Le bronze rend plus heureux que l'argent

Médaillée d'argent au tournoi olympique de rugby à...

Agrandir

Médaillée d'argent au tournoi olympique de rugby à 7 féminin, l'équipe de la Nouvelle-Zélande a durement encaissé son revers en finale contre l'Australie.

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page
Marc Allard
Le Soleil

(Québec) CHRONIQUE/ C'était un des moments les plus poignants des Jeux de Rio : le revers de l'équipe féminine de rugby à 7 de la Nouvelle-Zélande en finale contre les Australiennes.

Le même jour, les Canadiennes avaient triomphé des Britanniques pour rapporter le bronze à la maison. Vous avez vu leurs larmes de joie après la victoire.

Mais avez-vous vu celles des médaillées d'argent?

Les Néo-Zélandaises venaient de perdre l'or 24-17 aux mains de la grosse île voisine. Elles étaient anéanties.

La vedette du tournoi, Portia Woodman, qui avait marqué peu de temps avant la fin et espérait toujours une victoire des kiwis, était «inconsolable», a rapporté le New Zealand Herald.

Elle s'est effondrée sur le sol, le front contre le gazon, le ballon indifférent posé à côté d'elle, pendant que les Australiennes jubilaient pas loin.

«Ses coéquipières dévastées sanglotaient ouvertement autour d'elle», ajoutait le journal.

Puis, imitant leurs partisans dans les estrades, les joueuses néo-zélandaises se sont relevées pour le haka, une sorte de danse de guerre maorie qu'elles ont exécutée en ravalant leur motton.

Après, la capitaine de l'équipe, Sarah Gross, a décrit aux reporters comment elle se sentait. «Pour être honnête, assez vide. Nous sommes venues ici pour gagner une médaille d'or et nous rapportons une médaille d'argent.»

En somme, les Canadiennes étaient énormément plus heureuses avec le bronze que les Néo-Zélandaises avec l'argent.

Objectivement, pourtant, le deuxième rang vaut plus que le troisième. Mais ce n'est pas ce que les athlètes ressentent, et on ne ferait pas mieux à leur place. Pourquoi?

Parce que notre réponse émotionnelle aux événements est influencée par une satanée question que l'on se pose automatiquement quand quelque chose nous arrive : «qu'est-ce qui aurait pu se passer si...?»

Si on pense qu'on aurait pu faire mieux (une comparaison vers le haut), on est triste. Mais si on se dit que ç'aurait pu être pire (une comparaison vers le bas), on est joyeux.

Dans le jargon de la psychologie sociale, ça s'appelle de la «pensée contre-factuelle». On la pratique tous au quotidien. Mais restons pour l'instant dans l'olympisme, vu que Rio n'est pas encore un souvenir.

Vous n'êtes pas convaincus? Vous vous dites que la plus grande joie des médaillés de bronze par rapport aux médaillés d'argent ne vaut que pour les sports d'équipe, et que c'est moins vrai pour les disciplines individuelles? Et que, de toute façon, à la cérémonie des médailles, le chagrin des seconds doit se dissiper?

Karen Paquin de Québec se jette dans les... (AFP, Philippe Lopez) - image 4.0

Agrandir

Karen Paquin de Québec se jette dans les bras de Kelly Russell après la conquête de la médaille de bronze par l'équipe canadienne de rugby.

AFP, Philippe Lopez

Entre extase et agonie

Des chercheurs ont vérifié. Les psychologues Victoria Husted Medvec, Scott Madey et Thomas Gilovich voulaient tester les effets de la pensée contre-factuelle, et ils ont analysé les réactions affectives à l'argent et au bronze d'une quarantaine d'athlètes aux Jeux olympiques de Barcelone. 

Pour éviter que leurs résultats soient biaisés par le choc de la défaite comme dans les sports d'équipe, ils se sont concentrés sur les épreuves où les athlètes finissaient simplement premier, deuxième ou troisième selon leur performance, comme en natation, en gymnastique ou en athlétisme.

À partir des images tournées par NBC, les chercheurs ont demandé à des étudiants qui n'avaient pas suivi les Jeux d'observer la réaction faciale des athlètes et de leur donner une note sur une échelle de 10, allant de 1 pour «agonie» à 10 pour «extase». 

Tout de suite après l'annonce des résultats, les médaillés d'argent obtenaient un score moyen de 4,8 et les médaillés de bronze de 7,1. À la cérémonie des médailles, le bronze illuminait encore davantage les visages olympiques, avec une moyenne de 5,7 par rapport à 4,4 pour les médaillés d'argent.

Avant les Jeux de Rio, le judoka de Québec Antoine Valois-Fortier confiait à mon collègue Jean-Nicolas Patoine qu'il visait l'or... ou le bronze (il a finalement terminé septième, éliminé par le champion du monde).

«Les journées où j'ai fini avec le meilleur goût en bouche, ce sont mes journées en bronze ou en or, expliquait-il. L'argent, je trouve que ça finit un peu sec. J'aurais plus l'impression de perdre ma médaille d'or que de gagner l'argent.»

Bien sûr, il y a un paquet d'autres situations dans la vie, qui n'ont rien à voir avec le sport olympique, où ceux qui s'en tirent mieux ont le moral dans les talons. 

Medvec et ses collègues donnent l'exemple d'un étudiant qui a raté le A - d'un point et obtient un B + ; il peut facilement se sentir moins satisfait qu'un autre qui a décroché un B bien ancré. Quelqu'un qui a manqué d'un chiffre le gros lot à la loterie peut être en maudit même s'il a gagné un menu pactole avec les autres chiffres.

Bref, lorsqu'une meilleure alternative nous vient à l'esprit et qu'on se dit «il me manquait juste ça» ou «j'avais juste à faire ça» pour l'obtenir, on risque plus de se sentir comme une merde que comme un privilégié. Même si tout le monde autour nous admire ou nous envie.

La sagesse, paraît-il, est de savoir se réjouir de ce que l'on a. Mais notre tête a cette fâcheuse manie d'imaginer ce qu'on pourrait obtenir de plus.

Certaines personnes qui méditent apprennent à laisser passer ce genre de pensées rabat-joie, un peu comme un nuage qui cache le soleil.

Je ne suis pas encore devenu très bon dans ce tour de passe-passe météo après une vingtaine de séances de méditation éparpillées (je vous en reparlerai). Peut-être que je devrais essayer le haka?

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer