Un ogre à la Maison-Blanche?

Donald Trump ment plus que la moyenne des politiciens,... (AP)

Agrandir

Donald Trump ment plus que la moyenne des politiciens, ce qui constitue un exploit. Il a gagné en récoltant 2,8 millions de votes de moins que son adversaire Hilary Clinton. Trois mois après son élection, à peine 40 % des Américains approuvent son comportement souvent belliqueux.

AP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Nous y voilà. Donald Trump devient aujourd'hui le président des États-Unis. Dès ce soir, des parents cruels pourront dire à leur enfant turbulent: «Si t'es pas sage, le président Trump viendra te croquer les orteils.»

Le président... Trump? Jusqu'au bout, les démocrates et les anti-Trump ont refusé d'y croire. Ils ont espéré un miracle. Un coup de théâtre. N'importe quoi pour empêcher l'Amérique de se rouler dans la graisse de rôti, avec celui qu'on décrivait comme un ogre à la chevelure jaune.

«Pitié. Si c'est un cauchemar et que vous nous entendez crier dans notre sommeil, auriez-vous la bonté nous réveiller?» a ricané un humoriste. 

***

Au lendemain des élections, les anti-Trump ont d'abord placé leurs espoirs dans une série de recomptages électoraux. N'avait-on pas oublié des votes à Detroit? N'avait-on pas aperçu quelques vaches Holstein s'enfuir avec des bulletins de vote, dans le Wisconsin?

Quand les recomptages ont échoué, les mêmes ont rêvé de provoquer une révolte parmi les 306 grands électeurs chargés d'élire officiellement Donald Trump. Une mission aussi improbable que celle d'arriver à faire siffloter La dame en bleu à une colonie de criquets. Finalement, seulement deux grands électeurs ont quitté le navire Trump. Bref, la montagne a accouché d'un puceron.

Pas grave. Jusqu'à la dernière minute, d'autres se sont accrochés à la mince possibilité qu'un faux pas empêche Trump d'accéder à la présidence. La semaine dernière, ils ont voulu croire qu'un rapport sulfureux sur sa sexualité débridée, attribué à la Russie, donnerait le coup de grâce. En faisant mine d'oublier que même si les informations avaient été prouvées, la destitution du président aurait pris des mois.

Après tant de faux espoirs, que leur restait-il pour échapper à une présidence Trump? Le vaudou? La cryogénisation? Le mystérieux spiritisme de la plaine moldave? 

***

Hélas, la politique n'a rien à voir avec un épisode du chien Scooby-Doo. Les vilains ne sont pas toujours démasqués. Souvent, on ne distingue même pas les gentils. On sait seulement qu'à la fin, c'est parfois le plus nigaud qui gagne. «En vieillissant, on peut presque tout surmonter», résumait l'écrivain Kurt Vonnegut. «Sauf la terreur qui vous saisit en réalisant que les pires andouilles de votre école secondaire dirigent désormais le pays.»

C'est vrai, Donald Trump ment plus que la moyenne des politiciens, ce qui constitue un exploit. Monsieur a gagné en récoltant 2,8 millions de votes de moins que son adversaire Hilary Clinton. Trois mois après son élection, à peine 40 % des Américains approuvent son comportement souvent belliqueux.

Malgré tout, Donald Trump a gagné. Et le retour à la réalité s'annonce particulièrement difficile pour les démocrates et les anti-Trump. Monsieur dispose d'une marge de manoeuvre impressionnante. À Washington, le Parti républicain détient la majorité au Sénat et à la Chambre des représentants. Aux États-Unis, il contrôle les législatures de 32 États sur 50. De plus, 33 gouverneurs sur 50 sont républicains.

Parions que même lui n'en espérait pas tant.

***

Nous y voilà. Donald Trump devient aujourd'hui président. Mais ce soir, il apparaît très improbable qu'un conseiller ait la cruauté de lui dire, à l'heure du dodo : «Quand vous étiez un simple candidat, vous pouviez menacer la Chine et répéter n'importe quelles idioties sans trop de conséquences. Maintenant que vous êtes président, ça peut finir mal.»

Stop. Il ne faut jamais croire au pire tant que le pire n'est pas survenu. C'est pas moi qui le dis. Plutôt le président sortant, Barack Obama. 

Tout se corrige, à ce qu'il paraît. La preuve, comme le répète le dessinateur Philippe Geluck, «c'est que l'inventeur de la cédille serait un certain Groçon».

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer