Le mensonge de la semaine

Le secrétaire à la Justice des États-Unis, Jeff... (AFP, Saul Loeb)

Agrandir

Le secrétaire à la Justice des États-Unis, Jeff Sessions, a comparu devant le Sénat, cette semaine.

AFP, Saul Loeb

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Incroyable, mais... faux! James Comey, l'ancien directeur du FBI, aurait été congédié à cause de son manque de professionnalisme dans le traitement des courriels de la candidate à la présidence Hillary Clinton. Rien à voir avec l'enquête sur les liens entre la Russie et l'équipe de Donald Trump...

Vous croyez ça? Pas moi! Pourtant, c'est l'explication qu'a donnée le plus sérieusement du monde, et sous serment, le secrétaire à la Justice des États-Unis, Jeff Sessions, devant un comité du Sénat.

Pourquoi je ne le crois pas? Parce que je vois encore Donald Trump applaudir aux cris de ses partisans lock her up (mettez-la en prison) pendant la campagne électorale. Et ce même Trump aurait congédié Comey parce qu'il n'avait pas traité Hillary Clinton de façon professionnelle? Ça ne tient pas la route. 

Il suffit généralement d'un seul mensonge pour discréditer un témoin. Les raisons données par Sessions pour recommander le renvoi de Comey sont tellement farfelues que le reste de son témoignage n'a aucune valeur.

Son comportement est tout aussi suspect. En mars, Sessions s'est autorécusé de l'enquête du FBI sur la Russie, étant lui-même l'objet de cette enquête. Il ne voulait pas être en conflit d'intérêts. Mais deux mois plus tard, il a recommandé le congédiement de Comey qui menait cette même enquête... Difficile de trouver plus gros comme conflit d'intérêts. 

A-t-il discuté du congédiement du directeur du FBI avec Trump avant de signer sa recommandation? «La constitution m'interdit de dévoiler le contenu de mes échanges avec le président», a prétexté Sessions.

«Ce serait facile et tout à fait légal de répondre par la négative à cette question», lui a fait remarquer une sénatrice. «Ce serait tout aussi facile de répondre par un oui», a dit Sessions, en plaidant encore une fois la confidentialité de ses conversations avec Trump. 

J'ai rarement entendu la phrase «Je ne me souviens pas» aussi souvent que dans le témoignage de Sessions devant le comité du Sénat. Ou peut-être que oui... Jacques Corriveau avait lui aussi abusé de la même phrase devant la commission Gomery. Il prétextait des pertes de mémoire pour éviter d'avoir à répondre. Mais au moins, il faisait valoir des problèmes de santé. De plus, les faits scrutés par la commission étaient loin dans le temps, alors que les questions posées à Sessions portaient sur des événements survenus il y a moins d'un an.

L'étau a continué de se resserrer sur les mensonges de l'administration Trump cette semaine. L'enquête du procureur spécial sur l'ingérence de la Russie pendant la campagne présidentielle s'étendrait maintenant au président lui-même. Si cela vous fait rêver d'une destitution éventuelle du président, pensez-y bien. C'est Mike Pence qui lui succéderait. Le vice-président a peut-être l'air plus acceptable, mais ce n'est qu'une apparence. Les déclarations folles ou mensongères de Donald Trump, c'est de la petite bière par rapport à la droite religieuse de Mike Pence. Juste un exemple :   l'homme est tellement anti-gai qu'il a déjà proposé qu'on utilise les fonds publics pour des services de thérapie visant à «guérir» les homosexuels... Je vous fais grâce du reste de ses propositions, en espérant qu'il ne deviendra jamais président. Trump n'a peut-être pas d'allure, mais c'est tellement évident qu'il en est moins dangereux. Alors que Pence, avec son air respectable, pourrait faire bien pire.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer