Après la guerre, 10 grammes de pot par jour

Pour l'année 2015-2016, au moins 1762 vétérans avaient une prescription... (Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche)

Agrandir

Pour l'année 2015-2016, au moins 1762 vétérans avaient une prescription de marijuana, essentiellement pour atténuer des symptômes liés au trouble de stress post-traumatique. Du lot, 695 en recevaient 10 grammes par jour.

Photothèque Le Soleil, Patrice Laroche

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

CHRONIQUE / Pour l'année 2015-2016, au moins 1762 vétérans avaient une prescription de marijuana, essentiellement pour atténuer des symptômes liés au trouble de stress post-traumatique. Du lot, 695 en recevaient 10 grammes par jour.

Certains davantage.

Dix grammes chaque jour, c'est la quantité maximale de marijuana remboursée par Anciens Combattants Canada. 

Dix grammes chaque jour, c'est beaucoup de pot.

En calculant qu'un joint moyen en contient entre 0,3 et 0,4 gramme, on obtient entre 20 et 30 joints. «On est dans une consommation extrême», m'explique le chercheur Claude Rouillard de l'Université Laval. «Avec cette quantité-là, la personne est constamment sous l'influence de la marijuana. [...] Elle s'expose à des effets indésirables importants, comme des crises de panique, de l'anxiété.»

Les mêmes symptômes qu'on cherche à traiter.

Selon des chiffres fournis par Anciens Combattants Canada, les vétérans se font rembourser en moyenne 170 grammes par mois, presque 6 grammes par jour. Six d'entre eux ont obtenu une dérogation pour une prescription quotidienne supérieure à 10 grammes, après analyse de leur dossier.

Le Vérificateur général du Canada a d'ailleurs tiré la sonnette d'alarme au printemps en s'inquiétant de l'explosion de la facture, qui est passée de 400 000 $ à 25 millions $ en trois ans. 

Le coût moyen remboursé est de 11,60 $ le gramme.

Mais il y a plus inquiétant encore, le «traitement» est loin de faire l'unanimité dans la communauté médicale. Marie-Eve Morin, médecin de famille oeuvrant en traitement des dépendances à la clinique Caméléon, une sommité dans son domaine, est plus que sceptique. «Mis à part quelques cas anecdotiques, il n'y a aucune étude sérieuse ni méta-analyse qui démontre que la marijuana est indiquée pour traiter le trouble de stress post-traumatique.»

Aucune. «Il y a seulement quelques indications qui sont mieux documentées : les nausées, la spasticité et les douleurs neuropathiques, qui sont causées entre autres par la sclérose en plaques et la fibromyalgie.»

Dans ses conférences, la Dre Morin suggère de fixer la dose quotidienne maximale à 3,5 grammes. «C'est, selon moi, une dose tout de même élevée. En haut de ça, c'est énorme. Et même si tu le prends en biscuits, à un gramme par biscuit, ça peut durer plus de quatre à six heures par biscuit. C'est une quantité qui est habituellement amplement suffisante.»

Dix grammes, c'est une dose de cheval. «Ce qu'on peut soupçonner, chez ceux qui consomment de telles doses pour le stress post-traumatique, c'est qu'ils cherchent une substance qui peut abasourdir, qui engourdit la souffrance. On pense qu'on est moins souffrant, mais on finit par ne plus être fonctionnel.»

Un des principaux problèmes avec la marijuana, c'est que chaque personne réagit différemment selon la variété et la concentration en THC, la composante euphorisante, qui peut atteindre des proportions ahurissantes. «Dans les années 75, on parlait de concentration oscillant entre 0,5 et 2 %, indique M. Rouillard. Dans la rue, aujourd'hui, ça tourne autour de 10,12 %. Et, chez les producteurs accrédités par le gouvernement canadien, ça peut dépasser 28 %!»

Je suis allée «magasiner» en ligne sur les sites des 35 compagnies qui fournissent la mari­juana médicale, les produits offerts y sont tous détaillés, avec des indications sur les concentrations en THC et en CBD, une composante qui aurait davantage de vertus thérapeutiques que le THC pour traiter l'anxiété et les douleurs chroniques. Les produits à haute teneur en THC sont plus nombreux.

Lemon Skunk : 24,4 % de THC, moins de 0,07 % en CBD.

Girl Scout Cookies : 25,9 % en THC, moins de 0,05 % en CBD.

Sur buymyweedonline.ca, on donne une description de chaque variété, je vous traduis les vertus supposées du Presidential, 23 % de THC, 0,3 % en CBD. «Le taux de THC est très élevé, ce qui en fait un bon choix médical pour les patients qui souffrent d'anxiété, d'humeur dépressive, de trouble de l'attention, de migraine et d'insomnie. Le produit donne très faim, il est donc idéal pour traiter le manque d'appétit. Les effets du produit sont à la fois calmants et endormants, mais aussi réjouissants et euphorisants.»

Il est en solde, entre 7 $ et 9 $ le gramme.

Certaines compagnies offrent des rabais sur certaines variétés, ou bien un gramme gratuit pour des commandes de 99 $ et plus.

Des compagnies ont flairé le filon des vétérans, c'est le cas de ABcann, le premier producteur à avoir obtenu son permis du gouvernement canadien, en mars 2014. «Nous voulons exprimer notre reconnaissance envers les vétérans. Notre programme d'assistance pour les vétérans vous permet d'obtenir votre produit rapidement et facilement. Notre équipe s'occupe d'obtenir le remboursement d'Anciens Combattants Canada, parce que nous comprenons l'importance pour vous d'obtenir votre médication le plus rapidement possible pour conserver l'équilibre.»

D'autres intermédiaires facilitent l'obtention de la prescription.

Chez Medical Marijuana Services, qui «met en contact les patients avec des médecins compatissants», on indique que 95 % des dossiers sont traités en trois jours. Les vétérans ont droit à un «vaporisateur» gratuit.

Dans un communiqué de presse publié en 2014 par WeedMD, qui a obtenu son permis en avril dernier, la compagnie fait d'alléchantes projections sur le lucratif marché de la marijuana thérapeutique. Annonçant des investissements de 3 millions $ pour convertir une usine d'Imperial Tobacco en Ontario, elle prévoit produire la quantité prévue par son permis de Santé Canada : 2500 kilos par année.

Ce sont 2 500 000 grammes, pour cette seule compagnie.

«Santé Canada estime que l'industrie de la marijuana légale pourrait générer des revenus de 1,3 milliard $ d'ici 2024.» C'était en 2014. Au rythme où grimpent le nombre de prescriptions et les quantités prescrites, ce montant pourrait être atteint, voire dépassé, bien avant.

Un autre problème, c'est que le cannabis n'est pas un «médicament» comme les autres, étant donné que la dose est difficilement quantifiable. «Il n'y a pas d'étude sérieuse où on a pu mesurer l'effet réel en comparant avec un placébo, seulement des faits qui sont rapportés, insiste M. Rouillard. Quand on fume la marijuana, l'absorption se fait de façon très erratique, on n'a pas de données qui soient fiables.»

Raison de plus pour y aller graduellement. La Dre Morin le recommande, comme pour n'importe quel autre traitement. «Prescrire 10 grammes en partant, ça n'a pas de bon sens, c'est contraire à la médecine. On ne commence jamais par la dose maximale, mais par une petite dose pour voir comment le patient réagit. Et on s'ajuste.»

Sans compter la tolérance qui augmente à force de consommer.

Mais le potentiel médical est bel et bien là, plaide M. Rouillard. «Il y a fort probablement un avenir thérapeutique pour le THC et pour les quelque 60 autres cannabinoïdes qu'il y a dans la marijuana. Pour arriver à ça, la science devra d'abord départager l'effet de chacun de ces cannabinoïdes.»

D'ailleurs, sur son site Web, Anciens Combattants Canada indique ne rembourser que le cannabis séché, excluant le cannabis frais et l'huile. L'explication laisse perplexe : «L'élargissement de la portée du financement ne sera considéré que si des avis d'experts et des données scientifiques confirment l'efficacité et l'innocuité de la marijuana utilisée à des fins médicales.»

La preuve reste à faire, donc.

La Dre Morin craint par ailleurs qu'une consommation excessive de marijuana vienne court-circuiter toute tentative de s'attaquer aux racines du trouble de stress post-traumatique. «Je serais bien curieuse de voir de quoi ils ont l'air, ceux qui consomment 10 grammes par jour. Ces vétérans-là, ils vont perdre leur motivation, ils n'auront plus d'intérêt à faire du sport ni à participer à une psychothérapie.»

Voilà qui risque de compliquer drôlement le travail des psychologues qui tentent de traiter les militaires.

Une personne bien au fait de la situation constate, sur le terrain, que «10 grammes par jour, c'est systématique. Je connais un vétéran qui voulait juste fumer un p'tit joint pour s'endormir le soir, il a eu une prescription de 10 grammes. Ceux qui ne prennent pas leurs 10 grammes, ils font quoi avec le reste?»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer