens de Québec nous ont dit qu'ils aimaient le Carnaval de Québec.»

Groupe Voyages Québec s'est manifesté dans les 24 dernières heures, selon le président.

Pressions politiques

Malgré le contexte, Denis Simard a refusé jeudi d'attribuer cette volte-face du Carnaval aux pressions politiques. «Des fois on a des circonstances, nous on pensait qu'on avait encore une semaine. Il y a eu une précipitation des événements», a-t-il toutefois reconnu.

«On espérait jusqu'à la toute dernière minute», a martelé le président du Carnaval.

Reste que les deux derniers jours ont été éprouvants pour l'organisation du Carnaval qui a fait face à une volée de bois vert des élus. Ces derniers ne comprenaient pas la décision initiale de couper cette activité plutôt qu'une autre dans la programmation 2015.

«Lorsqu'on donne 1,4 million $, c'est parce qu'on veut avoir une visibilité internationale et un des éléments qui attirent des touristes, c'est le concours de sculptures. Alors si le Carnaval ne corrige pas le tir, on va regarder sérieusement les subventions», avait lancé en matinée le ministre responsable de la région de Québec, Sam Hamad.

«On ne donne pas la subvention uniquement pour faire le party», a illustré le ministre.

Sur le chemin du retour de Bruxelles après une mission de cinq jours, le maire Régis Labeaume avait évoqué la même chose quant au financement municipal, critiquant notamment le fait que la Ville, qui contribue pour 600 000 $ en subventions et 400 000 $ en services n'avait jamais été informée d'un tel choix.

«Quand on voit des gens de tous les pays qui viennent participer à ça, me semble qu'il y aurait d'autres activités à couper avant celle-là», avait pour sa part réagi le député caquiste de Chauveau Gérard Deltell se disant «surpris et très déçu».

Avec Annie Morin et Michel Corbeil

Une décision étonnante

Même si l'International de sculpture sur neige aura finalement lieu, il demeure étonnant d'avoir appris que la direction du Carnaval ait même envisagé de retrancher cette activité majeure au programme depuis 1973. Cette décision, renversée jeudi, surprend lorsqu'on constate à quel point le Carnaval parle en termes élogieux de cette «activité de prestige» à la «réputation enviable à travers le monde».

«L'International de sculpture sur neige s'est forgé une crédibilité et une réputation enviables à travers le monde. Il est l'aîné des événements de sculpture sur neige et l'un des plus prestigieux à l'échelle mondiale. Chaque année, des sculpteurs venant des quatre coins du monde relèvent le défi de créer une oeuvre dans des conditions extraordinaires avec ce médium éphémère et fragile qu'est la neige. [...] D'ailleurs, les nombreux amateurs présents à la nuit blanche, cette nuit magique par le caractère puissant du silence martelé des derniers coups des artistes qui composent comme une mélodie dans la nuit, confirment que l'International de sculpture sur neige du Carnaval de Québec est un événement hors du commun.»

- Extrait tiré du site http://carnaval.qc.ca

«Un faux pas», selon Labeaume

Le maire Régis Labeaume estime que la direction du Carnaval a commis un «faux pas» en gardant la Ville dans l'ignorance quant à son choix d'abandonner l'International de sculpture sur neige. Et même si elle se dit «satisfaite et contente» que l'activité soit finalement maintenue, la conseillère Julie Lemieux espère pour sa part que la mésaventure servira «de leçon pour tout le monde».

«Le problème là-dedans est que lorsqu'ils sont venus nous présenter le Carnaval 2015, ils ne nous avaient pas dit ça», a déclaré jeudi M. Labeaume à son retour d'une mission en Belgique. «On est très déçus de ça. On ne peut pas éluder cette question-là. C'est un faux pas. C'est plate parce que ça brise un peu la confiance», a dit le maire.

Julie Lemieux, qui a été la première à dénoncer publiquement la décision dans Le Soleil de jeudi, déplorait toujours en fin de journée jeudi que la Ville n'ait pas été mise au courant de ce choix du Carnaval qui devait être voté le 10 décembre. «On aurait pu éviter le psychodrame», a-t-elle illustré.

«Je ne veux pas leur jeter la pierre. Ça arrive qu'on évalue mal l'impact d'une décision, mais je pense juste que l'important est de se parler et d'essayer de trouver des solutions quand ça survient. Je pense qu'on a bien compris du côté du Carnaval qu'ils ont tout intérêt à être plus transparents avec nous.»

Malgré le dénouement heureux, Mme Lemieux persiste tout de même à se demander pourquoi le Carnaval avait initialement choisi de retrancher les volets national et international de la prestigieuse compétition de sculpture. «Ça m'étonne, honnêtement, qu'on ait envisagé cette option. Je pense qu'ils misaient beaucoup sur la participation citoyenne dans les rues, mais je pense que ça doit cohabiter avec un concours international aussi.»

Avec Annie Morin

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer