Exclusif

Les conservateurs en quête d'un nouveau Mulroney

Président du conseil d'administration et chef de la... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

Président du conseil d'administration et chef de la direction d'Ivanhoé Cambridge, Daniel Fournier a déjà été candidat conservateur contre Jean Lapierre dans Outremont en 2006.

Photothèque Le Soleil

(Québec) CHRONIQUE / Peu convaincus par les candidatures de Steven Blaney et de Maxime Bernier, des conservateurs influents de Montréal et Toronto font pression sur Daniel Fournier, le grand patron d'Ivanhoé Cambridge, pour briguer le leadership de leur parti.

À la recherche d'un nouveau Brian Mulroney qui combinerait bilinguisme, expérience du monde des affaires et origines québécoises, c'est vers M. Fournier que leurs regards se sont tournés au cours des dernières semaines.

Celui-ci n'est pas étranger à la politique. Il a été candidat contre Jean Lapierre dans Outremont en 2006 et il a été invité ensuite au Sénat par Stephen Harper qui voulait l'amener au Conseil des ministres. Il a décliné cette proposition et il a résisté aux avances de Jean Charest à Québec, mais il n'aurait pas encore dit non à ceux qui militent pour sa candidature à la tête du parti en vue du congrès du 27 mai 2017. 

Fournier est président du conseil d'administration et chef de la direction d'Ivanhoé Cambridge, une filiale immobilière de la Caisse de dépôt et placement du Québec. Son nom est tombé sur mon bureau la semaine dernière en provenance de trois sources distinctes qui disent tenir leurs informations de personnalités crédibles. J'ai vérifié à son bureau et j'y ai constaté une certaine nervosité à l'idée de voir un article sur le sujet. On était surtout intéressé de savoir à quel moment cet article pourrait paraître. 

On m'a tout de même donné une réaction à la rumeur : «Daniel n'a pas l'intention d'être candidat. Il veut continuer de relever les grands défis qui attendent Ivanhoé Cambridge dans sa croissance mondiale. M. Fournier considère son rôle chez Ivanhoé Cambridge comme un privilège et une grande responsabilité. Cela requiert toute son énergie et son entière attention, 7 jours sur 7», a fait savoir son responsable des communications par courriel.

J'ai vérifié ailleurs. Un autre interlocuteur m'a fait valoir qu'il serait préférable d'attendre deux semaines avant de diffuser cette information, pour éviter de mettre M. Fournier dans l'embarras par rapport à son employeur. Qu'y aura-t-il de différent dans deux semaines? J'ai vraiment eu l'impression que le dossier n'est pas encore fermé. On me dit qu'il aurait même songé à la possibilité d'obtenir un congé de son employeur. Il a été impossible de valider cette information. Une chose est certaine, un de ses principaux partisans a voulu lancer son nom récemment dans les médias torontois, mais on lui a fait comprendre que c'était trop tôt.

Ce ne serait donc pas la première fois que Daniel Fournier tente sa chance en politique, mais c'est peut-être la dernière fenêtre qui s'ouvre pour lui s'il décide de plonger. Âgé de 62 ans, il sera trop tard si la direction du Parti conservateur s'ouvrait à nouveau après un échec électoral en 2019. 

Hillary Clinton et Donald Trump ont 70 ans ou presque, mais ils ont le même âge et sont donc sur un pied d'égalité à ce chapitre. Alors que Justin Trudeau n'aura même pas 50 ans en 2020.

La clôture pour les mises en candidature est le 24 février. M. Fournier a le temps, mais les débats entre les candidats commenceront le 9 novembre à Saskatoon, pour se déplacer à Moncton le 6 décembre. Une dizaine de personnes briguent déjà la succession de Stephen Harper, mais les candidatures québécoises de Steven Blaney et de Maxime Bernier n'impressionnent pas les gros canons du parti à Montréal, Toronto et Vancouver. Persuadés que la jeunesse de Justin Trudeau pourrait devenir synonyme d'incompétence s'il commet des erreurs, les dirigeants du parti aimeraient lui opposer l'expérience et la connaissance du monde des affaires et de l'économie. Parfaitement bilingue, diplômé d'Oxford et de Princeton et très à l'aise en public, M. Fournier offrirait une candidature de taille. Le fait d'être Québécois serait également un atout pour les conservateurs qui ont encore en mémoire les succès de Pierre Trudeau, de Brian Mulroney et le cas plus récent de Justin Trudeau.

Peu connu du grand public, Daniel Fournier dispose par contre d'un réseau de contacts impressionnant partout au pays. Son poste l'amène à des événements et à des conférences dans les milieux influents. Lundi dernier, par exemple, il a prononcé un discours devant une soixantaine de chefs d'entreprise à Toronto, un événement organisé par la Banque Royale. Il y a deux semaines, il était à New York. 

Justin Trudeau fait de la boxe, Fournier a joué au football chez les Rough Riders d'Ottawa. Des sports de contact qui annoncent des personnalités combatives.

Partager

À lire aussi

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer