De l'argent de Monopoly

Le Fonds de stabilisation de 2,5 milliards $... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Le Fonds de stabilisation de 2,5 milliards $ dont a fait état le ministre Carlos Leitão mardi n'est pas un réel montant en banque pour les imprévus. Il ressemble plutôt à de l'argent de Monopoly.

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Maintenant que l'euphorie budgétaire s'est calmée, il est temps de remettre les pendules à l'heure sur certaines distorsions du discours gouvernemental. L'une d'entre elles porte sur les propos du ministre des Finances, Carlos Leitão, concernant les coussins que l'on s'est donnés pour ne pas retomber dans le rouge en cas de récession.

M. Leitão a fait valoir que le budget comprend des provisions pour les imprévus totalisant 893 millions $. C'est vrai. Mais il a fait aussi état d'un Fonds de stabilisation de 2,5 milliards $. C'est également vrai, sauf qu'il s'agit là d'une écriture comptable et non pas d'un montant en banque pour les imprévus. Pour caricaturer un peu, on pourrait dire que c'est de l'argent de Monopoly.

Suivez-moi bien, c'est technique. En vertu de la Loi sur l'équilibre budgétaire, le gouvernement n'a pas le droit de faire des déficits. S'il en fait, tout déficit inférieur à 1 milliard $ doit être compensé par un excédent l'année suivante, ou sur une période de cinq ans pour les dépassements plus importants.

Par contre, si le gouvernement fait des surplus et qu'il lui reste un excédent après ses versements au Fonds des générations, il se crée un «fonds de stabilisation», c'est-à-dire un droit de faire d'autres déficits sans devoir les rembourser. Cet excédent diminue les besoins d'emprunts annuels du gouvernement, par exemple pour des fins d'immobilisation. À la fin de 2016-2017, le Fonds de stabilisation est de 2,4 milliards $.

Pour fins de comparaison, on peut le comparer à un remboursement anticipé d'une partie de votre hypothèque. Si vous diminuez ainsi votre hypothèque, mais que vous êtes à court d'argent l'an prochain, vous pourrez reprendre ce remboursement anticipé, mais vous annulerez la diminution de votre dette.

Si une autre récession devait frapper le Québec au cours des années à venir, l'utilisation du Fonds de stabilisation dont parlait le ministre Leitão nous ferait perdre l'avance prise dans la réduction de notre dette. (Si vous m'avez suivi jusqu'ici, je vous lève mon chapeau.)

Pourquoi vous entretenir de telles technicalités? Parce que l'euphorie budgétaire de mardi comporte un danger réel, celui de nous croire hors de danger. Vous souvenez-vous des beaux surplus budgétaires du gouvernement fédéral au début des années 2000? L'argent coulait à flots. Personne n'aurait osé prédire, à cette époque, que le déficit de 2017-2018 frôlerait les 30 milliards $. Pourtant, c'est bien le cas, et le gouvernement Trudeau est incapable, en ce moment, de fixer une date de retour à l'équilibre budgétaire.

Vous allez me dire que ça va bien chez nous et qu'on ne commettra plus les mêmes folies de dépenses du passé? Détrompez-vous : la tentation sera forte l'an prochain, à l'approche de l'échéance électorale.

Un autre facteur de dangerosité est l'importance du Fonds des générations, qui dépasse les 10 milliards $ cette année. Cette cagnotte, gérée par la Caisse de dépôt, donnera des revenus de placement de 626 millions $ en 2017-2018, et elle fait saliver les politiciens. Mercredi, le chef de la CAQ, François Legault, a encore suggéré que l'on prenne la moitié des 2,5 milliards $ versés cette année au Fonds, pour rembourser aux Québécois les 800 $ que le gouvernement a pris, selon lui, dans les poches des familles.

C'est sûr qu'il serait agréable de puiser dans le Fonds pour se faire des cadeaux. Mais ce qu'on oublie, avec un tel raisonnement, c'est que cet argent ne nous appartient pas et qu'il est affecté à la dette. Son utilisation augmenterait cette dette, qui s'élevait à 29 998 $ par personne en 2010, et qui sera de 42 715 $ en 2026, quand la proportion des personnes en âge de travailler sera moins élevée.




publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer