La grève des oubliés de l'État

Les avocats et notaires de l'État québécois sont... (Archives, La Presse)

Agrandir

Les avocats et notaires de l'État québécois sont en grève depuis le 24 octobre.

Archives, La Presse

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / L'image était saisissante : du haut de la Tribune de la presse de l'Assemblée nationale, où travaillent les journalistes qui couvrent la politique québécoise, on a vu arriver les juristes de l'État, avocats et notaires, en grève depuis le 24 octobre.

En pleine tempête de neige, alors que les fonctionnaires reprenaient confortablement leur travail, les grévistes se sont rassemblés à partir de 8h30. Ils ont attendu sagement qu'on leur donne le mot d'ordre d'aller porter leur piquetage autour des édifices parlementaires. Un piquetage symbolique, puisque les bureaux des députés et des ministres étaient encore déserts. Même la police de Québec, qui surveillait leurs piquets de grève avant Noël, avait pris congé en ce mercredi matin.

C'est ça, le problème des juristes : ce sont des travailleurs de l'ombre, des professionnels qui représentent le gouvernement devant les tribunaux et qui conseillent les ministères. Contrairement aux Rambo de la FTQ-­Construction qui paralysent les chantiers, contrairement aux policiers qui font la grève des contraventions, contrairement aux Autochtones ou aux agriculteurs qui bloquent des routes... Bref, contrairement à tout le monde, les avocats et les notaires du gouvernement n'ont pas de moyens de pression évidents pour le grand public. Ils ne jouissent pas de la sympathie accordée aux infirmières, par exemple, parce que ce sont des professionnels bien payés qui ne font pas pitié. Et comme si ce n'était pas suffisant, la plupart des journalistes ont des amis ou des proches parmi ces grévistes, ce qui est mon cas, et ce qui commande une certaine retenue.

Personne ne croyait que le gouvernement laisserait «sécher» ces serviteurs de l'État sur le trottoir aussi longtemps. Tout le monde pensait que ça se terminerait par une loi spéciale, mais le gouvernement a opté pour la ligne dure. L'explication officielle est que l'on créerait un précédent coûteux en cédant aux demandes des juristes qui veulent le même traitement que les procureurs de la Couronne. On m'a expliqué que contrairement aux procureurs, les avocats du gouvernement ne plaident pas devant les tribunaux. C'est faux. On m'a aussi déclaré que les procureurs doivent être indépendants du pouvoir dans leur travail, comme les juges. Serait-ce que le gouvernement croit que ses avocats et ses notaires sont les valets des politiciens? 

En fait, les juristes avaient auparavant un statut et des conditions de travail s'apparentant à ceux des procureurs de la Couronne. Ils avaient même fait la grève ensemble en février 2011, avant de se faire rappeler au travail par une loi spéciale. Mais les juristes ont réglé les premiers, en juillet 2011, sur une simple promesse de discuter d'un nouveau mode de négociation, ce qu'on leur a refusé par la suite. Les procureurs ont laissé traîner les choses deux mois de plus. C'est ce qui leur a permis d'obtenir un nouveau mode de détermination des salaires basé sur les recommandations d'un comité indépendant. J'ai l'impression que c'est à ce moment-là que les juristes se sont fait avoir, en réglant sans attendre les procureurs. Ils veulent aujourd'hui corriger cette disparité.

Je ne sais pas trop qui gagne et qui perd dans ce conflit. À première vue, c'est l'employeur parce qu'il n'a rien cédé et que les grévistes avaient surestimé leurs moyens de pression. Mais le gouvernement avait sous-estimé la détermination des grévistes qui ont rejeté à 97 % les dernières offres, juste avant Noël. Après un tel vote, c'est le cul-de-sac. Ça finira par se régler, mais imaginez un peu l'atmosphère de travail quand ces 1100 employés reprendront le travail avec une importante dette de grève qu'il leur faudra rembourser pendant des années.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer