La prudence s'impose

Si la légalisation de la marijuana a pour... (123RF)

Agrandir

Si la légalisation de la marijuana a pour effet de sortir ce commerce des mains du crime organisé, c'est un plus. Mais les études des experts sont concluantes sur les effets nocifs de l'usage abusif de la mari sur la santé mentale, ainsi que sur les dangers accrus de la conduite automobile sous influence.

123RF

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / La légalisation du cannabis à des fins récréatives inquiète les Canadiens. Ils craignent une banalisation de la consommation auprès des jeunes, et une hausse des accidents de la route. Cette inquiétude est encore plus grande au Québec.

Ces données, tirées d'un sondage CROP mené pour Radio-Canada, s'ajoutent aux réserves émises par différents groupes ou organisations. Après les propriétaires de logements, voilà que le président du Conseil du patronat, Yves-Thomas Dorval, lance une mise en garde aux gouvernements, en invoquant la possibilité de recours collectifs comme dans le cas du tabac, si c'est l'État qui produit et vend le cannabis.

L'argument de M. Dorval peut donner l'impression d'un lobby en faveur du privé, mais ce n'est pas une raison pour l'ignorer. La légalisation de la marijuana n'aura pas que des conséquences heureuses. Si cette décision a pour effet de sortir ce commerce des mains du crime organisé, c'est un plus. Mais les études des experts sont concluantes sur les effets nocifs de l'usage abusif de la mari sur la santé mentale, ainsi que sur les dangers accrus de la conduite automobile sous influence. 

Comme les provinces sont mises devant un fait accompli par le gouvernement fédéral, il leur impose d'aborder ce changement avec beaucoup de prudence. Ce commerce doit être sévèrement encadré, tout comme le sont les loteries et la vente du tabac. Il ne doit y avoir aucune place à la complaisance dans la mise en place de cette activité. 

Des informations publiées par La Presse, cette semaine, laissent entendre que la production de la marijuana à des fins récréatives pourrait tomber entre les mains de groupes qui ont des liens très étroits avec le Parti libéral du Canada. Pour des fins de transparence, il faut rappeler ici que le président de Groupe Capitales Médias, Martin Cauchon, est membre du conseil d'administration d'un groupe qui détient un permis de production de cannabis à des fins médicales. La plupart de ces permis, toujours selon La Presse, ont été accordés par le ministère de la Santé sous le gouvernement Harper. Rien d'illégal là-dedans, mais la prudence s'impose dans l'octroi à venir des permis de production pour la marijuana à des fins récréatives.

La perception est aussi importante que la réalité, en politique. La production, la mise en marché et la vente du pot à des fins récréatives doivent être mises à l'abri de tout soupçon de partisanerie ou d'amitiés particulières. Le Conseil du patronat n'est pas seul à voir des embûches dans la mise en place de ce commerce. Ces problèmes sont trop importants pour ne pas en tenir compte.

Peu importe la décision que prendra le gouvernement Couillard dans ce dossier, il doit éviter toute coloration politique. Je n'oublierai jamais la Loi sur les paris collectifs adoptés en 1983 sous le gouvernement Trudeau. On avait alors vu des libéraux obtenir des concessions pour la vente des billets dans l'espoir de faire de l'argent. J'ai écrit sur le sujet à l'époque, avec mon ex-collègue de La Presse, Gilles Paquin. Ça m'a valu un avertissement sous la forme d'une balle entre les deux jambes en septembre 1984. Nous avions dérangé certaines gens...

Le gouvernement Couillard doit aussi tenir compte de l'avertissement lancé par la députée Martine Ouellet, qui a signalé que la quasi-totalité des permis de production de la mari à des fins médicales ont été accordés à des firmes ontariennes. Finalement, il doit mettre ce commerce à l'abri du crime organisé. Parce que les criminels sont capables de créer des réseaux de vente tout à fait légaux pour vendre le cannabis, tout comme ils font du blanchiment d'argent pour créer des entreprises.




À lire aussi

  • Brigitte Breton | Couillard et ses amitiés troubles

    Brigitte Breton

    Couillard et ses amitiés troubles

    ÉDITORIAL / Offrir son aide psychologique et son hospitalité à Marc-Yvan Côté n'est évidemment pas un geste illégal et ne prouve pas que Philippe... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer