Êtes-vous assurable?

Les compagnies d'assurances calculent le risque avant d'assurer... (123rf/ kurhan)

Agrandir

Les compagnies d'assurances calculent le risque avant d'assurer quelqu'un. Elles s'assurent avant de vous assurer.

123rf/ kurhan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / C'est bien connu, les compagnies d'assurances calculent le risque avant d'assurer quelqu'un. Elles s'assurent avant de vous assurer.

Ainsi, une maison dans un quartier où les maisons sont collées les unes aux autres coûtera plus cher à assurer, si tant est que la compagnie accepte de l'assurer.

Il y a des quotas par secteur.

Ainsi, un modèle de voiture impliqué plus souvent dans des accidents de la route aura une prime plus élevée.

La même logique s'applique quand les compagnies doivent assurer des personnes. Mathieu Gaudreault en a eu un bel exemple mercredi, quand sa conjointe a reçu une lettre de Desjardins Assurances. Elle a changé d'emploi au début de l'année, ce qui impliquait un nouveau régime collectif pour la famille.

Et beaucoup de formulaires à remplir, entre autres des questions sur les antécédents.

Desjardins a analysé tout ça, a calculé ses affaires. Et ça nous amène à la lettre reçue mercredi, quelque chose comme «nous sommes très honorés de vous compter parmi nos nouveaux clients, sauf votre fille de 16 ans».

Elle, on ne la couvre pas, rien.

Pas de lunettes, pas de soins dentaires, pas de médicaments. Pourquoi? Parce qu'elle a fait une tentative de suicide il y a un peu plus d'un an. Un événement personnel, ponctuel. Elle a été sauvée, traitée, suivie.

Elle va beaucoup mieux, elle a retrouvé le sourire.

Mathieu et sa femme n'en revenaient pas. Ils ont appelé chez Desjardins pour se faire expliquer par une dame que c'était la décision à prendre. «On ne peut pas vraiment l'assurer, vous comprenez, elle pourrait... bien, vous savez quoi...»

Vous comprenez? Non.

Mathieu a eu l'idée de partager son histoire sur Facebook, ses amis ont fait la même chose, l'histoire a fait boule de neige.

«[...] M. venait de se faire kicker out du système, car elle a eu le malheur de survivre au mal de sa génération.

Elle n'a pas besoin de lunette dans la vie. Et je gagne assez bien ma pitance pour lui payer le dentiste. Elle est en train de quitter sa médication une étape à la fois.

Mais cette réalité n'est pas la même pour toutes les familles d'un enfant survivant. Certains ne pourront pas changer les lunettes d'un enfant qui en a besoin [...]. Et un dentiste, c'est bon pour l'estime de soi, surtout quand tu n'en as pas....

[...] C'est pourquoi je te dis fuck you Desjardins Assurances.

Pas juste pour ma fille, mais pour tous les jeunes maganés que tu laisses tomber un peu plus.»

Le message a été partagé plus de 500 fois sur Facebook, il a reçu une quarantaine de commentaires, des «moi aussi» et des «d'autres compagnies d'assurances font la même chose». Le site Monde de stars a reproduit le texte de Mathieu, où il a été partagé 2749 fois. Des dizaines de commentaires aussi, entre autres cette femme qui dit avoir été refusée pour une assurance vie parce que son père s'est suicidé.

Des cas isolés pas si isolés que ça.

J'ai appelé Mathieu jeudi midi. «Ils ont appelé ma conjointe pour essayer de régler le problème de ma fille. Le problème, ça dépasse ma fille. C'est pour tous ceux qui n'ont pas de ressources et qui se font sortir du système.» J'ai appelé chez Desjardins, la fille des communications était déjà au fait du dossier. «On essaye d'entrer en contact avec la conjointe de M. Gaudreault, on est en train d'investiguer la chose.»

À 15h30, Mathieu m'a rappelée. Desjardins a «réglé» le problème de sa fille. «Ils nous ont dit que c'était une erreur, qu'on avait eu un mauvais formulaire...» La couverture est donc assurée, sans exception, à 100 % pour toute la famille. La conseillère aux communications m'est revenue là-dessus un peu après 17h, «la situation [...] n'est en fait qu'une erreur administrative».

Si Mathieu s'était contenté de la réponse de la première fille au téléphone, sa fille n'aurait pas été assurée. S'il n'avait pas fait sa montée de lait, Desjardins n'aurait pas «investigué» la situation. «Moi, je suis chanceux parce que j'ai un réseau. Mais qu'est-ce qui arrive à ceux qui n'en ont pas?»

Il n'arrive rien.

Desjardins a fait volte-face pour ne pas perdre la face.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer