Les 30 moments les plus bizarres de 2015

CHRONIQUE / En 2015, il était difficile de ne pas sympathiser avec le passager... (Infographie Le Soleil)

Agrandir

Infographie Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

Dossiers >

Retour sur 2015

Actualité

Retour sur 2015

L'année 2015 sous plusieurs angles: en objets, en coups de coeur, en caricatures, en photos, en percées scientifiques et en quiz sportif. »

(Québec) CHRONIQUE / En 2015, il était difficile de ne pas sympathiser avec le passager d'un avion qui s'est écrié, au milieu d'une forte zone de turbulence: Si vous voulez traverser un orage, ça vous regarde. Mais laissez-moi d'abord sortir!

«Vivre et laisser vivre», ça ressemble à un slogan hippie. Pas à une invention de 2015.

En Arabie Saoudite, une figure religieuse a décrété que les bonshommes de neige étaient contraires à l'islam. En Indonésie, une province a défendu aux jeunes amoureux de s'embrasser après 21h. Au Kansas, un règlement a interdit aux bénéficiaires de l'aide sociale d'aller au cinéma. En France, la police a interrogé un enfant de huit ans pour ses propos sur le terrorisme. Au Pakistan, un pigeon a été emprisonné pour espionnage.

Plus près de nous, l'Université d'Ottawa a annulé des cours de yoga sous prétexte qu'il s'agit d'un emprunt inacceptable à la culture indienne.

Cette année, le pape lui-même s'est fait dire par les médecins du Vatican d'y aller mollo sur les pâtes.

***

À chacun sa petite frayeur. En juillet, le Pentagone a découvert qu'il avait expédié «par erreur» de l'anthrax sous une forme active à 183 laboratoires à travers le monde. Plus tard, une analyse des bactéries dans le métro de New York a révélé la présence du bacille de la peste. Pour éviter la panique, les microbiologistes ont eu recours à une image forte.

- Si vous léchiez plusieurs poteaux du métro, il est probable que vous n'attraperiez rien. Pas même un rhume...

Peut-être. Mais on attend encore un volontaire pour vérifier.

Vous, peut-être?

À propos, saviez-vous que les carrés de sable peuvent contenir 2000 fois plus de bactéries que la poignée de porte d'une toilette publique? Ou que l'endroit le plus sale d'un avion est généralement la tablette du passager?

Même l'État islamique se préoccupe du lavage! Dans un guide de voyage de 50 pages destiné à ses futures recrues, l'EI conseille d'emporter... des sous-vêtements propres. Quoi? Votre maman ne vous enseignait pas que le djihad, c'est pas une raison pour être malpropre? Dans le doute, suivez le conseil d'un athée comme Woody Allen: «Je ne crois pas en l'au-delà, mais j'apporterai quand même des sous-vêtements de rechange.»

***

Depuis la nuit des temps, les êtres humains se demandent: «Qu'est-ce que l'amour?» La réponse est tombée en 2015. Plus glacée qu'un plancher de marbre, durant une panne d'électricité, en plein hiver. «Les effets de l'amour ressemblent beaucoup à ceux de l'alcool», ont déclaré des biochimistes de l'Université de Birmingham.

La découverte a peut-être inspiré le bar londonien Alcoholic Architecture, qui diffuse dans l'air un nuage alcoolisé. Puisqu'il faut 40 minutes pour inhaler l'équivalent d'un verre de spiritueux, parions que les clients sont invités à respirer «de manière responsable».

Après l'amour, l'année 2015 s'est attaquée au mythe de la fourmi travailleuse. Selon des biologistes de l'Arizona, la moitié des fourmis font semblant de travailler! La productivité d'une fourmilière n'excéderait guère celle de l'administration indienne, qui a mis 17 ans avant de s'apercevoir de l'absence d'un fonctionnaire.

Fort heureusement, certaines choses ne changent pas. Comme la langue de bois, par exemple. Aux États-Unis, le ministère de l'Agriculture a cessé de parler de «raisins nains», une appellation jugée injurieuse pour les personnes de petite taille. En France, dans le jargon des nouveaux programmes scolaires, les élèves ne courent plus, ils «créent de la vitesse». Ils ne nagent plus, ils «traversent l'eau en équilibre horizontal par immersion prolongée de la tête».

Après cela, on remarque à peine cette perle tirée d'un examen d'histoire: «[Durant la guerre], la population chinoise mourait de faim, surtout dans les grandes villes: Shanghai, King Kong [sic] ou encore Pékin.»

***

Difficile à croire, mais en 2015, les autoportraits ont causé plus de morts que les attaques de requins.

Avez-vous entendu parler des trois amis qui voulaient se photographier sur une voie ferrée, avec en toile de fond un train arrivant à toute vitesse? Au dernier moment, les casse-cou ont sauté sur l'autre voie. Sans se douter qu'un train rapide arrivait en sens inverse...

Sérieusement. Comment regretter une année au cours de laquelle les Californiens en étaient réduits à peindre leur pelouse en vert, pour camoufler les effets de la sécheresse?

À la fin janvier, plus de 1700 jets privés ont convergé vers Davos, en Suisse, pour le Forum économique mondial. Le gratin de l'économie ne voulait surtout pas manquer le Forum de cette année, consacré... à la lutte contre le réchauffement de la planète.

Mais pourquoi s'en faire avec quelques tonnes de CO2 de plus ou de moins, quand toutes les statistiques semblent promettre le pire? Réchauffement climatique ou pas, le fond de l'air effraie.

En 2015, un sondage a révélé que 40 % des Américains voulaient construire un mur le long de la frontière avec le Canada, pour freiner l'immigration illégale. Et de savants calculs ont établi que la Grande-Bretagne a consacré 13 fois plus d'argent pour bombarder la Libye que pour reconstruire le pays.

Sur un mode plus léger, une étude a constaté que les propriétaires de téléphone intelligent consultent leur appareil en moyenne 150 fois par jour. Une autre a suggéré que 84 % des gens écoutent les conversations des autres dans les transports publics. Sans oublier une troisième qui a constaté que nous consommons plus de pop-corn en écoutant un drame qu'une comédie.

Consolez-vous. Une étude est aussi arrivée à la conclusion qu'il existe trop... d'études.

***

Mais pourquoi pas une bonne nouvelle, pour conclure?

En 2015, sachez que vous avez échappé à la tournée en Chine d'un groupe de midinettes venues de la Corée du Nord. Parmi leurs grands succès, tous consacrés à leur «cher» président Kim Jong-Un, signalons une chanson très stridente intitulée Nous ne pouvons pas vivre sans ses bons soins.

Au rayon des événements heureux, soulignons aussi le travail d'une équipe de psychologues du Wisconsin, qui a composé une symphonie pour chat, dont le tempo épouse le ronronnement félin. Nous brûlons tous d'impatience de savoir ce qu'en pense un chat nommé Bubba, qui vient d'être admis dans une école secondaire de San Jose, en Californie.

Pour une fois, le mot de la fin sera un véritable mot de la fin. Car figurez-vous que l'année 2015 a vu la prolifération des adieux songés. Une dame a ainsi exigé que l'on transmette le message suivant, lors de ses funérailles. «Au lieu de m'envoyer des fleurs, ne votez pas pour Hillary Clinton.»

En guise d'adieu, l'année 2015 n'a qu'à emprunter l'épitaphe d'un Américain, qui voulait aller droit au but.

- Cela me fait de la peine de l'admettre, mais de toute évidence, je vous ai quittés.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer