Démocratie minée par les scandales

Philippe Couillard terminera son premier mandat en 2018.... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Philippe Couillard terminera son premier mandat en 2018. Sa réélection dépendra de la capacité de ses adversaires à rallier suffisamment d'appuis autour d'un même parti.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Les partis politiques québécois vivent tous, à leur façon, la longue saga qui a permis à Jean Chrétien et à Stephen Harper de se maintenir au pouvoir pendant une décennie. À Québec aujourd'hui, comme à Ottawa dans le passé, ce sont les scandales et les divisions qui minent le bon fonctionnement de l'exercice démocratique. Les similitudes sont remarquables.

Côté libéral, Philippe Couillard est soumis au même supplice qu'a connu Paul Martin quand il a succédé à Jean Chrétien en 2003. Confronté au scandale des commandites sous son prédécesseur, M. Martin avait tenté de rompre avec le passé trouble des libéraux en déclenchant une enquête publique. La commission Gomery a été un immense succès de télévision, mais elle a conduit à un lamentable échec libéral aux élections de 2006.

Depuis qu'il a pris la direction du PLQ, Philippe Couillard tente lui aussi de prendre ses distances des odeurs de scandales qui ont marqué le gouvernement de Jean Charest. Il a cru un moment que les conclusions de la commission Charbonneau feraient taire les critiques, mais c'était sans compter les enquêtes et les fuites calculées de la police qui continuent d'alimenter les soupçons. 

Paul Martin a été premier ministre pendant trois ans avant de perdre le pouvoir aux mains de Stephen Harper. M. Couillard terminera son premier mandat de quatre ans en octobre 2018... Sera-t-il plus chanceux que Paul Martin? Tout dépendra de la capacité de ses adversaires à rallier suffisamment d'appuis autour d'un même parti. Parce que si les temps sont durs du côté du pouvoir, la situation n'est guère mieux du côté des partis d'opposition à l'Assemblée nationale.  

Le Parti québécois et la Coalition avenir Québec offrent les mêmes divisions qui ont permis aux conservateurs de Stephen Harper de conserver le pouvoir, malgré la faible popularité de leur chef. Partagés entre le NPD, le Parti libéral, le Bloc québécois et le Parti vert, les électeurs insatisfaits ont été incapables de s'entendre pour congédier le gouvernement conservateur avant 2015. Sous Stéphane Dion, les libéraux ont bien tenté de former une alliance avec le NPD et le Bloc pour renverser les conservateurs, mais le projet a avorté.

Il faut dire que Stephen Harper avait l'expérience de ces divisions, dont il a su profiter. Après le départ de Brian Mulroney en 1992 et la victoire de Jean Chrétien en 1993, le Parti progressiste-conservateur s'était fractionné avec la montée du Reform party de Preston Manning. Le parti est devenu l'Alliance canadienne sous Stockwell Day en 2000, avec le même effet. La division des forces conservatrices, combinée à la présence du NPD ailleurs au pays et à la force du Bloc québécois, a permis à Jean Chrétien de gouverner de 1993 jusqu'en 2003. C'est l'entente conclue en décembre 2003 entre Peter MacKay et Stephen Harper, qui a permis de regrouper les conservateurs et de déloger les libéraux en 2006.

Les partis d'opposition au Québec sont confrontés aux mêmes divisions. Le fractionnement du vote souverainiste entre le PQ et Québec solidaire, confirmé à nouveau en fin de semaine, n'a fait qu'accentuer cette situation. Ce qui fait que tous les regards se tournent maintenant vers la Coalition avenir Québec de François Legault, parce qu'elle semble être sur la voie d'une remontée dans les sondages d'opinion. Mais à un an et demi des élections, la CAQ est loin du but.

Faudra-t-il attendre un nouveau leader et patienter quatre ans de plus pour voir un parti d'opposition se détacher du groupe et menacer sérieusement l'équipe libérale? Ce n'est pas impossible, mais un tel délai ne serait pas un gage de qualité dans la gouvernance du Québec.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer