Une désolante impression de déjà-vu 

La tour Eiffel est illuminée aux couleurs du... (AFP, Matthieu Alexandre)

Agrandir

La tour Eiffel est illuminée aux couleurs du drapeau français en mémoire des victimes de Nice. Le phénomène du terrorisme n'est pas nouveau. Ce qui l'est, c'est son intensification et la prise de civils comme cibles.

AFP, Matthieu Alexandre

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Comme tout le monde, j'ai passé une grande partie de la journée de jeudi devant le téléviseur dans l'attente du décompte final des victimes et des détails sur l'auteur de ce carnage.

J'ai entendu tous les experts commenter la situation et spéculer sur ce qui aurait pu être fait différemment. Et comme tout le monde, j'ai ressenti une désolante impression de déjà-vu. C'est comme si c'était devenu une routine, comme la réaction de Barack Obama chaque fois qu'il y a une tuerie aux États-Unis. Le président sympathise avec les victimes, il dénonce la possession abusive d'armes à feu dans son pays, mais il n'a rien de plus à dire. Il est impuissant devant le puissant lobby de la National Rifle Association et le blocage des républicains à tout contrôle accru des armes à feu.

Il ne faut pas perdre de vue la situation chez nos voisins du sud dans notre évaluation du terrorisme international. Sauf exception, les nombreuses tueries dans les écoles américaines n'avaient rien à voir avec le terrorisme de l'État islamique. Mais ça n'enlève rien à l'horreur et à la gravité de tels actes.

Le phénomène du terrorisme n'est pas nouveau. Ce qui l'est, c'est son intensification et la prise de civils comme cibles.

On en est donc là. Aucun des experts entendus jeudi et vendredi ne m'a convaincu qu'il était possible d'éradiquer le terrorisme qui a frappé jeudi à Nice. Donald Trump a beau dire qu'il demanderait au Congrès américain de déclarer la guerre à l'État islamique, ça ne changerait rien. Les loups solitaires comme celui de Nice ne sont pas des armées, ils ne contrôlent pas de territoire, ils travaillent dans l'ombre et sur des coups de folie.

Tous les pays vont intensifier leur lutte au terrorisme et accroître leurs mesures de sécurité après cet attentat. Il faudra savoir, notamment, comment les policiers ont pu laisser un tel mastodonte se diriger vers une foule compacte sans l'intercepter. L'utilisation de véhicules bourrés d'explosifs par des kamikazes a été une pratique tellement courante dans les années récentes qu'il est surprenant que ce camion n'ait pas été intercepté. Imaginez s'il avait explosé après avoir tué autant de gens. Le carnage aurait été indescriptible.

La France aura encore une fois écopé durement de la lutte au terrorisme. Quand je suis allé à Paris, après l'attentat au Bataclan, le tourisme avait déjà diminué. Nous sommes loin des conséquences vécues en Égypte, en Tunisie et plus récemment en Turquie. Mais il est certain que cet attentat aura des effets négatifs sur les finances d'un pays déjà en difficulté.

***

J'aurais aimé être une mouche, cette semaine, pour assister à la rencontre du premier ministre démissionnaire David Cameron avec la reine Élisabeth. En principe, c'était une simple formalité. Mais vous pensez qu'elle était fière de son premier ministre, la reine? Elle a peut-être l'air zen, mais il ne faut pas se fier aux apparences. L'ancienne gouverneure générale du Canada, Jeanne Sauvé, m'a déjà raconté ses rencontres avec la reine. Et croyez-moi, même à l'heure du thé, les conversations n'étaient pas banales, surtout quand elles s'amusaient à commenter, entre filles, le travail de leurs premiers ministres.

Alors vous comprenez que David Cameron... 

Son référendum sur le Brexit a mis le Royaume-Uni à l'envers et pourrait même mener au départ de l'Écosse. Or l'Écosse, c'est un énorme pan d'histoire dans celle de la famille royale. C'est Élisabeth 1re, l'un des plus grands souverain d'Angleterre, qui a consolidé tout ça en prévision de sa mort en 1603, en choisissant Jacques VI, roi d'Écosse et son plus proche parent, pour lui succéder. Et voilà que quatre siècles plus tard, tout cet héritage du passé serait compromis? Bye bye, Mr. Cameron.

Partager

À lire aussi

  • Une radicalisation récente

    Monde

    Une radicalisation récente

    Le groupe djihadiste État islamique a revendiqué samedi l'attentat de Nice sur la Côte d'Azur commis par un Tunisien aux motivations encore floues,... »

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer