Débat de riches

Lise Thériault n'est pas la meilleure personne pour... (Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé)

Agrandir

Lise Thériault n'est pas la meilleure personne pour philosopher en langage politiquement correct sur le féminisme. Issue d'un milieu ouvrier de l'est de Montréal, formée à l'école de la vie loin des campus universitaires, elle n'a pas l'aisance verbale d'une Louise Beaudoin, d'une Liza Frulla ou d'une Lise Payette (photo).

Photothèque Le Soleil, Pascal Ratthé

Partage

Partager par courriel
Taille de police
Imprimer la page

(Québec) CHRONIQUE / Il faut être une société bien nantie pour consacrer toute une semaine à débattre du féminisme. Ça m'a sauté aux yeux en rentrant de petites vacances dans un pays en voie de développement aux prises avec des problèmes autrement plus graves que les nôtres.

Ce n'est pas que les combats passés et contemporains des femmes ne soient pas importants. C'est tout le contraire. Même si les gains enregistrés sont énormes, ils sont souvent fragiles. Mais consacrer une semaine à débattre de la foi féministe de la ministre, ça ne fait pas avancer la cause sur les vrais enjeux.

Lise Thériault n'est pas la meilleure personne pour philosopher en langage politiquement correct sur le féminisme. Issue d'un milieu ouvrier de l'est de Montréal, formée à l'école de la vie loin des campus universitaires, elle n'a pas l'aisance verbale d'une Louise Beaudoin, d'une Liza Frulla ou d'une Lise Payette.

Quand elle dit «Tu veux prendre une place? Faire ton chemin? Let's go, vas-y!», c'est son parcours de vie qu'elle décrit. Le parcours d'une femme qui s'est bâtie elle-même par le travail et l'audace. 

Je me souviens encore du portrait que j'ai fait d'elle en 2011. Tout le Québec applaudissait son courage devant les fiers-à-bras de la FTQ-Construction qui dénonçaient son projet de loi visant à évacuer les syndicats du placement des travailleurs. Thériault menait alors sa lutte aux côtés de l'ex-ministre péquiste Diane Lemieux, la «lionne de Bourget», une féministe déclarée qui a présidé le Conseil du statut de la femme du Québec. Quel duo ça faisait devant Michel Arseneault de la FTQ, le syndicaliste le plus puissant du Québec...

C'est ça, Lise Thériault : «une fonceuse», m'avait raconté un de ses plus vieux amis, Claude Jean-Lapointe, qui l'avait connue dans le mouvement scout où elle a oeuvré pendant une décennie. Ce n'est pas une intellectuelle branchée du Plateau. Quand elle se dit «égalitaire» de préférence à «féministe», elle met les pieds dans un débat inutile. Toutes les femmes réclament l'égalité, incluant les féministes. L'un n'exclut pas l'autre. Ce n'est pas ça qui est en cause. Cette déclaration simpliste a donné l'impression qu'elle n'avait pas vraiment réfléchi au chemin à parcourir pour assurer la relève des combats menés par les femmes dans le passé.

Évasions à Orsainville, agressions sexuelles contre les femmes autochtones dans le Nord, débat sur le féminisme, c'est toujours par des déclarations maladroites, prématurées ou mal informées, que la ministre Lise Thériault s'est retrouvée en difficulté depuis qu'elle est vice-première ministre. Ça ne veut pas dire qu'elle se fiche du monde. Sa rencontre de lundi avec des représentantes de la Fédération des femmes et des grands syndicats s'est bien terminée. Ce qui est en cause, dans son cas, ce n'est pas l'égalité avec ses collègues masculins du Conseil des ministres; c'est son pouvoir d'influence au sein de ce groupe. Il y a plein de beaux parleurs en politique, mais ce ne sont pas tous des gens efficaces. C'est à sa capacité de faire passer ses idées et de faire adopter des projets audacieux que l'on jugera le féminisme de Lise Thériault. 

Deltell

Gérard Deltell a fait une sortie remarquée lundi en faveur du projet Énergie-Est. Rien à dire sur ses arguments : ce serait bon pour l'économie. Le problème, c'est qu'il n'a pas dit un mot concernant les effets de l'exploitation accrue des sables bitumineux sur les changements climatiques. C'est bien, le développement économique, mais ça sert à quoi, si on «scrappe» la planète qu'on va laisser à nos enfants? Je veux bien discuter d'Énergie-Est, mais à la condition qu'on n'escamote pas cette question.

Partager

publicité

publicité

la liste:1710:liste;la boite:91290:box

En vedette

Précédent

publicité

la boite:1608467:box; tpl:300_B73_videos_playlist.tpl:file;

Les plus populaires : Le Soleil

Tous les plus populaires de la section Le Soleil
sur Lapresse.ca
»

CONTRIBUEZ >

Vous avez assisté à un évènement d'intérêt public ?

Envoyez-nous vos textes, photos ou vidéos

Autres contenus populaires

image title
Fermer