Le ministère de quoi, déjà?

Le ridicule ne tuant pas, les Villes doivent... (123RF/capricornis)

Agrandir

Le ridicule ne tuant pas, les Villes doivent demander une dérogation au ministère pour mieux protéger leurs prises d'eau.

123RF/capricornis

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / C'est fou de même, mais j'ai toujours pensé que le ministère de l'Environnement était là pour protéger l'environnement.

Eh ben non.

Il protège les règlements qui mettent des limites à la protection de l'environnement.

Depuis deux ans, plus de 200 municipalités réclament une meilleure protection des prises d'eau advenant qu'une compagnie vienne installer un puits gazier ou pétrolier sur leur territoire. La limite actuelle déterminée par le ministère est de 500 mètres. En se basant sur des études scientifiques, les Villes demandent que ce soit deux kilomètres.

Cette semaine, les Villes ont essuyé un autre refus.

Sur son site Internet, le ministère de l'Environnement explique qu'il voit au «contrôle de l'application des lois et des règlements en matière de protection de l'environnement, notamment par l'analyse des demandes d'autorisation et de permis, par des inspections, des enquêtes et la prise de recours administratifs».

Pour protéger moins.

Ou plus.

Le ridicule ne tuant pas, les Villes doivent donc demander une dérogation au ministère pour mieux protéger leurs prises d'eau. 

Pour justifier son refus, le ministère a envoyé une lettre à chacune des municipalités en exigeant que chacune d'elle produise une analyse scientifique, sans quoi la demande ne sera même pas étudiée. Qu'un collectif de scientifiques ait produit une étude suggérant d'adopter la norme du deux kilomètres n'y change rien.

Les conclusions publiées dans Le Devoir, sont sans équivoque. Le Québec «se comporte comme un État pétrolier, à l'instar des États américains producteurs d'hydrocarbures, alors que la démonstration du potentiel québécois en matière d'hydrocarbures est faible, lacunaire sinon inexistante, au-delà des pronostics exagérés et intéressés des promoteurs et de leurs lobbyistes».

Devant la pression du développement, il faut un contrepoids. Le ministre de l'Environnement doit pouvoir contrôler l'appétit des compagnies qui veulent exploiter les ressources naturelles. Si David Heurtel ne le fait pas, qui le fera au Conseil des ministres?

Personne.

Regardez ce qui se passe à Ristigouche-Sud-Est, petite communauté gaspésienne de 157 âmes qui a décidé d'établir le périmètre de protection à deux kilomètres. Résultat, le village est poursuivi par Gastem, pour l'indécente somme de 1,5 million, c'est plus de 10 fois ses revenus de taxation.

La ville pourrait faire faillite.

Le procès s'est ouvert cette semaine. La compagnie a commencé par réduire le montant réclamé, elle y avait inclus 358 000 $ pour des travaux d'analyse du sol qui n'ont jamais été effectués. 

Ça prend du front, quand même.

Le gouvernement libéral a accordé un permis à Gastem en 2013, qui prévoyait forer aussi près que 250 mètres de l'eau. C'est la moitié de la norme que le ministère de l'Environnement a imposée l'année suivante, celle-là même que contestent les municipalités depuis le début. 

Elles veulent pouvoir déterminer la limite. Ou au moins être consultées avant qu'un permis ne soit émis.

Ce serait la moindre des choses.

Le ministre de l'Environnement devrait être leur allié, au moins ne pas être celui qui s'oppose à leur demande. On s'étonnerait moins d'entendre le ministre du Développement économique plaider pour le statu quo

Si le gouvernement de Philippe Couillard veut être aussi vert qu'il le prétend, il doit agrandir la limite, ne serait-ce qu'en vertu du principe de précaution. Ce serait alors aux compagnies demander une dérogation faire un puits à moins de deux kilomètres d'une source d'eau.

Il faut, avant toute chose, renverser le fardeau de la preuve..




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer