Le bon monde, suite et fin

En 2012, des chercheurs allemands se sont aperçus,... (123rf, yanlev)

Agrandir

En 2012, des chercheurs allemands se sont aperçus, en faisant une analyse avec des données sociologiques, que, à l'instar de la bêtise, l'honnêteté était également distribuée, sans égard au sexe, à la religion ou à la race.

123rf, yanlev

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Creusons un peu plus ces histoires de bon monde. Des cas isolés? Non.

La norme.

J'ai créé un monstre en vous racontant mercredi l'histoire de cet homme gentil qui m'a redonné les 60 $ que j'avais oubliés au guichet. Ma boîte de courriels est pleine à craquer, je pourrais vous raconter des anecdotes pendant des semaines.

Comme cet homme qui a trouvé le portefeuille d'un homonyme, même nom et tout, ils habitaient à quelques rues.

Ou cette femme qui a trouvé dans le milieu du chemin un portefeuille avec 1200 $ et une seule carte, une carte d'hôpital.

C'était une vieille dame, son argent pour tout le mois.

Un dernier exemple; j'arrête après celui-là, promis. Marina me raconte : «Il y a 39 ans, je vais présenter mon premier bébé à mes collègues de travail. Pour assoir l'enfant, je place ma bourse - qui m'embarrasse - sur le toit de l'auto. C'est en arrivant à destination que je réalise que je viens de perdre tous mes papiers d'identité.

«Trois jours plus tard, un homme me téléphone, je me rends à sa maison. Au premier coup d'oeil, je sais que c'est un milieu défavorisé. J'entre, il me remet ma bourse et me demande de vérifier. Tout y est : cartes et 60 $, je le remercie et lui offre l'argent.

«C'est à ce moment-là que j'ai eu une leçon de vie. Il m'a dit : "Écoute bien, ma petite fille..." J'avais 30 ans et lui la soixantaine avancée... "À mes débuts chez Alcan, j'avais mon chèque de paye signé dans ma poche et je l'ai perdu, on me l'a rapporté... Depuis, je refais ce geste chaque fois que je peux." Et depuis ce jour je le fais aussi, et j'ai transmis ça à mes trois fils. Je sais qu'on peut changer le monde un peu, une action à la fois.»

Bon, la norme maintenant.

Le collègue Normand Provencher a rappelé à ma mémoire un exercice fait en 2005 par les sept quotidiens qui appartenaient au groupe Gesca. L'idée était simple : «perdre» 20 portefeuilles dans chaque région et attendre. Quand il a reçu l'assignation, Normand se disait, dans le meilleur des mondes, qu'il en retrouverait la moitié.

Une semaine plus tard, 17 des 20 portefeuilles étaient revenus. Intacts, avec les 25 $ à l'intérieur.

Le test n'a rien de scientifique, mais les résultats concordent avec d'autres études plus poussées sur le sujet. Des chercheurs sérieux, entre autres en Allemagne et en Grande-Bretagne, se sont penchés sur cette épineuse question : l'humain est-il honnête?

Leur réponse : oui.

Les auteurs de l'étude allemande, réalisée en 2012, ont été les premiers surpris par leurs conclusions. «En contraste avec les prédictions, nous avons trouvé que les participants ont répondu honnêtement», ont-ils déclaré. Et, en faisant une analyse avec des données sociologiques, ils ont démontré que, à l'instar de la bêtise, l'honnêteté était également distribuée, sans égard au sexe, à la religion ou à la race.

L'humain serait donc naturellement porté à être honnête, contrairement à ce qu'on pourrait croire.

Contrairement à ce qu'on lit dans les journaux.

Contrairement à ce qu'on a entendu à la commission Charbonneau.

Je me suis demandé pourquoi notre perception était si erronée et une petite phrase m'est revenue en tête, d'une femme de 88 ans qui a consacré sa vie aux autres. Camille, dont je vous ai parlé ce printemps, avait compris ceci : «Le bien ne fait pas de bruit.»

Simplement.

Voyez ce que m'a écrit Florence; elle a fait le chemin de Compostelle, deux fois : «Dans la plupart des églises où nous pouvions dormir, il y avait un coffre ouvert débordant d'argent et cette note : "Donnez ce que vous pouvez et prenez ce dont vous avez besoin." Les coffres débordaient d'euros chaque fois. Bon, vous me direz, on était dans des églises, mais quand même.»

Ça se passe aussi à l'Île-du-Prince-Édouard. Bon, vous me direz, on est à l'Île-du-Prince-Édouard, mais quand même. Toujours est-il que, si vous regardez sur le côté de la route, vous verrez des étals avec des sacs de patates dessus. Et, juste à côté, une petite boîte. Vous prenez un sac de patates, vous mettez l'argent dans la boîte.

Ça marche.

Simplement.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer