Qui va nous parler, après ça?

La police protège la société, mais la société... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La police protège la société, mais la société devra toujours se protéger contre les abus des pouvoirs policiers comme la surveillance du journaliste Patrick Lagacé, souligne notre chroniqueur Gilbert Lavoie.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE/ Je n'ai pas de conversations téléphoniques avec la police dans le cadre de mon travail. Ou si peu... Mon environnement, c'est la politique. Mais on a tous constaté à la commission Charbonneau que la politique, la justice et la sécurité publique, ça n'est jamais très loin. On l'a vu également le 17 mars dernier, jour de budget, quand l'UPAC est descendu à 6h pour arrêter Nathalie Normandeau, alors que son directeur Robert Lafrenière était en attente de renouvellement de mandat. Pressions policières? Comment savoir.

La police protège la société, mais la société devra toujours se protéger contre les abus des pouvoirs policiers. La vigilance sera toujours de mise.

Voilà pourquoi il est étonnant d'apprendre que la police de la ville de Montréal a obtenu l'autorisation d'un juge de paix pour espionner les données téléphoniques du journaliste Patrick Lagacé dans le cadre d'une enquête... sur un policier.

Il faudra faire la lumière sur cette affaire. Mais indépendamment de ce cas particulier, la connaissance de cette nouvelle vient créer un obstacle de plus au travail des journalistes. Qui osera dorénavant parler librement aux médias à partir du moment où leur ligne téléphonique est susceptible d'être mise sous surveillance?

Cette nouvelle contrainte ne concerne pas que le milieu policier ou judiciaire. Tous les journalistes passent des heures à converser au téléphone avec des gens qui veulent bien dévoiler de l'information, mais à la condition de ne pas voir leur nom dans le journal ou aux bulletins de nouvelles. Notre travail est de vérifier la crédibilité de ces informateurs. Les politiciens, ministres et députés, sont les premiers à nous parler off the record lorsque l'information qu'ils nous transmettent ne peut pas leur être attribuée. S'il fallait que les journalistes qui couvrent la politique à l'Assemblée nationale dévoilent tout à coup l'identité de ces élus et le contenu de leurs révélations sous le signe de l'anonymat, ce serait l'omerta.

Le danger de l'intrusion des corps policiers dans les démarches journalistiques est trop grand pour ne pas réagir. Il faut y opposer une tolérance zéro.

Le travail des médias n'est pas parfait. L'information instantanée à laquelle les journalistes sont soumis depuis l'arrivée des médias sociaux pose des problèmes graves à la qualité de l'information. La baisse du lectorat, associée à la diminution des revenus publicitaires, a provoqué des coupes dramatiques de personnel dans les salles de nouvelles les plus prestigieuses. Malgré tout, le travail d'enquête et la collecte d'informations se poursuivent. Mais s'il faut maintenant que la police s'ingère dans ce métier exigeant et fragile, c'est la société au complet qui en souffrira.

J'ai changé d'idée

Les libéraux ne pourront plus reprocher à Jean-François Lisée et à François Legault de changer d'idée, après la conférence de presse de lundi du ministre Gaétan Barrette. Le ministre, qui ne manque pas d'aplomb, a demandé aux médecins de revenir sur une entente de hausses salariales qu'il a lui-même négociée en leur nom en 2006. Personne d'autre que M. Barrette au cabinet ne saurait faire une telle annonce sans se faire lapider. Mais le ministre, dont les talents de communicateur sont reconnus de tous, a su présenter un argumentaire convaincant : l'entente de 2006 visait un rattrapage avec les médecins ontariens et ce rattrapage a été effectué. Donc on efface tout et on recommence à négocier sur cette base. Comme l'opposition l'a toujours accusé d'avoir privilégié les médecins, le PQ et la CAQ pourront difficilement lui reprocher de revenir sur sa signature de 2006.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer