Il y a du neuf?

Mario Bergeron voulait perpétuer la mémoire de son... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Mario Bergeron voulait perpétuer la mémoire de son bébé Ulysse, décédé après 21 heures et demie de vie, en publiant un livre pour enfants financé à partir de la plateforme Kickstarter. Les gens ont été si généreux que Mario prépare une suite à son Ulysse et Pénélope au zoo.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Ça fait un bail que je ne vous ai pas raconté la suite de mes histoires, les échos qu'elles ont eus, parfois. Alors voici.

La colère de Michel

Je vous ai parlé de Michel Cotnoir à la mi-janvier, je l'avais nommé Bruno parce qu'il voulait mettre les chances de son côté. Ça faisait 14 mois qu'il s'empêtrait dans la bureaucratie fédérale pour permettre à son garçon de quatre ans, Canadien de naissance, de venir le rejoindre, avec la mère.

Les deux étaient pris à Madagascar en attendant le visa. Ils y sont encore. Ce qui devait n'être qu'une simple formalité est devenu une interminable saga qui a coûté cher à Michel, mais qui, surtout, l'empêche de voir son p'tit gars. Le plus ridicule, c'est que la mère du garçon et sa demi-soeur ont, elles, reçu leur visa.

En fait, tout le monde peut venir au Canada, sauf l'enfant. «Évidemment, la mère doit rester là-bas pour s'occuper de notre fils.» Et Michel, lui, s'occupe de sa belle-fille, arrivée en janvier, en attendant que sa mère vienne la rejoindre. Les autorités ont d'ailleurs saisi son passeport à l'arrivée, puisque c'est sa mère qui devait signer les papiers.

Début avril, après avoir fait trois demandes, parce que son dossier a été perdu deux fois, on lui a proposé d'octroyer au garçon un «visa de facilitation» qui est, selon ce que Michel a compris, une façon officieuse de faire débloquer un dossier qui s'enlise dans les dédales de l'administration.

Il a payé tous les frais requis, dont un tarif de 31,06 $, «qui me coûte 40 $ en frais pour le payer!»

Le visa de facilitation s'est aussi enlisé. «On m'avait dit que le visa était prêt, je n'avais qu'à virer le montant nécessaire à la compagnie [VFS Global] et que tout serait réglé.» Le passeport a été retourné, pour une raison qu'il ignore, à l'ambassade. Vendredi, Michel a été avisé qu'«une enveloppe s'en vient...»

Quand il a su ça, il est allé acheter des LEGO.

Michel attend quand même de voir ce qu'il y a à l'intérieur avant de crier victoire. «La dernière fois qu'on m'a dit ça, ils avaient oublié de mettre les passeports dedans!» Si le visa est à l'intérieur, Michel achètera les billets d'avion pour faire venir au Canada sa femme et son fils. «Je vais le croire quand j'aurai mon fils dans les bras et que je serai sorti de l'aéroport!»

Et là, Michel devra s'attaquer à un autre dossier. «Même s'il a le même nom que moi, mon fils n'est pas encore reconnu comme citoyen canadien...»

La deuxième vie d'Ulysse, tome 2

Mario Bergeron a connu une des pires douleurs qui soient, son bébé naissant est décédé peu après sa naissance, après exactement 21 heures et demie de vie. Il s'appelait Ulysse, son odyssée aurait pu s'arrêter là, le 25 avril 2010. Mario voulait perpétuer sa mémoire, il a eu l'idée de faire un livre pour enfants.

Je vous ai raconté ça début avril. Il s'était tourné vers Kickstarter pour financer l'impression de son premier tome, Ulysse et Pénélope au zoo, avait un peu dépassé son objectif de 5269 $. Il restait encore deux semaines à la campagne de financement. Eh bien, vous avez été si nombreux à aller lui donner des sous que Mario a récolté deux fois plus d'argent. Résultat? Le deuxième tome, Ulysse et Pénélope au Pôle Nord, est déjà sur la planche à dessin, Mario le publiera dès qu'il sera terminé. 

Mais il y a plus encore, mieux que de l'argent. Depuis qu'il a raconté son histoire, Mario a reçu des dizaines de témoignages de parents qui ont eux aussi perdu un enfant, mais surtout des pères, on parle trop rarement de la douleur de ces pères. Mario a retrouvé quelques-unes des rares personnes qui ont connu Ulysse, l'inhalothérapeute et aussi, le médecin qui a tout tenté pour sauver son fils, il y a cinq ans. 

Il a écrit un message à Mario et à son amoureuse, il n'a pas oublié Ulysse. «Je me rappelle fort bien de vous deux, d'Ulysse et de son court et courageux parcours. Sa photo de lui dans vos bras [que vous m'aviez envoyée] m'accompagne tous les jours, car je l'ai affichée dans mon bureau.»

D'autres «suites» vendredi...

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer