La deuxième vie d'Ulysse

Mario Bergeron a décidé de faire revivre son... (La Presse, André Pichette)

Agrandir

Mario Bergeron a décidé de faire revivre son garçon dans une histoire pour enfants en créant un personnage de petit garçon, Ulysse, accompagné de sa vieille chatte Pénélope, morte de vieillesse à 22 ans.

La Presse, André Pichette

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / - Mario, dessines-tu encore?
- Non.

Mario Bergeron était aux retrouvailles de son école secondaire, il n'avait pas croisé cet ami-là depuis des lunes. L'ami se souvenait très bien des dessins de Mario. Mario avait presque oublié. «Ça m'a frappé comme un deux par quatre avec des clous de trois pouces! J'avais arrêté de dessiner...»

Il était un homme sérieux, maintenant.

Il s'est aussitôt remis au dessin, il savait exactement pourquoi. Il avait une plaie béante à panser, la mort de son petit Ulysse, décédé le 25 avril 2010, 21 heures et demie après l'accouchement. «On avait su à l'échographie de 16 semaines qu'il avait une hernie du diaphragme droit, qu'il avait entre 50 % et 70 % de chances d'avoir une qualité de vie.»

Lui et sa blonde ont choisi le verre à moitié plein. Ils ont mené la grossesse à terme, sachant que le bébé allait naître en détresse respiratoire, qu'il allait devoir être aussitôt intubé et opéré. Une opération risquée, mais possible. «Pour l'opération, il fallait attendre qu'il quitte l'état de détresse respiratoire.»

Ce n'est pas arrivé.

«Après 20 heures, il a fallu prendre la décision de le débrancher. Il aura vécu, en tout, 21 heures et demie. Ç'a été une décision vraiment difficile, mais nous n'avons pas eu de sentiment de culpabilité. Nous avons mené la grossesse à terme, on lui a donné sa chance, il est parti.»

Pas tout à fait. «Je cherchais une façon d'honorer sa mémoire, je jonglais avec l'idée de créer un fond, une fondation. Je ne savais pas trop quoi faire. On dit que tant qu'on pense à quelqu'un, il reste vivant. Je cherchais comment faire pour qu'Ulysse continue à vivre, d'une autre façon.»

- Mario, dessines-tu encore?

- Non.

Le vieux chum venait de donner sa réponse à Mario. «Je me suis remis au dessin sur le iPad de ma conjointe, je me suis dit que j'allais faire revivre mon garçon dans une histoire pour enfants. J'ai créé un personnage, Ulysse», avec leur vieille chatte Pénélope, morte de vieillesse à 22 ans.

Il voulait faire un livre, mais il n'avait pas le temps. C'est ce qu'il pensait. «Un jour, je discutais avec une collègue, je lui ai dit : "Si jamais je gagne le million, je vais arrêter de travailler et écrire un livre pour enfant." Elle m'a répondu : "t'as pas besoin de gagner le million, si tu veux vraiment le faire, tu peux."»

Il l'a prise au mot. «J'ai décidé de trouver du temps. Je l'ai fait les midis, je ne mangeais plus avec mes collègues de bureau, j'allais dessiner. Je leur en ai parlé, bien sûr, pour qu'ils comprennent que je ne les boudais pas... Je l'ai fait les soirs aussi. Je me suis rendu compte qu'un projet, ça pouvait se faire par petits bouts.»

Quand il a eu fini, il a lu son livre à ses deux filles, Juliette, née le 24 avril 2007, trois ans jour pour jour avant Ulysse, et Rose, 13 mois après.

Ce n'est pas l'histoire de leur frère, c'est une histoire avec leur frère. C'est l'histoire d'Ulysse et Pénélope au zoo, un livre plein de couleurs. «Ça m'a fait du bien de faire ça, d'arriver à transformer le négatif en positif. J'ai commencé l'écriture d'un deuxième livre, j'ai l'histoire du troisième et une idée pour le quatrième...»

Il a cherché un éditeur pour son premier tome, n'en a pas trouvé, il a décidé de se publier lui-même avec Kickstarter, une plateforme de sociofinancement. Il avait besoin de 5269 $, au dollar près. Il avait réussi à trouver le temps de faire son livre, il allait trouver l'argent pour l'imprimer.

Mais sur Kickstarter, Mario a réalisé que l'argent, c'est du temps.

«Je n'avais pas un gros réseau social en partant. J'ai fait une liste de tous les gens que j'avais connus et je les ai sollicités. Je mettais quatre à six heures par jour, j'étais comme un politicien, j'en parlais à tout le monde, sur la rue, à l'aréna, au club de patin de mes filles. J'en parlais tout le temps.»

À chaque fois, il racontait l'histoire d'Ulysse, le vrai, mort dans ses bras après 21 heures et demie de vie.

La demie est importante.

Mario a atteint - et un peu dépassé - son objectif de financement, grâce à 149 contributeurs. Il reste deux semaines à sa campagne. «Ulysse a vécu pendant 21 heures et demie, il a souffert pendant 21 heures et demie. Ce que je trouve beau, c'est qu'il y a 149 personnes qui ne l'ont jamais connu et qui ont été touchées par son histoire.»

L'histoire d'Ulysse, c'est aussi l'histoire de Mario, d'un père qui a fait à sa façon le deuil de son fils. Tous les pères qui perdent un enfant doivent passer par là même si, spontanément, on pense à la douleur de la mère. «La mère le porte, c'est physique. Quand on a consulté, après la mort d'Ulysse, je laissais ma conjointe parler...»

Il n'en souffrait pas moins.

Ulysse aurait fêté ses six ans le 24 avril. «Quand je vois des ti-gars de l'âge qu'il aurait, ça m'arrive, des bouffées d'émotions, de réaliser que je ne vivrai jamais ça, de jouer à des jeux de gars. Je dois vivre avec ma cicatrice.»

Il y a eu un silence. «Je suis le père d'un ange.»

Info: ulysseetpenelope.com

Partager

À lire aussi

  • Mylène Moisan | <i>Il y a du neuf?</i>

    Mylène Moisan

    Il y a du neuf?

    CHRONIQUE / Ça fait un bail que je ne vous ai pas raconté la suite de mes histoires, les échos qu'elles ont eus, parfois. Alors voici. »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer