Journal imaginaire de Donald Trump

Donald Trump... (AFP, Robyn Beck)

Agrandir

Donald Trump

AFP, Robyn Beck

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Je suis peut-être haïssable, insupportable, imbuvable, mais je suis vrai, MOI.

La majorité des politiciens sont faux. Préfabriqués. À commencer par Hillary Clinton, qui ne respire même pas sans d'abord consulter un sondage.

Il y a aussi le premier ministre du Canada - comment s'appelle-t-il, déjà? Justin Trudeau? On raconte qu'il a été invité à l'émission 60 minutes pour expliquer sa vision du monde. Mais il a refusé, parce que ça lui faisait 59 minutes de trop à combler.

Blague à part, on jurerait que le mot politicien est devenu sale. Aux États-Unis, on trouve désormais plus de gens qui affirment avoir vu un fantôme (18 %) que de gens qui approuvent le travail du Congrès (15 %).

Pour soulever une foule, rien ne vaut une flèche en direction de Washington. À propos, combien de temps un élu du Congrès reste-t-il en poste?

Réponse : Jusqu'à ce qu'il se fasse prendre.

Jusqu'ici, ma stratégie apparaît simple. Si la prudence me suggère une chose, je fais le contraire.

Plus je suis lourd, plus je flotte dans les sondages.

Plus je dépasse les limites, plus je triomphe.

Supposons que je me moque d'un journaliste handicapé. Sur le coup, les médias hurlent comme des porcelets qu'on mène à l'abattoir. Mais il suffit de dire une autre énormité - mettons sur les Latinos, sur les musulmans ou sur l'Iran - pour que l'affaire soit oubliée.

Une grossièreté chasse l'autre.

Au fil des mois, on m'a comparé au fasciste Benito Mussolini. À une créature échappée d'un laboratoire. Un rigolo a même répété que mes cheveux pourraient servir d'équipement de flottaison, en cas d'urgence. Mais les pires, ce sont les naïfs qui s'indignent que ma publicité utilise des images d'immigrants au Maroc pour illustrer mon projet de mur anti-immigration avec le Mexique. Et alors? Ils pensaient que j'allais jouer fair-play? Ils me confondaient encore avec le bon gars de service?

Si j'étais Darth Vader, ces malades espéreraient que je change les couches de mon fiston, Luke Skywalker, peut-être?

Souvent, on m'accuse de mépriser les autres candidats républicains. Est-ce vraiment ma faute? À côté d'eux, même Barney le dinosaure aurait l'air d'un président crédible!

Ben Carson croyait que les pyramides avaient été construites par le Joseph de l'Ancien Testament pour entreposer du blé. Pauvre homme. Si vous lui donniez cinq sous pour ses idées, il pourrait encore rendre de la monnaie.

Et que dire de Ted Cruz, que j'ai surnommé le «maniaque»? J'ai décroché quand il s'est mis à comparer l'assurance-maladie de Barack Obama au régime communiste de Fidel Castro, à Cuba.

Quant à Jeb Bush, il est tellement beige pâle qu'on le croirait taillé dans la tapisserie de la salle à dîner de ma grand-mère. Difficile de croire qu'au printemps, Monsieur devait répéter à de riches contributeurs : «Ne me donnez pas plus qu'un million de dollars, pour le moment!»

Mes adversaires sont le baloney. Je suis la machine à trancher.

Au début, les experts comparaient mes probabilités d'être élu à celles de voir un unijambiste remporter un concours de danse à claquettes.

Pourtant, à 10 jours du début des primaires visant à choisir le candidat républicain à la présidence, j'occupe la tête des sondages.

Peu importe. Les pontifes des médias ne s'avouent pas vaincus. Ils répètent que mon refus de bâtir une organisation solide me coûtera la victoire. Ils disent aussi que les Américains vont paniquer à l'idée de me voir contrôler l'arsenal atomique du pays. «Pourquoi élire Trump? a dit un humoriste. Le Joker n'est pas disponible?»

Nous verrons bien. Les événements dramatiques des derniers mois m'ont bien servi. On dirait que le temps travaille pour moi. Au fond, c'est l'animateur Conan O'Brien qui résume le mieux ma situation, avec cette blague cruelle mais vraie :

«Un sondage s'est intéressé aux mots qui viennent à l'esprit des électeurs lorsqu'on prononce le nom de Donald Trump, a-t-il expliqué. Les quatre mots qui reviennent le plus souvent sont «idiot», «connard», «stupide» et «imbécile». Bref, il pourrait vraiment être notre prochain président. Il possède tout ce qu'il faut pour réussir.»

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer