Les États-Unis en campagne

La Pennsylvanie a voté pour le candidat du... (Archives AFP, Justin Sullivan)

Agrandir

La Pennsylvanie a voté pour le candidat du Parti démocrate toutes les élections depuis 1992. Hillary Clinton ne peut donc pas se permettre d'échapper cet État si elle veut accéder à la Maison-Blanche.

Archives AFP, Justin Sullivan

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Le meilleur et le pire de la politique américaine, cette semaine.

L'État à surveiller: la Pennsylvanie, «pare-feu» des démocrates

À la blague, les professeurs de sciences politiques décrivent la Pennsylvanie de la manière suivante. Au nord, il y a Pittsburgh, qui vote démocrate. Au sud, il y a Philadelphie, qui vote aussi démocrate. Et entre les deux, il y a un territoire aussi républicain que l'Alabama.

La boutade paraît exagérée. Mais l'importance de la Pennsylvanie ne fait aucun doute. Les deux candidats y multiplient les apparitions. Donald Trump était à Johnstown, dans le sud de l'État, le 6 octobre. Il doit y revenir le 10 octobre. Avec la Floride et l'Ohio, la Pennsylvanie fait partie des trois États où le candidat républicain a concentré les deux tiers de sa publicité électorale. 

Pour Hillary Clinton, la Pennsylvanie constitue l'ultime bastion. Le «pare-feu». La démocrate peut perdre l'État voisin de l'Ohio. À la rigueur, elle peut concéder la Floride, tout en conservant des chances raisonnables d'accéder à la présidence. Mais pas la Pennsylvanie, un État qui vote en faveur du candidat démocrate depuis 1992. Mme Clinton est venue si souvent dans la banlieue de Philadelphie qu'on lui a suggéré à la blague d'y acheter une maison.

La citation

«C'était des plaisanteries de vestiaire, une conversation privée qui remonte à plusieurs années. [L'ancien président] Bill Clinton m'a dit des choses bien pires sur des terrains de golf [...]. Je m'excuse auprès de ceux que j'ai pu blesser.»

- Donald Trump, présentant de rares excuses après la diffusion par le Washington Post d'un vidéo tourné en 2005, dans lequel il se vante de pouvoir faire «n'importe quoi aux femmes», parce qu'il est une célébrité. Mais le candidat n'a pas tardé à contre-attaquer. Il a promis de démontrer lors du débat dimanche soir qu'Hillary Clinton a fait des choses bien pires à l'endroit des femmes. Selon lui, Bill Clinton a profité de plusieurs femmes et Hillary a intimidées ces dernières pour les réduire au silence. Source : The Washington Post

La blague

«Au prochain débat, Donald Trump menace d'aborder les infidélités conjugales de Bill Clinton, le mari de sa rivale démocrate. Mais Hillary Clinton ne s'en fait pas trop, parce que le débat dure seulement 90 minutes.»

- L'animateur Conan O'Brien, sur la chaîne TBS, le 3 octobre

Le sondage: 69%

Proportion des électeurs de la Californie qui appuieraient la proposition 58, qui vise à rétablir une forme de bilinguisme (anglais-espagnol) dans l'enseignement. En Californie, l'enseignement bilingue est interdit depuis 1998. Les opposants estiment que la question référendaire est malhonnête, puisqu'elle évoque le maintien de «compétences» en anglais. Source : The Mercury News (San Jose)

La citation (bis)

Le meilleur et le pire de la politique... (Archives AP, David Zalubowski) - image 6.0

Agrandir

Archives AP, David Zalubowski

«Peut-être que je pense trop.»

- Gary Johnson, candidat du Parti libertarien, lors d'une entrevue consacrée à sa faible connaissance des affaires internationales. Il y a quelques semaines, M. Anderson ne connaissait pas la ville d'Alep, l'un des principaux théâtres de la guerre civile en Syrie. La semaine dernière, il avait été incapable de nommer un seul dirigeant étranger. M. Anderson a tenté d'expliquer pourquoi son ignorance pouvait constituer un atout. Il a même suggéré que les connaissances géographiques des politiciens plaçaient souvent les militaires dans des situations dangereuses. Par moments, il ressemblait à un nageur essayant de traverser une piscine olympique avec une enclume sur le dos. Source : MSNBC

Le chiffre: 189,1 millions $

Somme dépensée jusqu'ici en publicité électorale pour la campagne d'Hillary Clinton et de ses alliés. C'est quatre fois plus que Donald Trump. À noter que 85 % de cette publicité se concentre dans neuf États chaudement disputés. Le sommet est atteint en Floride, balayée jusqu'ici par 60 millions $ de publicité électorale, très souvent négative. La seule bonne nouvelle, c'est que ce déluge repousse la publicité de Noël jusqu'à la mi-novembre, quelques jours après l'élection présidentielle. Ne dites pas que les élections ne servent à rien... Source : NBC News

Question éclair

Selon des extraits de déclarations d'impôts obtenus par le New York Times, Donald Trump aurait déclaré des pertes de 916 millions $ en 1995. Celles-ci lui ont peut-être permis de ne pas payer un sou d'impôt fédéral, durant les 18 années suivantes. En toute légalité.

Après la publication de ces chiffres, quelle fut la réplique de la campagne Trump?

  • a) Ça prouve seulement que M. Trump est futé.
  • b) Rien de nouveau là-dedans. Du réchauffé. Quelle vieillerie vont-ils annoncer la semaine prochaine. L'attaque de Pearl Harbor?
  • c) M. Trump connaît mieux la fiscalité que n'importe quel candidat ayant tenté de se faire élire à la présidence. Il est le seul à savoir comment améliorer le système.
  • d) Les affaires sont les affaires.
  • e) Toutes ces réponses. Sources : The New York Times et politifact.com
Réponse à la fin

L'audience: 37 millions

Les candidats à la vice-présidence, le démocrate Tim... (AFP, Paul J. Richards) - image 10.0

Agrandir

Les candidats à la vice-présidence, le démocrate Tim Kaine et le républicain Mike Pence

AFP, Paul J. Richards

Nombre de téléspectateurs qui ont suivi le débat entre les candidats démocrates et républicains à la vice-présidence, le 4 octobre. C'est moins de la moitié de l'audience rassemblée par Donald Trump et Hillary Clinton, le 26 septembre, pour leur premier débat. Oui, le poste de vice-président des États-Unis apparaît bien ingrat. Au point où l'ancien vice-président John Nance Garner, alias «Cactus Jack», pouvait affirmer qu'il ne valait même pas «un baril de pisse chaude». Source : Nielsen Media Research

Les comparaisons

Pourcentage des électeurs américains qui font confiance à la science lorsqu'il est question de réchauffement climatique.

  • Parmi les républicains: 22 %
  • Parmi les démocrates: 54 %  Source : Pew Research Center
***

437 millions $: budget que le ministère de la Défense des États-Unis a consacré aux fanfares militaires, en 2015.

146 millions $: budget du National Endowment for the Arts, l'équivalent du Conseil national des arts, aux États-Unis.  Source : Harper's

L'insulte

Le meilleur et le pire de la politique américaine, cette semaine. (Archives AP) - image 13.0

Agrandir

Archives AP

«La république est menacée par un idiot.»

- Le chanteur Bruce Springsteen, à propos du phénomène Trump. Selon lui, le candidat républicain a dépassé les bornes en suggérant que le système électoral était truqué. «En faisant cela, il invite les gens à se débarrasser de la démocratie, s'insurge-t-il. C'est un petit jeu très dangereux. Source : New York Daily News

Le chiffre: 72

Nombre de fois que le candidat démocrate à la vice-présidence, Tim Kaine, a interrompu son homologue républicain, Mike Pence, lors du débat télévisé du 4 octobre. L'hyperagressivité du démocrate tranchait avec les bonnes manières du républicain, qui a généralement été perçu comme le vainqueur. Source : The Washington Post

Le jeu des associations

LeBron James... (Archives AP) - image 16.0

Agrandir

LeBron James

Archives AP

Quel candidat les célébrités suivantes ont-elles officiellement appuyé? La démocrate Hillary Clinton ou le républicain Donald Trump?

  • a) L'ancien champion de boxe Mike Tyson 
  • b) L'acteur Leonardo Di Caprio
  • c) Le joueur étoile de basketball LeBron James
  • d) Le réalisateur Clint Eastwood
  • e) Le chanteur Justin Timberlake  Source : USA Today
Réponse à la fin

Pour qui votez-vous, docteur?

Pouvez-vous deviner les opinions politiques de votre médecin, rien qu'en écoutant ses conseils? «Assez souvent», répond une équipe de chercheurs de l'Université Yale, au Connecticut. Par exemple, les médecins démocrates s'inquiéteraient davantage de la présence d'armes à feu dans une maison où habitent de jeunes enfants. Les républicains seraient plus nombreux à déconseiller l'usage de la marijuana, autant pour des raisons légales que médicales. Ils seraient aussi plus enclins à décourager l'avortement. Parfois, on ne sait plus si la politique constitue le remède ou la maladie. Ou les deux? Source : The Washington Post

***

Réponses

Question éclair: c)

Jeu des associations: Mike Tyson et Clint Eastwood ont appuyé Trump;  Leonardo Di Caprio, LeBron James Justin Timberlake ont appuyé Clinton

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer