Bien le bonjour d'Émie

Lorsqu'elle se rend au CHSLD où travaille sa... (Photo fournie par David Philippe)

Agrandir

Lorsqu'elle se rend au CHSLD où travaille sa mère, Émie, sept ans, aime visiter les résidents pour leur faire plaisir et les faire sourire.

Photo fournie par David Philippe

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Comment tu t'appelles?

- Émie.

- C'est un joli nom.

- Merci.

- Comment tu t'appelles?

- Émie.

- C'est un joli nom.

- Merci.

La dame a demandé à Émie quatre fois son nom, Émie a répondu gentiment quatre fois. La dame a mis sa main sur celle d'Émie.

Émie a sept ans, elle a demandé à son père de l'accompagner au CHSLD de Maria, où travaille sa mère comme préposée. Elle y allait pour remercier une autre résidente qui fabrique des colliers multicolores pour passer le temps, elle en a donné quatre à Émie. Elle les portait tous ce jour-là.

J'ai appelé Émie jeudi soir pour qu'elle me raconte. «Je voulais lui dire merci, elle est gentille de faire ça. Et ses colliers, ils sont beaux. Je les aime tous!» Elle et son père ont passé une dizaine de minutes avec la dame, qui lui a donné un cinquième collier avant qu'elle parte. En sortant de la chambre, Émie a regardé son père.

- Papa, est-ce qu'on peut aller voir d'autres personnes?

- Qui?

- N'importe qui, les gens dans les autres chambres...

C'est comme ça qu'Émie a commencé sa petite tournée des résidents du CHSLD de Maria, pas pour dire merci, seulement pour dire bonjour. Elle est allée dans l'unité où habitent les personnes atteintes d'alzheimer, comme cette dame qui lui a demandé quatre fois son nom, qui lui a dit quatre fois qu'elle avait un fils.

Émie a fait chaque fois comme si c'était la première fois. «Je suis allée voir les autres personnes parce que je voulais leur faire plaisir.» Ça leur a fait plaisir? «Oh oui! Ça leur a fait plaisir.» Comment tu le sais? «Ils souriaient.»

Le père d'Émie était fier de sa fille.

Je vous ai déjà parlé de son père, David Philippe, un peu avant Noël. Le texte s'appelait L'homme magique, je racontais comment il avait fait un pied de nez - carrément- au cancer. Condamné, il se qualifiait pour un nouveau traitement, son dernier espoir. Toutes les métastases ont disparu.

Depuis presque deux ans, il vit en avalant ses comprimés de Xalkori. Des fois, il s'arrête pour réaliser la chance qu'il a de voir grandir ses deux enfants. Il continue à faire des tours de magie, à porter son nez de clown pour dérider la galerie. Il le portait pour ses traitements de radiothérapie au cerveau, même pour ses rendez-vous avec les médecins.

Il dit que c'est la magie qui opère.

Le 6 mai, sur Facebook, il a raconté comment sa journée a commencé : «Ce matin je ne travaillais qu'à 10h30, j'ai donc été porter [Pierrot] à la garderie pour ensuite en profiter pour aller à mes tests routiniers mensuels. En passant devant l'école, je décide d'arrêter pour féliciter une petite de 5e année devant ses pairs pour son projet de recyclage afin d'amasser des sous pour le Relais pour la vie.

Je quitte après pour mes tests. En arrivant en oncologie, je rencontre une petite fille de deux ans atteinte de leucémie et sa maman, je décide donc d'aller chercher mes ballons dans la voiture en descendant pour mon électrocardiogramme, où j'ai pris la peine d'encourager par l'humour, dans la salle d'attente, un monsieur venant de se faire enlever une partie de poumon.

Je suis ensuite remonté remplir [la chambre de] la petite de ballons et, en sortant, j'ai vu une brave femme en chaise roulante, en attente de son retour à la maison pour passer ses derniers temps de vie. Je lui ai fait une belle fleur avec le sourire et suis parti, laissant son visage rayonnant. Ensuite, je me suis dirigé à CIEU FM afin d'enregistrer une annonce pour Le plaisir des mots, organisme qui travaille pour tenter d'enrayer l'analphabétisme dans la région...

...je suis enfin arrivé au travail à l'heure pile pour faire ma journée!

C'est en racontant mon histoire à mon compagnon de travail que j'ai réalisé tout ce que je venais de faire en si peu de temps!

La vie est belle!!!»

Quand David recevait ses traitements de chimiothérapie, il y allait parfois avec Pierrot, les deux portaient un nez de clown. Ils comptaient les sourires qu'ils provoquaient. «Ça lui apprenait à compter en même temps!» Ça lui apprenait évidemment plus que ça, ne serait-ce qu'à ne pas s'apitoyer sur son sort.

Que sourire est un redoutable remède.

Pas étonnant qu'Émie ait eu l'idée de faire cette petite tournée au CHSLD, elle fait comme son père, et comme sa mère, elle a bien vu comment c'est facile de faire sourire les gens et combien ça leur fait du bien. «Je vais y retourner, c'est sûr. Il y a une dame qui m'a dit qu'elle me ferait un cadeau...»

La dame l'aura oublié, Émie ne lui en voudra pas.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer