LES PORTEURS D'ESPOIR - 3e de 4

Des rescapés à Manawan

Depuis 18 ans, le policier Donald Flamand vient... (collaboration spéciale, Mylène Moisan)

Agrandir

Depuis 18 ans, le policier Donald Flamand vient en aide aux Atikamekws dans le besoin de la communauté de Manawan afin de les mener à de meilleurs lendemains.

collaboration spéciale, Mylène Moisan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Manawan) CHRONIQUE / Je suis allée faire un tour dans la communauté atikamekw de Manawan, à 81 kilomètres de chemin de terre au nord de Saint-Michel-des-Saints. Un hameau de 2400 âmes et de 320 maisons, où la moyenne d'âge ne dépasse pas 30 ans. Un village laissé à lui-même, mais porté par l'espoir de meilleurs lendemains.

Quand l'appel est entré au poste de police, il était question d'un jeune de 16 ans en crise, qui venait de tout saccager chez lui. Il avait renversé et cassé la télé, fracassé la grande fenêtre du salon, arraché la porte.

Entre autres.

Donald Flamand, policier à Manawan depuis 18 ans, est arrivé sur les lieux, a arrêté le jeune et l'a emmené au poste pour l'interroger. Le jeune n'était pas très loquace. «Je voulais connaître ses raisons, pourquoi il avait fait ça. Il m'a parlé de l'ambiance de la maison, de ses parents, qui buvaient et qui consommaient.»

Mais il y avait plus. «À force de lui parler, il a fini par se confier à moi. Le jeune voyait que ses amis réussissaient mieux que lui à l'école, il voulait avoir de meilleures notes lui aussi. Il voulait que ses parents l'aident, mais ils ne l'aidaient pas. Il se sentait abandonné, rejeté. Il voulait du soutien.»

Il s'est dit qu'en cassant tout, ses parents allumeraient.

Donald s'est souvenu d'une école de Wendake qui accueillait parfois des élèves venant d'une autre communauté. «Je me suis assis avec lui devant l'ordinateur. On est allé voir le programme, on a regardé des photos, on a fait une visite virtuelle. C'était mon dernier shift, je tombais en congé le lendemain.»

Donald raconte avoir donné un coup de fil à l'école, convaincu les responsables d'accueillir le jeune Atikamekw. «Je suis parti le lendemain avec lui, sur mon temps. Je l'ai d'abord accompagné chez lui pour qu'il prenne des vêtements et surtout pour qu'il voit ce qu'il avait fait.»

Le jeune a pris des vêtements et sa guitare, n'a jamais regardé ses parents. «Je suis parti avec lui et un collègue. Pendant la route jusqu'à Québec, on a discuté beaucoup, du contrôle des émotions, de la vie. On l'a accompagné au bureau du psychologue et on a attendu. Quand il est sorti, on lui a souhaité bonne chance.

Il m'a dit : "Donald, quand tu vas me revoir, ce sera avec un diplôme."»

Le jeune a tenu promesse. «Il est revenu cinq ans plus tard, il avait son diplôme en sylviculture. Il s'est trouvé du travail, il réussit bien. Il s'est acheté un beau pick-up. Sa mère est venue me remercier.»

Donald était content. «C'est ma motivation. C'est pour des choses comme ça que je continue à faire ce métier-là.»

Un autre cas, un homme, soûl depuis toujours. Le père d'un ami de Donald. «Il était hautement suicidaire, j'ai demandé une requête au juge pour qu'il ordonne une thérapie fermée. Il n'a pas eu le choix. Au début, il m'appelait : "Viens me chercher!" Je lui disais : "Non, tu as un problème à régler. Tu as encore de belles années devant toi, tu as tes enfants, tes petits-enfants." Je lui ai dit qu'on avait besoin de lui.»

Il est sorti depuis deux ans et demi.

«L'autre matin, il m'a appelé à 6h30 du matin, je dormais. C'était pendant l'été. Il m'a dit : "Devine je suis où." Je ne savais pas trop... Il a répondu : "Je suis à Montréal, je suis soûl." Je lui ai dit : "Bouge pas, je viens te chercher tout de suite!"»

Le bonhomme est parti à rire au bout du fil. Il était bien tranquille chez lui, voulait faire une blague à Donald.

«Ce gars-là, il a tout perdu. Il a perdu sa femme, sa maison, tout, à cause de la drogue et de l'alcool. Et maintenant, il a 66 ans, et une vie stable. Ce matin, mon ami m'a annoncé qu'il sera grand-papa une autre fois.»

Sans Donald, il ne serait peut-être plus là.

Il y a aussi cette femme, une jeune mère, elle a six enfants. Elle est passée à un cheveu de mourir d'une overdose au début de l'été. «Elle voulait avoir une chance, on a fait une prière pour elle, elle a pleuré quand on a fait ça.»

Elle a fait une rechute, il y a deux mois. «Elle s'en était sortie, mais elle a rechuté. On l'a trouvée avec son conjoint dans l'auto, complètement défoncés. Elle disait qu'elle consommait pour apaiser sa douleur, que personne ne pouvait l'aider. Elle n'a pas de scolarité, pas d'emploi.»

Les parents avaient laissé leurs six enfants à la maison, le plus jeune a trois ans. «Il a fallu mettre la DPJ dans le dossier, on est rendus là. Avec ce couple-là, c'est intervention par-dessus intervention.»

Donald ne désespère pas. Chaque fois, il se dit que c'est peut-être la bonne.

Partager

À lire aussi

  • Mylène Moisan | <em>Nuit de patrouille à Manawan</em>

    Mylène Moisan

    Nuit de patrouille à Manawan

    CHRONIQUE / Je suis allée faire un tour dans la communauté atikamekw de Manawan, à 81 kilomètres de chemin de terre au nord de... »

  • Mylène Moisan | <em>Quel espoir pour Manawan?</em>

    Mylène Moisan

    Quel espoir pour Manawan?

    CHRONIQUE / Je suis allée faire un tour dans la communauté atikamekw de Manawan, à 81 kilomètres de chemin de terre au nord de... »

  • Mylène Moisan | <em>Les six saisons de Manawan</em>

    Mylène Moisan

    Les six saisons de Manawan

    CHRONIQUE / Je suis allée faire un tour dans la communauté atikamekw de Manawan, à 81 kilomètres de chemin de terre au nord de... »

  • Mylène Moisan | <i>L'héritage de Manawan</i>

    Mylène Moisan

    L'héritage de Manawan

    CHRONIQUE / Michel Lavergne est «parti de chez Brochu» à Saint-Michel-des-Saints, est monté dans un hydravion, «un avion de la Première Guerre... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer