En mission pour le pont

Il est la mémoire du pont de Québec. La référence. Celui vers qui se tourne... (Le Soleil, Yan Doublet)

Agrandir

Le Soleil, Yan Doublet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Il est la mémoire du pont de Québec. La référence. Celui vers qui se tourne quiconque s'intéresse à l'histoire plus grande que nature de la «huitième merveille du monde».

À 70 ans, la «passion» de Michel L'Hébreux pour le pont n'a pas faibli. Sa maison du quartier Saint-Romuald est un musée vivant, tapissé de photos, dessins, affiches, tableaux et artéfacts rassemblés au fil des ans.

Assez qu'il doit désormais «négocier» avec son épouse Nicole Goulet. S'il veut ajouter une nouvelle pièce sur un mur, il doit en retirer une. «C'est ce qu'on appelle un compromis», s'amuse-t-il.

Il ne se passe pas un jour sans que Michel L'Hébreux reçoive des appels, lettres ou courriels, parfois de très loin, pour vérifier des informations sur le pont de Québec.

Ou souvent, pour lui offrir des documents ou objets de famille. Il a été couché sur quelques testaments de témoins de l'histoire du pont. À qui d'autre léguer des artefacts du pont sinon au gardien de sa mémoire.

Parmi les pièces de collection les plus précieuses, une statuette de la vierge retrouvée sur la travée centrale où elle avait été placée pour conjurer le mauvais sort le jour où la travée a été hissée à sa place, il y aura 100 ans dans quelques jours.

Monsieur Labbé, de Saint-Romuald, qui encore aujourd'hui récupère à marée basse des pièces de métal au pied de la travée sud (tombée en 1907), lui en apporte parfois. M. L'Hébreux les entrepose dans son cabanon, en attendant un lieu plus approprié.

Dans son bureau au sous-sol, un cadre de bois derrière le routeur. C'est avec ce cadre que tout a commencé.

Il était enfant lorsque son oncle, qui habitait à la maison, l'a accroché au mur de la salle à manger.

On y voit deux photos du pont de Québec, l'une avant et l'autre après la chute. Ces photos étaient le prétexte à des conversations avec les invités. Ce fut l'élément déclencheur d'un intérêt pour le pont qui n'allait plus le quitter.

Michel L'Hébreux a donné sa première conférence sur... (Le Soleil, Yan Doublet) - image 2.0

Agrandir

Michel L'Hébreux a donné sa première conférence sur le pont de Québec en 1975.

Le Soleil, Yan Doublet

Michel L'Hébreux était professeur de mathématique et de français à l'école primaire lorsqu'il a partagé pour la première fois ses connaissances et sa passion du pont avec ses élèves.

Devenu plus tard directeur d'école, il y a consacré une part de plus en plus grande de ses loisirs. Il a fini par acquérir sur le tas des compétences d'historien, d'ingénieur civil, de géographe, d'économiste et de spécialiste des transports.

«C'est devenu une passion ; ça m'habite beaucoup», dit-il. Il a donné sa première conférence en 1975 et plus de 2000 autres depuis ; il a écrit ou remis à jour 5 livres sur l'histoire du pont ; ses recherches ont inspiré des romans ; il a contribué à d'innombrables expositions, colloques, émissions et reportages, films, formations professionnelles, articles savants, etc.

Pendant 10 ans, il a formé les guides touristiques de Québec sur l'histoire du pont de Québec et du pont Pierre-Laporte. Une soirée entière y était consacrée.

Les premières années de ses recherches, celles d'avant les ordinateurs personnels, son épouse et ses filles l'aidaient à transcrire les informations qu'il déchiffrait à la loupe sur les documents d'époque : carnets d'ouvrier, récits, feuilles de temps, rapports, etc. «J'ai mis tout le monde à contribution», se souvient-il.

Il a été associé dès 1987 aux travaux du comité de sauvegarde du pont de Québec, lorsque  sont apparus les premiers signes de détérioration du pont après l'abandon du programme de peinture permanent au début des années 80.

----------

«Réalisant au fil des années que ce pont exceptionnel avait besoin de défenseur et qu'il était important de faire connaître son histoire et son importance patrimoniale, c'est donc devenu... la mission de ma vie», confie Michel L'Hébreux.

----------

Personne ne connaît mieux que Michel L'Hébreux la petite et la grande histoire du pont de Québec. Lorsqu'il entend parfois des témoignages erronés sur l'histoire du pont, y compris par des collègues historiens, il fatigue et se permet parfois de les corriger.

«J'ai eu la chance de découvrir, il y a des gens qui m'ont aidé, j'ai travaillé fort, j'ai fait de la recherche, j'en connais beaucoup, mais il y a sûrement des choses que j'ignore ; on peut jamais dire qu'on sait tout sur un sujet. Je continue d'en découvrir», décrit-il.

Depuis 15 ans, sa contribution a été reconnue par de nombreuses récompenses dont la plus récente : la Médaille de l'Assemblée nationale en juin dernier.

Chaque année, Michel L'Hébreux se promet de ralentir. Mais il continue d'accepter des invitations, de rencontrer des élèves, de témoigner de ce que le pont est pour lui et pour sa ville.

Il dit se sentir encore en pleine forme, mais commence à être préoccupé par ce qu'il adviendra de ses souvenirs, connaissances et artefacts du pont.

Il souhaiterait un centre d'interprétation. Les quelques tentatives à ce jour ont échoué, mais il ne désespère pas.

En attendant, une partie de ses collections sera exposée sous chapiteau ou au pavillon du Quai des cageux lors des cérémonies de commémoration des 100 ans de la fin des travaux de construction.

Il a aussi sept petits-enfants qu'il tente de sensibiliser à l'importance du pont et à qui il aimerait transmettre sa passion, mais ces choses-là ne se forcent pas, dit-il.

«J'espère qu'un jour il y aura quelqu'un pour prendre la relève», souhaite-t-il.




À lire aussi

  • La petite histoire d'une merveille du monde

    Dossiers

    La petite histoire d'une merveille du monde

    Le 20 septembre prochain, on célébrera les 100 ans du pont de Québec. La date correspond à la fin des travaux de mise en place de la travée centrale.... »

  • Une réussite à l'eau bénite

    Dossiers

    Une réussite à l'eau bénite

    L'accident de 1916 n'oblige pas à redessiner les plans du pont de Québec. Des changements mineurs seront apportés à la structure et aux supports... »

  • Le matin fatidique du 11 septembre 1916

    Dossiers

    Le matin fatidique du 11 septembre 1916

    Ce matin du 11 septembre 1916, le premier ministre du Québec, Lomer Gouin, est lui aussi présent. »

  • Qu'est-ce qu'un pont cantilever?

    Dossiers

    Qu'est-ce qu'un pont cantilever?

    À l'époque, les ponts cantilever pouvaient supporter des charges plus lourdes que les ponts suspendus. Celui de Québec devant porter deux voies... »

  • Rapport dévastateur sur l'accident de 1907

    Dossiers

    Rapport dévastateur sur l'accident de 1907

    L'accident de 1907 avait forcé à revoir en profondeur les plans du pont de Québec. Le rapport d'enquête avait été dévastateur : mauvaise évaluation... »

  • Le travail inhumain des cochons de sable

    Dossiers

    Le travail inhumain des cochons de sable

    L'un des épisodes les plus troublants de l'histoire du pont de Québec est pratiquement passé sous les radars, occulté par les accidents... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer