La recette des chefs

Rien n'est impossible. Même Vladimir Poutine, le président... (AP, IVAN SEKRETAREV)

Agrandir

Rien n'est impossible. Même Vladimir Poutine, le président russe, aurait pris des leçons pour ne pas avoir l'air trop agressif en public.

AP, IVAN SEKRETAREV

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) Le truc, en politique, c'est d'avoir l'air humain. Quitte à faire un peu semblant.

Ces jours-ci, les publicités du Parti conservateur jouent à fond la carte de la modestie. «Stephen Harper n'est pas parfait, mais... on peut compter sur lui en matière économique», y répètent des acteurs dont le ton monocorde rappelle vaguement celui d'une classe d'élèves en retenue, que le directeur oblige à réciter par coeur un vieux bottin de la ville d'Honolulu.

Des esprits chagrins prétendent que la pub conservatrice ressemble à celle d'un restaurant qui essayerait d'attirer la clientèle en disant :

«Notre pizza n'est pas fameuse, mais nous sommes une valeur sûre!»

Pfff. Ceux-là ne comprennent rien. Nous sommes en politique, que diable! Le truc, c'est d'avoir l'air humain! Alors le premier ministre en rajoute. «Je ne suis pas parfait, [...] mais j'aime mon pays», a-t-il confié à la télé anglaise de Radio-Canada. Encore un peu, et notre champion de l'humilité versait une larme. Sans même l'aide d'une toute petite pelure d'oignon.

Après une telle performance d'acteur, qui osera persifler que les discours de M. Harper dégagent autant de chaleur qu'un étal de boucher en acier inoxydable, entreposé dans une chambre froide éclairée par un unique néon blafard?

Pas vous, j'espère?

***

Le truc, en politique, ça consiste à être humain. Mais pas trop quand même. Sinon, ça peut devenir suspect. 

L'an dernier, le chef libéral Justin Trudeau a même provoqué une petite polémique en émettant deux jurons en l'espace de quelques jours. Des commentateurs se sont demandé si tout était «planifié». S'agissait-il d'une tactique pour sortir de son personnage un peu trop beige pâle?

Allez savoir. Le chef libéral ressemblait à un excellent programme auquel il ne restait plus qu'à trouver le contenu. Et son entourage n'arrangeait rien, en parlant de lui comme d'une marchandise. En août 2013, un responsable du financement libéral avait même expliqué, sur les ondes de RDI : «[...] On a quelque chose que le monde veut acheter. On a Justin [Trudeau] et Justin est très vendable.»

Parfois, à trop vouloir jouer les authentiques, on risque d'avoir l'air préfabriqué. Parlez-en à la démocrate Hillary Clinton, que certains accusent désormais de ne jamais remuer le petit doigt sans consulter un sondage.

Quand tout va mal, on ne saurait trop conseiller à Madame de s'inspirer de l'autodérision d'un François Hollande.

«Cette semaine, notre gouvernement [n'a pas commis de] faute. Il est vrai que nous ne sommes que mardi.»

***

Le truc, c'est d'avoir l'air humain. Quitte à suivre des cours de rattrapage.

Rien n'est impossible. Même Vladimir Poutine, le président russe, aurait pris des leçons pour ne pas avoir l'air trop agressif en public. À ne pas confondre avec le cours de modestie, un secteur où l'élève Poutine a encore du chemin à faire. «Il semble que Dieu ait voulu [que je ne commette jamais d'erreur] pour que je n'éprouve pas de regrets», a-t-il déclaré récemment, en «toute humilité». 

Stop. Ne nous éloignons pas du sujet. Plus près de nous, le chef du NPD, Thomas Mulcair, arrive à faire mentir sa réputation de politicien colérique. M. Mulcair est même sorti indemne de la diffusion d'une photo d'Halloween où il apparaît déguisé en «Angry Bird» orange. Apparemment, M. Mulcair voulait faire un clin d'oeil à son surnom «Angry Tom». Mais entre nous, on jurerait un croisement entre Barney le dinosaure et le poulet St-Hubert.

Vrai qu'en politique, l'humour constitue parfois l'unique porte de sortie.

Le mot de la fin nous ramène au temps où l'ancien président Carter voulait connaître les petits secrets de son grand rival, Ronald Reagan. «Ronald, comment faites-vous pour avoir l'air de plus en plus jeune, sur les photos qui vous montrent à cheval, dans votre ranch de Californie?» avait demandé Carter.

Et Reagan lui avait répondu par une pirouette : «Le secret, c'est de choisir des chevaux de plus en plus vieux.»

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer