Votre grand-mère avait raison

Afin d'éviter de toujours perdre des objets, des... (123RF/Cathy Yeulet)

Agrandir

Afin d'éviter de toujours perdre des objets, des spécialistes suggèrent simplement d'investir dans la quincallerie de rangement.

123RF/Cathy Yeulet

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Allard
Le Soleil

(Québec) CHRONIQUE / C'est le temps du ménage de printemps, et vous avez peut-être déjà commencé à faire le tri dans vos vieilles choses et à réorganiser celles que vous gardez.

Vous le faites pour ressentir l'agréable sentiment d'une maison propre. Mais aussi, sans doute, pour cesser de perdre des objets et les chercher.

Plusieurs d'entre nous avons la fâcheuse manie d'égarer des objets quotidiens comme nos clés, nos téléphones, nos portefeuilles, du courrier important, etc. Et quand arrive le moment d'aller chercher l'outil dont on se sert une fois par année, évidemment, il ne se trouve pas où l'on pensait.

À ce problème, il existe pourtant un remède scientifiquement éprouvé que vos grands-mères vous ont peut-être déjà répété : «chaque chose à sa place».

Avez-vous déjà remarqué que vous ne perdiez jamais vos fourchettes ou vos couteaux à la maison? Pourquoi? 

Parce que vous possédez un tiroir dans la cuisine pour ces ustensiles et que vous les ramenez machinalement au bercail après utilisation. Même chose avec les brosses à dents et les peignes dans la salle de bain.

Mais vos lunettes de lecture? Ah, ça, vous les perdez tout le temps. Car on ne lit pas toujours on même endroit et qu'on n'a jamais pris le temps de leur attribuer un emplacement. 

L'hippocampe

J'ai emprunté ces exemples à Daniel Levitin, un neuropsychologue de McGill. Dans son livre The Organized Mind : Thinking Straight in the Age of Information Overload, il consacre un chapitre à l'organisation des logis et explique comment optimiser le rangement pour tenir compte des particularités du cerveau.

Levitin explique entre autres que l'évolution neurologique nous a dotés d'une aire cérébrale spécifiquement dédiée à la localisation des choses : l'hippocampe. Quand nos ancêtres habitaient la savane, cette habileté était essentielle pour qu'ils se souviennent de l'emplacement de la nourriture, de l'eau et des bêtes féroces qu'il valait mieux ne pas croiser. 

Les animaux aussi se servent de l'hippocampe. C'est grâce à lui, par exemple, que les écureuils retrouvent les noix qu'ils ont planquées plusieurs mois plus tôt et à des centaines d'endroits.

La mémoire des humains, poursuit Levitin, est devenue très efficace pour garder la trace des choses qui ne bougent pas, comme les arbres à fruit, les montagnes, les puits, les lacs. Mais elle est vraiment poche pour se souvenir de l'emplacement des choses qui bougent d'un endroit à l'autre. 

Le neuropsychologue propose une règle simple pour organiser sa maison : la «règle de l'endroit désigné», qui est l'équivalent du «chaque chose à sa place».

Cela exige évidemment de prendre le temps de déterminer un endroit pour chaque bébelle et de le faire aussi pour les nouvelles qui arrivent des magasins.

Importante quincallerie

Levitin suggère de ne pas se gêner pour investir dans la quincaillerie de rangement. Quand t'as un crochet pour accrocher tes clés, un petit panier pour ton portefeuille et un parking à cellulaire pour ton téléphone, c'est plus facile d'éviter les égarements.

Il va jusqu'à encourager l'achat de doublons. Si vous avez deux bureaux dans la maison, vaut mieux avoir une brocheuse et une paire de ciseaux pour chacun d'eux. Sinon, vous risquez de vous obstiner sur qui a encore perdu la brocheuse.

Pour les plus gros objets, Marie-Sophie Berruex, une organisatrice professionnelle de Québec, privilégie notamment les bacs en plastique de différentes grosseurs. Pour les jouets d'enfants, par exemple, elle regroupe les poupées dans un bac, les casse-tête dans un autre, le matériel artistique dans un autre, etc.

Le défi, explique-t-elle, c'est de développer la discipline de les ranger toujours au même endroit. Mais une fois que l'habitude est acquise, «on sait où les choses vont, et on n'a plus besoin d'y réfléchir», dit-elle.

Alors si vous n'avez pas encore commencé votre ménage de printemps, prenez le temps de mettre sur papier la place que vous assignerez à chaque chose. Votre grand-mère sera fière de vous.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer