Nous aussi, on est différents

Touchés par l'histoire de Thomas, des élèves d'une... (Photo 123RF/Diana Eller)

Agrandir

Touchés par l'histoire de Thomas, des élèves d'une école secondaire de Sherbrooke lui ont écrit des lettres.

Photo 123RF/Diana Eller

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Thomas*, je vous en ai parlé au moins trois fois déjà, a reçu des lettres, des lettres écrites par des élèves d'une école secondaire de Sherbrooke.

En gros, ça dit «nous aussi, on est différents».

Thomas, d'abord, c'est ce garçon dysphasique, avec un TDAH en prime, sa mère voulait parler des préjugés, tenaces, à l'endroit des «handicaps invisibles», de la difficulté d'avoir l'air «normal» quand on ne l'est pas. Normal, c'est évidemment une façon de parler, je ne connais personne qui soit vraiment normal.

L'histoire de Thomas avait touché un joueur du Canadien, Alexei Emelin lui avait envoyé une belle lettre pour lui dire que lui aussi, quand il est arrivé de Russie, il se sentait comme un extraterrestre. Emelin a invité Thomas et ses parents à un match du Canadien, le club a même gagné ce jour-là.

Thomas était heureux comme un pape, François plus que Benoit.

Et là, Thomas vient de recevoir des lettres de l'école de la Montée LeBer de Sherbrooke. Je les ai reçues en premier avec un message de l'enseignante, Amélie Lemieux, elle m'expliquait que ses élèves avaient eux aussi été touchés par l'histoire. Eux aussi, ils se sentent comme des extraterrestres, ils sont dans une classe où ils se sentent tous comme ça.

Ce sont des lettres pour Thomas, mais elles sont aussi pour tous les enfants qui se sentent comme lui, incompris. Je vous en partage des extraits, sans plus de cérémonie.

«Bonjour,

J'ai de la difficulté à travailler à l'école, j'ai parfois besoin d'aide pour comprendre des choses.

J'étais parfois chialeux quand j'étais petit, mais depuis que j'ai grandi, je suis plus calme.

Tu dois prendre de la maturité et apprends à être sage et gentil avec tout le monde. Sois calme et concentre-toi à l'école.

Donc, je te souhaite une bonne journée spécialement pour toi et aussi à tes camarades de classe.

Ton histoire m'a tellement touché, que j'ai cru que j'allais couler une larme pour pleurer, car c'est une histoire touchante pour un enfant dysphasique.

N'oublie pas ce que je t'ai dit pour t'aider, car rien n'est impossible.

Encore bonne journée à toi Thomas.

Steven»

«Quand je suis rentré au secondaire, je n'étais pas capable de lire, je ne comprenais rien et après j'ai eu de l'aide de ma prof. Elle m'avait trouvé un ordinateur pour que je sois comme les autres et ça m'avait un peu aidé. Après, j'ai eu une éducatrice spécialisée et elle m'avait aidé à lire. J'allais toujours dans son bureau pour pratiquer ma lecture et l'année d'après, j'étais capable de lire grâce à ma prof et à mon éducatrice spécialisée. J'ai dit à ma prof que j'avais plus besoin d'un ordinateur parce que j'étais capable de lire. J'ai eu beaucoup de courage parce qu'au début je disais que je n'étais pas bon et que ce n'était pas vrai que j'allais réussir.

Toi il faut que tu te dises bravo je suis bon et j'en suis sûr que toi aussi tu vas réussir même si tu as de la misère.

Toi et ta classe, vous êtes une équipe pour vrai, il faut donner du temps aux autres pour que tu puisses réussir. Je crois en toi. Je te souhaite bonne chance, il faut que tu sois patient!

À bientôt et j'espère que tu vas réussir, il faut juste que tu croies en toi Thomas.

Anonyme»

***

«Bonjour,

Je voudrais te parler de ma dysphasie et de mes difficultés que j'ai eues quand j'étais jeune.

Un de mes problèmes, c'est le français parce que je ne parlais pas comme un élève du régulier et je me faisais écoeurer par les autres. J'ai eu de l'aide et je me suis amélioré avec le temps et ça a passé.

Je te donne un conseil, utilise toute l'aide et les outils que les profs vont te donner et prends bien soin de tes amis et eux ils vont te protéger.

Ne lâche pas l'école, car ça va faire des répercussions sur ta vie. Il faut persévérer même si tu as une dysphasie. Dis-toi que tu vas réussir et avoir des bonnes notes.

J'ai perdu ma mère [...] et je n'ai pas lâché l'école. Si moi je suis capable, toi aussi. Je te souhaite bonne chance et bon courage l'ami.

Jimmy»

***

«Bonjour!

Le français et l'écriture c'est difficile pour moi. Je n'ai pas beaucoup de mémoire pour me rappeler de la grammaire.

J'utilise maintenant le Post-it. Quand j'ai des choses à me rappeler ou des trucs en français à retenir (ex : où-ou et à-a), j'écris sur un Post-it comme aide-mémoire. Quand j'étais en 3e année au secondaire, j'utilisais des cartables d'aide-mémoire et ça prenait beaucoup de place. Maintenant, j'utilise des Post-it et ça prend moins de place et je trouve que c'est plus utile.

Je te souhaite de réussir et de continuer tes gros efforts, parce que je sais que c'est difficile de continuer quand personne ne nous comprend.

Soit persévérant et endurant.

Alex»

***

C'est beau, non? J'avais le goût de partager ça, tout simplement. Trop beau pour garder ça pour moi.

*Prénom fictif

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer