Plus ça change, plus c'est pareil

Philippe Couillard a coupé court aux questions sur... (La Presse canadienne, Jacques Boissinot)

Agrandir

Philippe Couillard a coupé court aux questions sur la vente de RONA cette semaine. Le gouvernement a parfaitement le droit de se défendre, mais fermer la porte à des questions sur la vérité quand il y a une telle apparence de mensonge?

La Presse canadienne, Jacques Boissinot

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Les libéraux ont ouvert leur caucus aux médias, mardi, pour permettre aux caméras de capter les mots de bienvenue de Philippe Couillard. «C'est clair qu'on est sur le bon chemin, et la confiance est retrouvée, a dit le premier ministre. Je vais le redire parce que c'est tellement important : le plan du gouvernement demeure le même : équilibrer nos finances publiques pour la santé, pour l'éducation, pour l'économie.»

Va pour l'équilibre budgétaire, mais il faudra repasser pour la confiance. Parce que s'il est un point qui a marqué la semaine, c'est encore et toujours le déni du gouvernement devant les multiples fautes à l'éthique qui ne cessent de porter ombrage à son travail. 

M. Couillard lui-même a donné le ton, mardi. Il a coupé court aux questions de Sylvain Gaudreault sur sa connaissance des intentions de vente de RONA à l'américaine Lowe's. «Je vais lancer tout de suite un message très fort : moi, je ne jouerai pas dans son film. On ne continuera pas ces discussions-là.» 

Le gouvernement a parfaitement le droit de se défendre, mais fermer la porte à des questions sur la vérité quand il y a une telle apparence de mensonge? Ce n'est pas ce qu'on attend de nos élus.

La faute aurait été sans conséquence si elle avait été isolée. Mais elle a été suivie de deux autres dossiers indéfendables : la protection du transfuge Yan Plante, passé aux libéraux avec des documents confidentiels de la Coalition avenir Québec, et les déboires du ministre Laurent Lessard dans le dossier de son ami et ex-adjoint, Yvon Nadeau, qui semble avoir profité de la politique pour brasser des affaires.

Le gouvernement Couillard n'est pas le premier à vivre ce genre de controverse. On peut comprendre que les ministres et les apparatchiks n'aient pas tous un sens aigu de l'éthique, ce n'est pas donné à tout le monde. Mais ce que tous les libéraux devraient réaliser, dans le cas actuel, c'est qu'il faut être réélu tous les quatre ans. Or s'il est une chose qui leur a fait mal au cours des dernières années, ce sont les accusations de corruption et de manquements graves à l'éthique. Ils devraient tous avoir appris de leurs malheurs et démontrer une grande vigilance sur ces questions, mais ce n'est pas le cas. 

La défense du transfuge Yan Plante pendant 24 heures avant qu'il ne remette sa démission était d'une maladresse inexplicable. Il a fallu que l'ancien policier Robert Poëti lève le ton à la réunion du caucus pour que Plante quitte le navire avant de le faire sombrer dans un Watergate à la sauce québécoise. 

Le refus du ministre Laurent Lessard de reconnaître à tout le moins la situation inquiétante de son ex-conseiller Yvon Nadeau dans la gestion de chalets au mont Adstock l'était tout autant. À force de défendre l'indéfendable, on finit par miner sa propre crédibilité. 

La gestion misérable des controverses sur les questions d'éthique vient de ternir à nouveau les efforts des libéraux pour conserver et accroître la confiance des Québécois à leur endroit. Le gouvernement voulait repartir sur un bon pied, il a trébuché à la première occasion.

Pendant ce temps au PQ...

La candidate à la direction du Parti québécois (PQ), Martine Ouellet, a fait un appel émotif aux militants du parti jeudi. Boudée par ses collègues députés qui lui ont préféré Cloutier et Lisée, Mme Ouellet a accusé le caucus d'être «teinté». Menacée d'expulsion par Jean-François Lisée, la députée m'a semblé profondément malheureuse d'être traitée avec aussi peu d'égard par ses collègues députés, après 30 ans de loyaux services au Parti québécois. Mais pas question qu'elle parte. Le nouveau chef devra composer avec elle, pour le meilleur et pour le pire.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer