Perdre

La défaite fait partie de l'apprentissage de la... (Le Soleil, Mylène Moisan)

Agrandir

La défaite fait partie de l'apprentissage de la vie et sert de leçon et de tremplin pour travailler plus fort et avancer.

Le Soleil, Mylène Moisan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Mon grand a appris une leçon importante il y a deux semaines.

Il a appris à perdre.

On veut toujours que nos enfants soient les meilleurs, qu'ils gagnent, qu'ils ne perdent pas «trop» au moins. L'échec est un mot mal-aimé qui finit sec, qui est sans appel, on l'a presque évacué.

Comme la mort.

Mes deux garçons font du karaté depuis deux ans, ils ont voulu s'inscrire à un premier tournoi, pas n'importe lequel, le Québec Open, un championnat international qui se tient chaque année à l'Université Laval.

Les meilleurs y sont.

Au studio d'autodéfense qu'il fréquente, mon grand ne donne pas sa place, il est dans les bons, les très bons même. Il a l'attitude, le sérieux, la précision du geste. Une entraîneure nous a suggéré de l'inscrire à un tournoi pour qu'il se mesure à d'autres. Elle lui a dit : «Tu vas devoir te pratiquer.»

Mon grand s'est pratiqué, un peu, il était sûr de gagner le trophée ou, au gros pire, une médaille.

Mon petit, pas du tout, convaincu qu'il n'avait aucune chance.

Les «cinq ans et moins» ont d'abord été appelés, mon petit était du tout premier combat. Son entraîneure lui a mis les protections, il avait l'air du bonhomme Michelin. Il a laissé l'adversaire s'avancer vers lui, et lui décocher un coup de poing au passage. L'adversaire a marqué un, deux, puis trois points. 

Et là, mon petit a fait un pas de côté, il a repris ses esprits, a enfilé les coups de poing et les coups de pied. Il a gagné, il était le premier surpris. 

Il a remis ça pour un deuxième combat, qu'il a gagné aussi. 

Il s'est rendu en finale contre le plus grand du groupe, presque une tête de plus que lui, personne n'aurait parié dessus, même pas son père et moi. Eh bien, le petit «snoreau» a gagné. Il est allé chercher son trophée, avec son nom gravé dessus.

Il n'avait jamais été aussi fier de lui.

Puis est venu le tour de mon grand. Ils étaient une vingtaine de gars dans la catégorie des six à huit ans, avec des ceintures mauves, vertes et bleues. Mon grand a été appelé pour le premier combat, l'heure de vérité. L'issue d'un duel est sans équivoque, on gagne ou on perd.

Il a perdu. 

Il n'a jamais pu marquer un point, son adversaire était plus vieux, plus vif, plus fort. Il n'est jamais parvenu à prendre le dessus, il a été éliminé, sans plus de cérémonie, au premier tour.

Il s'est effondré.

De tous les scénarios que son père et moi avions imaginés, celui-là était le pire. Pour la première fois de sa vie, notre grand vivait un échec, un vrai. Il ne pouvait pas mettre la faute sur personne. 

On l'a réconforté du mieux qu'on a pu. Il y avait un contexte, des circonstances atténuantes, les gars de sa catégorie étaient plus entraînés, plus rompus au combat. Ils avaient des ceintures bleues et vertes, mon gars est à la mauve. Mais, il aurait été capable de gagner s'il s'était exercé. 

Il le réalisait.

Il réalisait qu'il faut faire des efforts dans la vie. En larmes dans nos bras, il a voulu abandonner le karaté, à quoi bon.

 - Je suis nul. 

- Ce n'est pas parce que tu as perdu que tu es nul.

- Oui.

- Ton adversaire a déjà perdu avant de gagner.

On a tout sorti les arguments qu'on a pu, on lui a dit que, s'il abandonnait, il resterait sur une défaite. Pour gagner, il lui fallait continuer, il lui fallait travailler plus fort, se concentrer davantage. Il est toujours plus facile de battre en retraite que de persévérer, de baisser les bras que de se retrousser les manches.

Il a choisi de continuer, de s'inscrire au prochain tournoi, il a relevé la tête. À la fin de la journée, sur le sofa, son père est revenu sur cette dure leçon de vie, sur ce qu'il avait appris et compris. Mon grand a imaginé un combat revanche, avec le même adversaire. «Je vais lui montrer que je me suis pratiqué. Et je vais lui dire merci.»

Il a tout compris.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer