Peureux, les jeunes libéraux...

Il y avait six gars et trois filles... (Le Soleil, Erick Labbé)

Agrandir

Il y avait six gars et trois filles derrière le premier ministre Couillard à sa conférence de presse à la Commission jeunesse du Parti libéral, dimanche.

Le Soleil, Erick Labbé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Philippe Couillard venait tout juste de dire, en conférence de presse, sa fierté de voir les prouesses des filles aux Jeux de Rio. «Je trouve ça très bien que les femmes gagnent les médailles canadiennes, ça va brasser les gars un peu», a-t-il répondu à une question sur le sujet. Mais ça n'a pas brassé grand monde au sein de la Commission-Jeunesse du Parti libéral.

Il y avait six gars et trois filles derrière le premier ministre à sa conférence de presse. Et lorsque Merick Séguin, le président de leur congrès, a dévoilé la liste des nouveaux coordonnateurs et des représentants régionaux à l'assemblée, j'ai compté 26 gars pour 5 filles! Comme si ce n'était pas suffisant, les militants venaient tout juste de rejeter une résolution demandant au parti d'avoir entre 40% et 60% de candidatures féminines aux prochaines élections. Admettez qu'un minimum de 40%, ce n'est pas énorme. La résolution s'adressait au parti et n'était même pas exécutoire. Mais elle a été battue au vote.

Les jeunes libéraux ont souvent été beaucoup plus audacieux, mais pas en 2016. Alors que les femmes sont en train de démontrer à Rio qu'elles peuvent faire aussi bien, sinon mieux que les gars lorsqu'on leur en donne l'occasion, c'est encore l'argument de la compétence qu'on a invoqué hier pour justifier leur petit nombre en politique.

Le rejet de la résolution a mis les jeunes libéraux dans l'embarras. Leur président, Jonathan Marleau, a cru bon de s'expliquer devant les journalistes. Selon lui, les quotas ne sont pas dans la mentalité du PLQ. Il a fait valoir que la présence des femmes varie d'une année à l'autre, et que les quotas ne sont pas une façon de l'augmenter. Il reste que les candidatures féminines aux élections sont à la baisse au PLQ, un parti qui se targuait, sous Jean Charest, d'établir la parité hommes-femmes au sein du cabinet.

Oleksiak?

Demandez à tous les Québécois qui est Penny Oleksiak, ils vous répondront que c'est la jeune vedette canadienne de la natation aux Jeux olympiques de Rio. Même le maire de Saguenay, Jean Tremblay, qui a déjà cassé du sucre sur le dos de ces immigrants dont il peine à prononcer le nom, serait heureux d'honorer la jeune nageuse à son hôtel de ville...

C'est ça, la réalité canadienne et québécoise avec la contribution de plus en plus importante des immigrants chez nous. Il faudra s'y habituer: les Québécois dont nous vanterons l'expertise et le talent dans tous les domaines n'auront pas tous des noms à consonance francophone. Parlez-en à Rachid Badouri ou à Boucar Diouf.

Malgré cela, il est toujours plus difficile de trouver un emploi ou un logement si votre nom de famille s'éloigne des Tremblay, des Simard, ou des Smith ailleurs au pays. C'est pire encore si vous êtes un Noir. Le président de la commission jeunesse, Jonathan Marleau, a raconté qu'il doit se faire accompagner par un ami blanc lorsqu'il se cherche un logement. Pourtant, il porte un nom francophone et parle avec notre accent québécois. Mais il est noir...

Samedi, une intervenante au micro, issue des minorités ethniques, a dit au modérateur de l'assemblée, Jérôme Turcotte, qu'elle ne serait jamais son égale dans une démarche de recherche d'emploi, à cause de son origine. Elle avait probablement raison.

Les jeunes libéraux ont demandé une commission d'enquête publique sur le racisme systémique au Québec. Il me semble qu'avant d'aller aussi loin, il y aurait lieu de lancer une grande campagne de sensibilisation avec tous nos Penny Oleksiak, nos gagnants, pour démontrer que le nom, la couleur ou l'accent sont des atouts précieux pour l'avenir du Québec, et non pas des menaces.

Partager

À lire aussi

  • Les jeunes libéraux rejettent la parité

    Politique

    Les jeunes libéraux rejettent la parité

    Les jeunes libéraux se sont opposés dimanche à une proposition visant à réclamer du Parti libéral du Québec de 40 à 60% de candidatures féminines... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer