L'envers de la médaille

La lutte contre les changements climatiques préoccupe les... (Photothèque Le Soleil)

Agrandir

La lutte contre les changements climatiques préoccupe les gens, et pas seulement les Québécois, comme en témoignent ces manifestants de Halifax. Mais c'est la protection des cours d'eau qui est à la base des objections soulevées par les maires de nos grandes villes.

Photothèque Le Soleil

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE/ Imaginez un peu que le Québec soit incapable de vendre son électricité à l'étranger parce qu'une province voisine barre la route à ses lignes hydroélectriques... C'est un peu comme ça que se sentent les Albertains devant nos réticences au projet Énergie Est. Leur économie va mal et leur pétrole des sables bitumineux se transige à 20 $ le baril moins cher que les prix internationaux parce qu'il n'a pas accès aux marchés plus lucratifs.

Dans les circonstances, il est compréhensible que la presse albertaine soit dure à notre endroit. Ce qui l'est moins, c'est qu'ils ne connaissent pas nos motifs.

Cette semaine, le chroniqueur Barrie McKenna du Globe and Mail, basé à Calgary, a publié un texte révélateur. Il y explique que les Canadiens n'ont pas fini d'utiliser le pétrole, et que pour les Québécois, un non à Énergie Est signifie qu'ils continueront d'acheter du pétrole en provenance de l'étranger, à un prix beaucoup plus élevé que le brut albertain. «Le grand perdant sera le secteur pétrolier canadien et, par extension, l'économie nationale», déplore McKenna.

Son point peut se défendre. Mais là où il fait fausse route, c'est sur les motifs à la base des réticences du Québec au projet. Selon lui, ces réticences ne portent pas sur la sécurité des pipelines, mais sur la question plus générale de lutte contre les changements climatiques.

C'est vrai que ce deuxième point préoccupe les gens, et pas seulement les Québécois. Mais c'est la protection de nos cours d'eau qui est à la base des objections soulevées par les maires de nos grandes villes.

Cette méconnaissance de nos motifs est malsaine dans le contexte national que doit gérer Justin Trudeau. L'Ontario n'a pas les mêmes objections à Énergie Est, parce que le pipeline y existe déjà et sert au transport du gaz naturel. Il ne s'agit donc pas d'une nouvelle infrastructure, mais d'une conversion du rôle d'un oléoduc existant.

Mardi soir, l'ancien premier ministre Brian Mulroney a pressé Justin Trudeau d'assumer son leadership sur cette question. Parlant devant les étudiants de la Faculté de droit, à Calgary, il a fait valoir que les deux projets de pipeline à l'étude, Énergie Est et Trans Mountain (vers Vancouver), entraîneraient des investissements de plusieurs milliards de dollars et créeraient des millions de nouveaux emplois. C'est vrai. Mais TransCanada demande au Québec de prendre des risques environnementaux importants, sans même lui offrir des retombées économiques permanentes. On l'a vu avec Anticosti et la cimenterie de Port-Daniel, les grands principes ne pèsent pas lourd en politique devant les dollars. Si le projet Énergie Est avait offert des retombées économiques permanentes, il y a longtemps que nos politiciens lui auraient donné leur appui...

Brian Mulroney a reconnu, du même coup, que le processus d'examen de ces projets doit être véritablement indépendant pour être accepté de tous. C'est encore vrai. Mais ironie du sort, c'est son ancien collègue Jean Charest qui a torpillé les audiences de l'Office national de l'énergie en rencontrant les commissaires en secret alors qu'il faisait du lobby pour TransCanada.

Peu importe les mérites de la chose, ces projets sont à ce point controversés que l'agence de notation DBRS a prédit une baisse de la cote de crédit des compagnies de pipelines si les délais continuent de se multiplier. Or, dans un marché aussi incertain que celui de l'énergie et avec une telle décote, Énergie Est pourrait bien sombrer avant même que le Québec n'ait pris une position définitive. Ce ne serait pas de notre faute, mais on nous en ferait quand même porter l'odieux.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer