Le parking à cellulaire

On dit qu'on se tourne vers notre téléphone... (123RF/Erik Emanuel Vieira Reis)

Agrandir

On dit qu'on se tourne vers notre téléphone quand on s'ennuie. Mais on s'ennuie souvent parce qu'on s'est habitué à être toujours connectés, informés, divertis.

123RF/Erik Emanuel Vieira Reis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Allard
Le Soleil

CHRONIQUE / Il y aura bientôt un stationnement dans ma maison. Il sera érigé au-dessus d'un meuble près du vestibule. Tous ceux qui entreront chez nous seront incités à y garer leurs téléphones intelligents.

Je l'appellerais le «parking à cellulaire».

J'y songe depuis que j'ai réalisé que ces merveilles technologiques menaçaient une chose très importante sous mon toit : les conversations.

Je me vois aller, avec mon iPhone. Au souper, ma blonde et mes filles me racontent leur journée, il se met à vibrer. Un appel, un texto, une notification, et hop, je perds le fil, même s'il est resté dans ma poche. Qu'est-ce que tu disais, déjà?

À l'heure du bain, pareil. Je pourrais jaser avec ma progéniture, mais j'en profite pour vérifier mes courriels, je déroule mon fil Facebook, je regarde les nouvelles.

Ce genre de déconnexion par la connexion arrive aussi quand on a des invités. Tout le monde est ravi de s'obstiner sur un truc : ben non, je te dis, la capitale de l'Australie, ce n'est pas Sydney! C'est une autre ville que personne ne connaît... Et là, il y en a un qui sort son cellulaire et pitonne : c'est Canberra.

Ah. Point à l'obstination.

Bon, alors tant qu'à sortir le téléphone, on se montre des vidéos drôles sur YouTube. On en regarde quelques-unes et, étrangement, c'est là que la soirée s'éteint...

L'hiver dernier, ça m'a marqué, ma blonde et moi : on a passé la veillée avec deux sympathiques filles dans la vingtaine. Snapchat, Facebook, Instagram, textos, appels : leurs téléphones vibraient aux deux minutes. Pas moyen de discuter sans entendre des bzzzt, bzzzt en toile de fond. Je n'ai pas pogné les nerfs; j'aurais peut-être dû.

Saviez-vous que même si le téléphone est mis sur le mode silencieux, juste le fait de l'avoir dans vos poches change votre manière de converser? 

Plusieurs études ont démontré que lorsque notre attention peut être sollicitée à tout moment, on a tendance à opter pour des conversations superficielles et à s'éloigner des sujets plus sensibles ou émotifs.

Les gens se sentent aussi moins connectés les uns aux autres quand il y a un téléphone sur la table, et ils forment des liens moins solides quand ils se parlent surtout par écrans.

J'ai lu tout ça dans le plus récent livre de la psychologue et anthropologue Shelly Turkle, intitulé Reclaiming Conversation: The Power of Talk in the Digital Age.

Ses bouquins précédents ont été traduits en français, mais pas encore celui-là. Vous comprendrez qu'avec mon projet de stationnement, je ne pouvais pas attendre avant de me faire une tête. 

Je ne pouvais pas mieux trouver que la sienne. Professeure au Massachusetts Institute of Technology (M.I.T.), à Boston, Turkle ne connaît sans doute rien aux stationnements miniatures, mais elle étudie depuis près de 30 ans les effets des nouvelles technologies sur le comportement humain.

Au début de sa carrière, elle s'était enthousiasmée pour les incroyables possibilités offertes par les ordinateurs personnels. Mais depuis qu'ils nous suivent partout, elle a déchanté.

Aujourd'hui, illustre-t-elle, de plus en plus de gens se contentent de publier des photos de recettes au lieu de jaser de cuisine; ils n'appellent plus leur mère, mais lui envoient un courriel avec les faits saillants de leur vie; ils vont dans les bars, mais passent leur temps à envoyer des textos et trouvent le moyen de ne pas se parler.

«On dit qu'on se tourne vers notre téléphone quand on s'ennuie; mais on s'ennuie souvent parce qu'on s'est habitués à être toujours connectés, informés, divertis», écrit-elle.

C'est devenu un gros problème, estime Turkle, parce que ça nous a rendus entre autres moins empathiques et plus loin les uns des autres.

Dans une conversation face à face, ce qui fait la différence, c'est justement ça : la face. Nos visages permettent à nos interlocuteurs de lire les émotions derrière les mots.

Or, à force de communiquer par écran, on a de plus en plus de mal à décoder nos semblables et on n'arrive plus à se mettre à leur place. À ce sujet, Turkle cite une étude qui a montré que les étudiants universitaires posaient 40 % moins de gestes d'empathie aujourd'hui qu'il y a 20 ans...

Les conséquences de l'hyperconnexion peuvent être encore plus graves durant l'enfance, souligne-t-elle. Les parents captés par leurs téléphones risquent de priver leurs enfants de l'attention dont ils ont besoin pour bien se développer.

Quand un père ou une mère ne répond pas à sa marmaille parce qu'il ou elle est en train de texter ou de facebooker, ses rejetons n'apprennent pas à reconnaître les expressions faciales et les nuances de la parole qui leur permettront plus tard d'être à l'aise dans une conversation et de se faire des amis.

Une étude de la pédiatre Jenny Radesky, citée aussi par Turkle, a montré qu'au restaurant, les parents passaient en général plus de temps à regarder leur téléphone qu'à interagir avec leurs enfants. Et quand un enfant est trop souvent ignoré, il se ferme et cesse de vous parler de ce qui ne va pas.

Dans une entrevue au journal anglais The Guardian, Shelly Turkle raconte qu'elle a utilisé chez elle le truc de l'«espace sacré». Pas d'ordinateurs ou de téléphones dans la cuisine, à la table de cuisine ou dans la voiture; ce sont des endroits familiaux où la conversation doit régner, peu importe le moment de la journée.

Pour ma part, je compte travailler sur mon parking à cellulaire. C'est pratique : tu arrives à la maison, tu accroches ton manteau et stationnes ton cellulaire entre deux lignes blanches crayonnées sur carton noir. Ça viendra même avec des prises à iPhone, un peu comme si c'était des voitures électriques.

Je vous dis, c'est une idée de génie. Je devrais la faire breveter.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer