Papa n'a pas raison

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Du jour au lendemain, le grand garçon d'Amélie (nom fictif) a arrêté de lui adresser la parole, il ne voulait plus rien savoir d'elle ni la voir en peinture.

Depuis le 11 juin.

La fin de non-recevoir a été décrétée, et ce n'est pas un hasard, après qu'une équipe d'experts neutres eut recommandé au tribunal - en Suisse - qu'il valait mieux pour lui qu'il déménage au Canada avec sa mère et son petit frère. Le rapport, fait à partir de plusieurs entretiens tant du côté du père que de la mère, décrit le père comme violent et colérique.

Et comme un être narcissique.

Le père n'a évidemment pas apprécié les conclusions du rapport, il a expliqué à son aîné que sa mère était la méchante qui a brisé la famille.

Son fils le croit dur comme fer.

Je vous ai déjà parlé de Tom (nom fictif) et d'Amélie deux fois déjà, ils sont tombés amoureux à Montréal quand ils avaient 20 ans, ont déménagé en Suisse pour travailler en 2004, en se disant qu'ils reviendraient vivre au Canada un moment donné. Il y a deux ans, Tom s'est fait une maîtresse, la maîtresse a pris la place d'Amélie dans la maison.

Amélie a décidé de revenir à Montréal. 

Amélie est revenue s'installer en août, a fait un aller-retour en Suisse en octobre. Le tribunal venait de rendre sa décision : contre toute attente, le petit, sept  ans, allait déménager avec sa mère au Canada, le plus grand, 11 ans, allait rester avec son père, qui habite maintenant en France. Le tribunal a séparé les frères, a mis un océan entre eux.

Le petit a retrouvé ses cousins, ses cousines, ses oncles, tantes et grands-parents qu'il voyait chaque année pendant les vacances.

Le grand est resté avec son père.

Le tribunal a fait fi des recommandations des experts qu'il avait mandatés. Il s'est rendu aux arguments de l'avocate des enfants, mandatée par le tribunal, qui plaidait que l'aîné était particulièrement mature pour son âge et qu'il voulait rester avec son père. En Suisse, l'âge du consentement éclairé est de 12 ans. 

Depuis, l'avocate s'est désistée, elle a joint le cabinet d'avocats embauché par le père, qui multiplie les recours pour «obtenir» le petit.

Tom n'a pas voulu me donner sa version de l'histoire.

Dans un courriel envoyé au juge, le pédopsychiatre en charge de l'équipe est catégorique. «D'une perspective médicale, la santé psychique [du cadet] est en danger, s'il devait se rendre chez son père maintenant. À mon avis, des conséquences importantes pourraient en découler à cette étape.»

Ça vaut aussi pour le grand.

Les deux frères se sont parlé deux fois pendant les Fêtes, un pédopsychiatre a recommandé que les parents écoutent l'échange. Amélie a senti «un malaise» dans la voix de son grand, que «quelque chose l'affectait parce que lorsqu'il entrait dans le sujet et devenait le moindrement enjoué, on avait l'impression qu'il se reprenait et redevenait à nouveau plus sérieux». Aucun autre contact n'est prévu.

«Le pire, c'est que pendant ce temps, aucune démarche n'est entreprise pour que mon autre fils soit "déprogrammé" des manipulations de son père, auxquelles les interventions de l'avocate ont laissé place en toute impunité, avec le soutien financier de l'État et le laxisme du tribunal.»

Il y a deux mots pour ça : aliénation et parentale. C'est quand un parent monte son enfant contre l'autre parent et quand l'enfant est à ce point manipulé qu'il finit par croire que c'est la vérité.

Ça se passe en Suisse, ça pourrait tout aussi bien se passer ici. 

À distance, Amélie tente de récupérer son autre fils, les délais s'allongent, et elle est fauchée. Étant donné que Tom avait déménagé en France, Amélie a demandé à rapatrier les procédures au Québec, ce à quoi s'oppose son ex. «Les procédures s'éternisent, il cherche toujours à gagner du temps. Si ça devait se rendre au tribunal fédéral [l'équivalent de la Cour suprême], ça pourrait prendre deux ans.»

La seule différence avec un roman de Kafka, c'est que ce n'est pas un roman.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer