Autrement dit spécial élections américaines

Donald Trump... (Archives AFP)

Agrandir

Donald Trump

Archives AFP

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Autrement dit profite de la fin des conventions républicaine et démocrate pour vous offrir une édition spéciale sur la politique américaine.

Le bulletin du républicain Donald Trump

Faut-il le croire?

Depuis juillet 2015, le site PolitiFact.com a vérifié plus de 200 affirmations du candidat républicain. Cela donne le classement suivant :

  • Vraies ou plutôt vraies : 14 %
  • Demi-vérités : 16 %
  • Fausses ouplutôt fausses : 53 %
  • Mensonges dignes d'un «arracheur de dents»* : 18 %
*PolitiFact utilise une expression intraduisible : «mensonge de catégorie "pantalons en feu"».

***

La statistique (qui fait mal)

  • 35 %: Proportion de partisans de Donald Trump qui perçoivent ce dernier comme un «extrémiste». À peine 29 % de ceux qui choisissent M. Trump le décrivent comme un candidat «bien informé».
Source: Pew Research Center

***

Le commentaire

«Depuis qu'une victoire de Donald Trump à la présidence apparaît possible, le Mexique se dit qu'un mur pour le séparer des États-Unis n'est finalement pas une si mauvaise idée.»

- L'animateur Jimmy Fallon

***

Qui aime Donald Trump?

Après ses déclarations fracassantes sur les Mexicains «violeurs» et «vendeurs de drogue», Donald Trump ne gagnera pas un concours de popularité parmi les Latino-Américains. Même chose avec les Noirs. Selon un sondage NBC - Wall Street Journal, les intentions de vote en faveur M. Trump tournent autour de 0 % chez les électeurs noirs de l'Ohio et de la Pennsylvanie.

Sans un appui minimal chez les minorités, qui constituent désormais près 30 % de l'électorat, la pente s'annonce difficile à remonter. D'autant plus que plus de 60 % des femmes ont une opinion défavorable sur lui. Une véritable gifle pour celui qui se présente souvent comme un grand séducteur!

Pour compenser, les experts de Politico.com évaluent que Donald Trump devra recueillir presque 70 % du vote des hommes blancs. Un sacré contrat.

***

Le chiffre

  • 239: Nombre de pays, de groupes ou d'individus que Donald Trump aurait insultés, depuis juin 2015, selon une compilation effectuée par le New York Times.
***

La citation

  • «Je suis le seul qui puisse régler tous [nos problèmes].»
- Donald Trump, lors de son discours de clôture de la convention républicaine, le 22 juillet. M. Trump s'est présenté comme un homme providentiel, chargé d'en découdre avec le crime, l'immigration illégale et le terrorisme.

***

Le bulletin de l'élève Hillary Clinton

Hillary Clinton... (Archives AP) - image 4.0

Agrandir

Hillary Clinton

Archives AP

Faut-il la croire?

Depuis juillet 2015, le site PolitiFact.com a vérifié plus de 250 affirmations de la candidate démocrate Hillary Clinton. Cela donne le classement suivant :

  • Vraies ou plutôt vraies : 51 %
  • Demi-vérités : 21 %
  • Fausses ou plutôt fausses : 26 %
  • Mensonges digne d'un «arracheur de dents»* : 2 %
*PolitiFact utilise une expression intraduisible : «mensonge de catégorie "pantalons en feu"».

***

La statistique (qui fait mal)

66 %: proportion de partisans de Hillary Clinton qui ne perçoivent pas leur candidate comme une personne «de grande conviction». Pire, seulement 37 % des Américains la jugent «honnête et digne de confiance».

Source : Quinnipiac Poll

***

Le commentaire

«Détester Hillary Clinton est devenu une sorte de passe-temps national, qui rassemble les élites et le peuple. Un peu comme les courses de chevaux.»

- The New Yorker

***

Qui aime Hillary Clinton?

Les intentions de vote en faveur de la candidate démocrate atteignent des sommets chez l'électorat noir et latino. Chez les femmes, Madame détient aussi une confortable avance. 

Mais la démocrate peine à rassembler l'électorat blanc, en particulier en dehors des grandes villes. Cela pourrait lui coûter très cher dans des États comme l'Ohio ou le Michigan, durement éprouvés par le déménagement des usines à l'étranger.

Pour s'en sortir, Mme Clinton a emprunté une partie du programme de son adversaire, le socialiste Bernie Sanders. Au risque d'avoir l'air empruntée?

***

Le chiffre

30 000: nombre de courriels expédiés par Hillary Clinton à partir d'un serveur privé, en violation de toutes les règles de sécurité, lorsqu'elle était secrétaire d'État des États-Unis (2009-2013). Le directeur du FBI n'a pas recommandé que des accusations criminelles soient déposées contre Mme Clinton, mais il a évoqué une «extrême négligence».

***

La citation

«Moi non plus, je n'aimerais pas cette personne.»

- Hillary Clinton, après avoir consulté une série de portraits et d'analyses à son sujet (citée par Time Magazine).

Le jeu des cinq questions

1) Reliez chaque engagement électoral à Donald Trump ou à Hillary Clinton.

  • a) Je prône la construction d'un mur à la frontière des États-Unis et du Mexique.
  • b) Je veux renégocier l'accord de Paris sur le réchauffement climatique.
  • c) J'ai promis de pénaliser les entreprises qui déménagent leurs activités à l'étranger.
  • d) J'entends réviser le traité de libre-échange transpacifique.
  • e) J'ai menacé d'expulser les 11 millions d'immigrants illégaux.
  • f) J'ai accepté un plan visant à rendre l'Université gratuite pour les familles qui gagnent moins de 125 000 $ par année.
***

2) Qui a dit : «Au cours des 30 dernières années, Hillary Clinton n'a jamais fait une promenade, une sieste ou même une pause à la salle de bain sans qu'un bon gars avec un fusil veille sur elle»?

  • a) Rudolph Giuliani, ancien maire de New York.
  • b) Bernie Sanders, sénateur du Vermont et candidat malheureux à l'investiture démocrate.
  • c) Chris Cox, administrateur de la National Rifle Association, le puissant lobby des armes.
  • d) Mike Pence, gouverneur de l'Indiana, qui deviendrait vice-président advenant l'élection de Donald Trump.
  • e) Michael Moore, cinéaste de gauche qui prédit l'élection de Donald Trump.
Source : Reuters

***

3) Vrai ou faux?

Même si le vote n'aura lieu que le 8 novembre - dans plus de trois mois - 59 % des Américains se disent déjà «écoeurés» par la place occupée par la joute électorale, notamment à la télévision.

***

4) Rongé(e) par les remords, je me suis confié(e) au magazine The New Yorker. «J'ai mis du rouge à lèvres à un porcelet», ai-je résumé. Qui suis-je?

  • a) Melania Trump, épouse de candidat républicain, pour se défendre d'avoir plagié un discours de la première dame des États-Unis, Michelle Obama. 
  • b) Hillary Clinton, évoquant les infidélités de son mari Bill, durant les années 90.
  • c) Tony Schwartz, qui a servi de «nègre littéraire» pour la rédaction d'une autobiographie de Donald Trump.
  • d) Toutes ces réponses.
***

5) Vrai ou faux?

Depuis le mois de janvier, 15 % des électeurs affirment qu'ils ont modifié leur intention de vote.

Des fillettes portant des t-shirt disant «Je peux... (AP, Andrew Harnik) - image 6.0

Agrandir

Des fillettes portant des t-shirt disant «Je peux être présidente» à la convention démocrate cette semaine

AP, Andrew Harnik

Les tendances en 2016

1) La partisanerie politique à la hausse.

Pourcentage des électeurs républicains ayant une opinion très défavorable de leurs adversaires démocrates.

En 1994 : 21 %

En 2016 : 58 %

Pourcentage des électeurs démocrates ayant une opinion très défavorable de leurs adversaires républicains.

En 1994 : 17 %

En 2016 : 55 %

Source : Pew Research Center

***

2) Les deux principaux candidats sont impopulaires.

Cette semaine, le niveau d'insatisfaction à l'endroit de Hillary Clinton et de Donald Trump était le même: 57 %. Il faut remonter au début des années 90 pour dénicher des candidats aussi impopulaires. Finalement, 41 % des électeurs prétendent qu'ils ont de la difficulté à choisir entre Hillary Clinton et Donald Trump parce qu'ils trouvent les deux candidats aussi MAUVAIS l'un que l'autre.

Source : Pew Research Center

***

3) La publicité sera négative ou ne sera pas.

En 2012, à peine 6 % de la publicité du candidat démocrate Barack Obama adoptait un ton positif. Et la publicité du candidat républicain Mitt Romney faisait à peine mieux, avec 12 % de messages positifs. 

***

4) Le libre-échange au banc des accusés.

Le libre-échange n'a plus la cote. Pas moins de 53 % des électeurs républicains estiment qu'il s'agit d'une «mauvaise chose». Donald Trump décrit l'ALENA comme un «désastre», négocié par une bande «d'incompétents».

Chez les démocrates, l'appui aux différents traités de libre-échange apparaît aussi à la baisse, même s'il voisine encore 56 %. Hillary Clinton a promis une révision complète des accords existants. «Nous devons complètement repenser notre approche du libre-échange», a dit Mme Clinton. «Les entreprises ont peut-être gagné. Mais nombre de travailleurs ont perdu.»

Réponses

1) Trump : a), b), c) et e); Clinton : d) et f). 

2) c). 

3) Vrai. 

4) c) Dans une entrevue au New Yorker, M. Schwartz affirme qu'il regrette d'avoir contribué à The Art of the Deal

5) Faux. La proportion atteint 28 %. 

Source : Rassmussen Reports

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer